• L'ethnologue jésuite Germain Lemieux (1914-2008) refait le chemin qui l'a mené de sa Gaspésie natale, contrée maritime, au pays des mines de Sudbury. À travers son témoignage, recueilli par l'auteur pour la radio en 1995 et livré sur le ton de la confidence, l'octogénaire soupèse les aléas d'une carrière entreprise un demi-siècle plus tôt. Il balise son récit d'éléments inédits, notamment sur ses origines et sa formation, qui éclairent les dessous de l'oeuvre et révèlent les traits de sa personnalité. Volontaire, il a su tracer sa voie et développer une expertise originale en dépit de moyens limités et des contraintes de son état. Ce document à l'allure intime constitue une source féconde, autant pour la compréhension de l'Ontario français et de son histoire au XXe siècle que pour l'institution du patrimoine oral que l'ethnologie a incarnée presque seul avant les années 1980. En faisant le bilan de son activité incomparable, Germain Lemieux y mêle un peu de son testament intellectuel.

  • Parmi les rituels du mariage des Franco-Ontariens, la danse de l'aîné célibataire, garçon ou fille, demeure une sanction solidement enracinée, voire identitaire. Par l'examen minutieux des enquêtes de terrain commandées depuis 1999, l'auteur livre la première synthèse de cette tradition attestée dès 1826 au Québec. Les traces qu'il a mises à jour montrent que la pratique de ce rituel aurait été fort répandue en Amérique française, mais que son souvenir se serait érodé en France par où elle serait venue, et en Angleterre où elle vivait au temps de Shakespeare, comme aussi au Québec qui en aurait été le foyer de diffusion. Le paradoxe de la résistance des marges, figuré par le principe du limaçon, se dénoue avec un essai d'interprétation de la dynamique des traditions.

  • «There's class warfare, all right, but it's my class, the rich class, that's making war. And we're winning.»

    «Bien sûr qu'il y a une lutte des classes, mais ç'est ma classe, la classe des riches, qui la mène. Et nous la gagnons. »

    Warren Buffet

    Dans ce dossier extrait de la revue Liberté 302, nous nous demandons si le dessin d'une société découpée entre prolétaires et bourgeois peut en effet paraître aujourd'hui obsolète, il est peut-être prématuré, si ce n'est trompeur, d'affirmer que les tensions et la violence qui caractérisaient les rapports de classes au dix-neuvième siècle ne sont plus que des reliques du passé. Quant à la classe moyenne, la seule que l'on ose encore considérer comme une classe et nommer ainsi, elle semble désormais contenir en son sein pratiquement tout et son contraire. C'est sans doute pourquoi on ne se prive pas d'annoncer, à plus ou moins long terme, son éventuelle disparition.

    Avec des textes de Alain Deneault (auteur, entre autres, de Gouvernance, Noir Canada et Off Shore), Éric Pineault (sociologue, professeur à l'UQAM et chroniqueur à l'émission Médium Large), Julia Posca (doctorante en sociologie à l'UQAM) qui discuteront sur le statut de la classe moyenne de Gabriel Nadeau-Dubois et de Jean Pichette, ainsi qu'une entrevue avec Louis Roy, Le syndicalisme désemparé

  • Vous trouverez dans cet extrait tous les articles du dossier "Que conservent les conservateurs?", paru dans le No 297 de la revue Liberté.
    Ce dossier s'intéresse à l'inquiétant gouvernement de Stephen Harper. Les textes qui le composent cherchent à comprendre ce que ces conservateurs nouveau genre tentent réellement de conserver (Jean Pichette), leur utilisation des médias (Éric Martin), leur conception de la culture (Pierre Lefebvre), les raisons des commémorations et des célébrations des symboles canadiens (Jonathan Livernois).

empty