• "L'Angleterre lui faisait l'effet d'un territoire calme et stable. D'un pays en bonne intelligence avec lui-même. Tout allait pour le mieux."
    En dix ans, l'Angleterre est passée de la liesse des jeux Olympiques au couperet du référendum sur le Brexit. Comment en est-on arrivé là ? Dans cette période trouble qui fait basculer les destins individuels et collectifs, la famille Trotter reprend du service. Benjamin a maintenant cinquante ans et s'engage dans une improbable carrière littéraire, sa soeur Lois voit ses anciens démons revenir la hanter, tandis que sa nièce Sophie s'interroge sur son mariage. La politique peut-elle être une cause valable de séparation ?
    Après Bienvenue au club et Le Cercle fermé, Le coeur de l'Angleterre questionne avec une ironie mordante les grandes sources de crispation contemporaines.

  • Dans la chaleur exaltante de l'été 1977, la jeune Calista quitte sa Grèce natale pour découvrir le monde. Sac au dos, elle traverse les États-Unis et se retrouve à Los Angeles, où elle fait une rencontre qui bouleversera sa vie : par le plus grand des hasards, la voici à la table du célèbre cinéaste hollywoodien Billy Wilder, dont elle ne connaît absolument rien. Quelques mois plus tard, sur une île grecque transformée en plateau de cinéma, elle retrouve le réalisateur et devient son interprète le temps d'un fol été, sur le tournage de son avant-dernier film, Fedora. Tandis que la jeune femme s'enivre de cette nouvelle aventure dans les coulisses du septième art, Billy Wilder vit ce tournage comme son chant du cygne. Conscient que sa gloire commence à se faner, rejeté par les studios américains et réalisant un film auquel peu de personnes croient vraiment, il entraîne Calista sur la piste de son passé, au coeur de ses souvenirs familiaux les plus sombres.
    Roman de formation touchant et portrait intime d'une des figures les plus emblématiques du cinéma, Billy Wilder et moi reconstitue avec une fascinante précision l'atmosphère d'une époque.

    Jonathan Coe raconte avec tendresse, humour et nostalgie les dernières années de carrière d'une icône, et nous offre une histoire irrésistible sur le temps qui passe, la célébrité, la famille et le poids du passé.

  • Bienvenue au club

    Jonathan Coe

    Imaginez ! L'Angleterre des années soixante-dix, si pittoresque, si lointaine, avec ses syndicats propères et sa mode baba cool. Une image bon enfant que viennent lézarder de sourdes menaces : tensions sociales, montée de l'extrême droite, et une guerre en Irlande du Nord qui ne veut pas dire son nom.
    Mais dans ces années où le pays va basculer de l'État-providence au thatchérisme et de la musique planante au punk, Benjamin, Philip, Doug et leurs amis ont bien d'autres choses en tête : s'intégrer aux cliques et aux clubs d'un lycée archaïque, oser parler aux filles, s'affirmer comme artistes en herbe, s'échapper de Birmingham l'endormie pour des aventures londoniennes... Trop innocents pour saisir les enjeux et les intrigues qui préoccupent leurs parents. Jusqu'à ce que le monde les rattrape.
    Dans ce roman foisonnant, qui comportera une suite, Jonathan Coe renoue avec la veine de Testament à l'anglaise, usant de tous les styles, entremêlant en virtuose récits et personnages, tirant d'une main experte tous les fils du destin, pour nous offrir à la fois une chronique adolescente tendre et drôle, un roman d'apprentissage nostalgique, et le tableau ample, grave et lucide d'un pays en pleine mutation.

  • Michael Owen, un jeune homme dépressif et agoraphobe, a été chargé par la vieille Tabitha Winshaw d'écrire la chronique de cette illustre famille. Cette dynastie se taille en effet la part du lion dans tous les domaines de la vie publique de l'Angleterre des années quatre-vingt, profitant sans vergogne de ses attributions et de ses relations...
    Et si la tante Tabitha disait vrai ? Si les tragédies familiales jamais élucidées étaient en fait des crimes maquillés ? Par une nuit d'orage, alors que tous sont réunis au vieux manoir de Winshaw Towers, la vérité éclatera...
    Un véritable tour de force littéraire, à la fois roman policier et cinglante satire politique de l'establishment.

  • Le cercle fermé

    Jonathan Coe

    L'Angleterre de Tony Blair entre dans le nouveau millénaire, et les héros de Bienvenue au club dans l'âge mûr. Vingt ans après, qu'ont-ils fait de leurs idéaux de jeunesse ? N'auraient-ils d'autre choix qu'entre compromissions et immobilisme ? Seul l'affreux Paul, leur cadet, un politicien opportuniste, semble s'adapter à ces temps nouveaux et aux nouveaux cercles du pouvoir. Mais si les utopies des années soixante-dix semblent maintenant lointaines, il suffit de bien peu pour faire resurgir les fantômes du passé... Jusqu'à ce que le cercle se referme.
    Tout en déroulant la chronique de l'histoire immédiate, du choc de la mondialisation à la guerre en Irak, Jonathan Coe fait le portrait d'une génération en proie à d'irréductibles contradictions. Impitoyable satiriste, il brosse un tableau ravageur de l'Angleterre de Tony Blair, qu'il dénonce avec la fureur vengeresse jadis réservée au thatchérisme.
    Ce roman est celui d'un conteur à l'habileté diabolique. D'une lucidité aussi réjouissante qu'inconfortable, il se fait le miroir non seulement d'un pays, mais d'une époque tout entière. Et le diptyque que composent Bienvenue au club et Le cercle fermé constitue une fresque aussi ambitieuse et aussi aboutie que Testament à l'anglaise.

  • Numéro 11

    Jonathan Coe

    Le numéro 11 renvoie, bien entendu, au domicile du ministre de l'Économie britannique. Enfin, c'est aussi celui du bus où vient se réchauffer une chanteuse oubliée, en ces temps de crise. Mais peut-être s'agit-il de l'adresse de cette maison où deux gamines découvrent un étrange cadavre. À moins qu'il ne désigne la table où, lors d'un dîner de gala, un détective va démasquer un tueur d'humoristes. Ou encore le nombre d'étages souterrains qu'une richissime famille londonienne veut ajouter à sa demeure pour de mystérieuses raisons...
    Dans ce nouveau roman - son onzième -, Jonathan Coe entrelace cinq récits délirants, où se croisent les destins de deux femmes, Rachel et Alison, des années 1990 à aujourd'hui, dans une Angleterre désormais gouvernée par les descendants des héros malveillants de Testament à l'anglaise, les Winshaw. Une satire mordante et virtuose.

  • Rosamond vient de mourir, mais sa voix résonne encore, dans une confession enregistrée, adressée à la mystérieuse Imogen. S'appuyant sur vingt photos soigneusement choisies, elle laisse libre cours à ses souvenirs et raconte, des années quarante à aujourd'hui, l'histoire de trois générations de femmes, liées par le désir, l'enfance perdue et quelques lieux magiques. Et de son récit douloureux et intense naît une question, lancinante : y a-t-il une logique qui préside à ces existences ?
    Tout Jonathan Coe est là : la virtuosité de la construction, le don d'inscrire l'intime dans l'Histoire, l'obsession des coïncidences et des échos qui font osciller nos vies entre hasard et destin. Et s'il délaisse cette fois le masque de la comédie, il nous offre du même coup son roman le plus grave, le plus poignant, le plus abouti.

  • - 41%

    Expo 58

    Jonathan Coe

    Londres, 1958. Thomas Foley travaille au ministère de l'Information lorsqu'on lui propose de participer à l'Exposition universelle de Bruxelles. Mais superviser la construction du Pavillon britannique est plus dangereux qu'on ne pourrait le croire... Il est vite rejoint par de savoureux personnages : Chersky, un journaliste russe qui pose des questions à la manière du KGB, Tony, le scientifique anglais responsable d'une machine, la ZETA, qui pourrait faire avancer la technologie du nucléaire, Anneke, enfin, l'hôtesse qui va devenir sa garde rapprochée.

    En parodiant le roman d'espionnage, Coe médite sur le sens de nos existences. Il dresse le portrait d'une société tiraillée entre une certaine attirance pour la liberté et un attachement viscéral aux convenances.

  • Maxwell Sim est un loser de quarante-huit ans. Voué à l'échec dès sa naissance (qui ne fut pas désirée), poursuivi par l'échec à l'âge adulte (sa femme le quitte, sa fille rit doucement de lui), il s'accepte tel qu'il est et trouve même certaine satisfaction à son état.

    Mais voilà qu'une proposition inattendue lui fait traverser l'Angleterre au volant d'une Toyota hybride, nantie d'un GPS à la voix bouleversante dont, à force de solitude, il va tomber amoureux. Son équipée de commis-voyageur, représentant en brosses à dents dernier cri, le ramène parmi les paysages et les visages de son enfance, notamment auprès de son père sur lequel il fait d'étranges découvertes : le roman est aussi un jeu de piste relancé par la réapparition de lettres, journaux, manuscrits qui introduisent autant d'éléments nouveaux à verser au dossier du passé. Et toujours Max pense à la femme chinoise et à sa fille, aperçues dans un restaurant en Australie, dont l'entente et le bonheur d'être ensemble l'ont tant fasciné. Va-t-il les retrouver ? Et pour quelle nouvelle aventure ?

    Brouillant joyeusement les cartes de la vérité et de l'imposture, Coe l'illusionniste se réserve le dernier mot de l'histoire, qui ne manquera pas de nous surprendre.
    Plus d'une génération va se reconnaître dans ce roman qui nous enchante avec un humour tout britannique, bien préférable au désespoir.

  • De bien curieux événements se déroulent à Ashdown, inquiétante demeure perchée sur une falaise des côtes anglaises. Naguère, c'était une résidence universitaire, où se sont croisés Sarah la narcoleptique, Gregory le manipulateur, Veronica la passionnée, Robert l'amoureux transi, Terry le cinéphile fou. Leurs destins ont divergé, mais les spectres du passé continuent de hanter Ashdown, devenue une clinique où le sinistre docteur Dudden se livre à de monstrueuses expériences sur les troubles du sommeil. Par quelles mystérieuses coïncidences tous les personnages vont-ils s'y retrouver ? Et quelles transformations vont-ils y subir ?
    Une fresque foisonnante et rigoureuse, où l'illusion amoureuse va jusqu'à l'extrême limite de sa réalisation, et où la vérité sort toujours des rêves.

  • Maria, une jeune fille de milieu modeste, vit aux environs de Birmingham. Indifférente par choix, indécise par nature, elle trouve que l'on fait beaucoup de bruit pour peu de chose. Que valent les succès aux examens et les déclarations de Ronny qui l'aime désespérément, que penser des amis de classe avec leurs vacheries et leurs cancans... Seul le chat, un exemple d'indifférence satisfaite, lui donne à penser qu'une forme de bonheur est possible. Mais comment être heureux lorsque votre vie est une succession d'accidents, de hasards...
    Premier roman de Jonathan Coe, La Femme de hasard décrit une sinistre histoire, celle de Maria et ses désillusions. Toujours soucieux de lucidité et de démystification, Jonathan Coe se livre à une descente en flammes de toutes les institutions prisées dans la société et des formes couramment admises de bonheur, et fait de ce premier roman une oeuvre exemplaire.

  • 'Il y a combien de temps que j'ai joué ces accords? Combien de temps qu'elle est apparue dans le bar, elle, qu'elle s'est approchée du piano, pendant que j'improvisais dans la pénombre de la salle, bien après que les buveurs les plus endurcis étaient rentrés chez eux, leurs verres finis? Je ne sais pas, j'en perds le souvenir. Je me rappelle seulement que nous avons bavardé, échangé des banalités quelques minutes, pendant que mes doigts erraient sur le clavier, machinalement ; au fil des itinéraires habituels, des harmonies faciles et familières, auxquelles je me laisse prendre, ces temps-ci, comme à autant de mauvaises habitudes.'

    Quatre pièces courtes pour rire et rêver, quatre variations sur nos vies incertaines, où rien n'est jamais achevé - pas même le malentendu. Au clavier, Jonathan Coe avec sa petite musique qui nous piège pour mieux nous enchanter.

  • Ce volume contient :
    Bienvenue au club - Le Cercle fermé.

    "C'est pour moi une évidence que Bienvenue au club et Le cercle fermé ne sauraient exister l'un sans l'autre."
    Jonathan Coe.

    Dans ce diptyque, miroir d'une génération tout entière, Jonathan Coe passe du roman d'apprentissage à la chronique politique, de Thatcher à Blair, du choc pétrolier à la guerre en Irak. Et c'est avec une joie féroce qu'on regarde se débattre Benjamin, Philip, Doug et tous les autres, en proie à d'irréductibles contradictions.

  • En 1995, la France découvrait Testament à l'anglaise et l'humour parfaitement british de son auteur. Fin observateur de la société anglaise et maître dans l'art du roman, Jonathan Coe offrait alors aux lecteurs français une toute nouvelle perspective sur la littérature et la culture britanniques.
    Bien des années et de nombreux livres plus tard, il continue de nous éclairer sur le paysage qui l'entoure et celui qui anime son esprit. Entre un éloge des Voyages de Gulliver et les conséquences de la mort de Margaret Thatcher, de Hitchcock à Jacques Tati, en passant par le rôle de l'humour en politique, ce recueil retrace vingt ans de réflexions sur les arts et l'Angleterre. Articles de journaux, préfaces d'ouvrages, conférences universitaires, interviews constituent ainsi un voyage formidablement drôle et sensible à travers la littérature, la musique, le cinéma, la télévision et, surtout, à travers la mémoire d'un des auteurs les plus influents de ces dernières années.

  • What a Carve Up! - a hilarious 1980s political satire by Jonathan CoeIt is the 1980s and the Winshaw family are getting richer and crueller by the year: Newspaper-columnist Hilary gets thousands for telling it like it isn't; Henry's turning hospitals into car parks; Roddy's selling art in return for sex; down on the farm Dorothy's squeezing every last pound from her livestock; Thomas is making a killing on the stock exchange; and Mark is selling arms to dictators.But once their hapless biographer Michael Owen starts investigating the family's trail of greed, corruption and immoral doings, the time growing ripe for the Winshaws to receive their comeuppance. . . This wickedly funny take on life under the Thatcher government was the winner of the 1995 John Llewellyn Rhys Prize
    'A sustained feat of humour, suspense and polemic, full of twists and ironies' Hilary Mantel, Sunday Times'A riveting social satire on the chattering and all-powerful upper classes' Time Out'Big, hilarious, intricate, furious, moving' GuardianJonathan Coe's novels are filled with biting social commentary, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, The Accidental Woman, A Touch of Love, The Rotters' Club (winner of the Everyman Wodehouse prize), The Closed Circle, The Terrible Privacy of Maxwell Sim, The House of Sleep (winner of the1998 Prix Médicis étranger), and The Rain Before it Falls, are all available in Penguin paperback.

  • The Accidental Woman is a wickedly funny novel from bestseller Jonathan CoeFor Maria, nothing is certain. Her life is a chain of accidents. Untouched by friendship, unimpressed by devoted Ronny and his endless marriage proposals, she lives in a world of her own, but not of her own making. Even as she stumbled on through university, work, marriage and motherhood, Maria finds it hard to see what all the fuss is about.Will our heroine ever be able to control the direction of her life, or will it end, as it began, by accident? What does chance next have in store for her?From the author of the award-winning The Rotters' Club and What a Carve Up!, The Accidental Woman will be enjoyed by readers of Nick Hornby and William Boyd and centres on a quirky and highly individual woman who is still struggling to find her place in life. 'The Accidental Woman has a cocky individual voice of its own. . . here's precocious, rebellious talent' Mail on Sunday
    'Slyly parodies the clichés of most first novels' Guardian
    'A convincing stuffy of the random impetuses by which human lives tend to be governed. It is also very funny' Spectator
    Jonathan Coe's novels are filled with biting social commentary, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, What a Carve Up! (winner of the 1995 John Llewellyn Rhys Prize), A Touch of Love, The Rotters' Club (winner of the Everyman Wodehouse prize), The Closed Circle, The Terrible Privacy of Maxwell Sim, The House of Sleep (winner of the1998 Prix Médicis étranger), and The Rain Before it Falls, are all available in Penguin paperback.

  • A Touch of Love is Jonathan Coe's delightfully comic and moving novel about not fitting inRobin, a postgraduate student in Coventry, has spent four and a half years not writing his thesis. He and his academic colleagues, united by pallor, social ineptitude and sexual inexperience, once spent hours discussing their theories, but they somehow never made it into print.Now his unfinished thesis languishes in a drawer, and Robin hides in his room, increasingly frightened by a world he doesn't understand. His friends have failed him and romance eludes him. His only outlet is his short stories, scribbled in notebooks and expressing his secret obsessions and frustrations.Then, when an unfortunate and embarrassing incident in a public park lands him in serious trouble, Robin's life finally spirals out of control. . .A Touch of Love is a brilliant, bittersweet book that will be enjoyed by readers of David Nicholls, Nick Hornby and lovers of comic fiction.'A magnetic, moving tale' Observer'Very funny' The Times Literary Supplement'Witty and astringently intelligent' GuardianJonathan Coe's novels are filled with biting social commentary, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, The Accidental Woman, The Rotters' Club (winner of the Everyman Wodehouse prize), The Terrible Privacy of Maxwell Sim, The House of Sleep (winner of the1998 Prix Médicis étranger), What a Carve Up! (winner of the 1995 John Llewellyn Rhys Prize) and The Rain Before it Falls, are all available as Penguin paperback.

  • The Terrible Privacy of Maxwell Sim is Jonathan Coe's latest heart-breaking and hilarious novelMaxwell Sim could be any of us. He could be you.He's about to have a mid-life crisis (though eh doesn't know it yet). He'll be found in his car in the north of Scotland, half-naked and alone, suffering hypothermia, with a couple of empty whisky bottles and a boot full of toothbrushes.It's a far cry from a restaurant in Sydney, where his story starts.But then Maxwell Sim has, unknowingly, got a long way to go. If he knew now about his lonely journey to the Shetland Isles, or the truth about his father and the folded photograph, or the mystery of Poppy and her peculiar job, or even about Emma's lovely, fading voice, then perhaps he's stay where he was - hiding from destiny.But Max knows none of it. And nor do you - at least not yet. . . Equal parts funny and moving, The Terrible Privacy of Maxwell Sim will be cherished by readers everywhere, from fans of David Nicholls to Will Self. 'Witty, unexpected and curiously unsettling. Coe carries it off with empathy, comedy and a ventriloquist's ear for idiom' Literary Review'Clever, engaging, spring-loaded with mysteries and surprises' Time Out'Masterly, highly engaging. Coe's eye for the details of contemporary life remains as sharp as ever' Daily MailJonathan Coe's novels are filled with biting social commentary, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, The Accidental Woman, The Rotters' Club (winner of the Everyman Wodehouse prize), The House of Sleep (winner of the1998 Prix Médicis étranger), A Touch of Love, What a Carve Up! (winner of the 1995 John Llewellyn Rhys Prize) and The Rain Before it Falls, are all available in Penguin paperback.

  • The House of Sleep - Jonathan Coe's comic tale of love and obsessionSarah is a narcoleptic who has dreams so vivid she mistakes them for real events; Robert has his life changed for ever by the misunderstandings arising from her condition; Terry, the insomniac, spends his wakeful nights fuelling his obsession with movies; and the increasingly unstable Dr Gregory Dudden sees sleep as a life-shortening disease which must be eradicated. . .A group of students sharing a house. They fall in and out of love, they drift apart. Yet a decade later they are drawn back together by a series of coincidences involving their obsession with sleep - and each other. . . Winner of the 1998 Prix Médicis étranger, The House of Sleep is an intensely moving and frequently hilarious novel about love, obsession and sleep.'Moving, clever, pleasurable, smart...one of the best books of the year' Malcolm Bradbury, The Times'There are bits that make you laugh out loud and others that make your heart ache' Guardian'Fiercely clever, witty, wise, hopeful...a compellingly beautiful tale of love and loss' The Times Literary SupplementJonathan Coe's novels are filled with biting political satire, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, The Accidental Woman, The Rotters' Club (winner of the Everyman Wodehouse prize), The Closed Circle, The Dwarves of Death, What a Carve Up! (winner of the 1995 John Llewellyn Rhys Prize) and The Rain Before it Falls, are all available as Penguin paperback.

  • The Closed Circle is Jonathan Coe's hilarious sequel to The Rotters' ClubIt's the end of the century and Benjamin Trotter and friends are all grown up. Life is a ceaseless whirl of jobs, marriages, kids - and self-inflicted angst. Despite the shiny optimism of Blair's Britain, youthful hopes and dreams feel betrayed. Is the Government (and by extension Benjamin's MP brother Paul) to blame? Or are the 'rotters' themselves - only passingly faithful to their dreams - really at fault?The Closed Circle - sequel to The Rotters' Club - depicts a group of former school friends as older, wiser and disillusioned in Blair's Britain at the turn of the millennium. It proves that the present can never truly be disentangled from the past. 'Terrific. An incisive portrait of Britain at the turn of the century' Spectator'Coe's finest achievement since What a Carve up!' Time Out'Popular fiction at its best' Daily MailJonathan Coe's novels are filled with biting political satire, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, The Accidental Woman, The Dwarves of Death, The Terrible Privacy of Maxwell Sim, The House of Sleep (winner of the 1998 Prix Médicis étranger), A Touch of Love, What a Carve Up! (winner of the 1995 John Llewellyn Rhys Prize) and The Rain Before it Falls, are all available in Penguin paperback.

  • Dans ce dossier gratuit, retrouvez les premiers chapitres de 12 romans du catalogue numérique des Éditions Gallimard.
    Vous pouvez accéder directement à chaque extrait par la table des matières de ce dossier ou lire les extraits à la suite.
    Tous ces livres numériques sont en vente chez votre libraire.

  • The Dwarves of Death is a hilarious black comedy by Jonathan CoeWilliam has a lot on his mind. Firstly, there's The Alaska Factory, the band he plays in. They're no good, and they make his songs sound about as groovy as an unimpressed record. In fact they're so bad he's seriously thinking of leaving to join a group called The Unfortunates.Secondly, there's Madeline, his high-maintenance girlfriend whose idea of a night of passion is an Andrew Lloyd Webber musical followed by a doorstep peck on the cheek. Maybe they're not soulmates after all?Lastly, there's the bizarre murder he's just witnessed. The guiding force behind The Unfortunates lies bludgeoned to death at his feet and, unfortunately for William, there aren't too many other suspects standing nearby. . . 'It's about being young, poor, confused and in love. It's also very funny. . . sharp, lucid and witty' Guardian'Notable for its fresh, contemporary flavour and its bristling intellectual energy. Coe has huge powers of observation and enormous literary panache' Sunday TimesJonathan Coe's novels are filled with biting political satire, moving and astute observations of life and hilarious set pieces that have made him one of the most popular writers of his generation. His other titles, The Accidental Woman, The Closed Circle, The Terrible Privacy of Maxwell Sim, The House of Sleep (winner of the 1998 Prix Médicis étranger), A Touch of Love, and The Rain Before it Falls, are all available in Penguin paperback.

  • Retrouvez dans ce dossier les premiers chapitres de dix romans incontournables de la collection Folio : Muriel Barbery (L'élégance du hérisson), Jonathan Coe (La vie très privée de Mr Sim), Catherine Cusset (Confessions d'une radine), Marc Dugain (L'insomnie des étoiles), David Foenkinos (La délicatesse), Eric Fottorino (Baisers de cinéma), Daniel Pennac (Chagrin d'école), Philip Roth (Indignation), Jean-Christophe Rufin (La Salamandre) et Mario Vargas Llosa (La fête au bouc).

    Vous pouvez accéder directement à chaque extrait par la table des matières de ce dossier ou lire les extraits à la suite. Tous ces livres numériques sont en vente chez votre libraire.

  • Retrouvez dans ce dossier les premiers chapitres de 15 titres Folio incontournables pour vos lectures d'été : Malavita (Tonino Benacquista), La vie très privée de Mr Sim (Jonathan Coe), Du sel sous les paupières (Thomas Day), Incidences (Philippe Djian), Nos séparations (David Foenkinos), Les vieilles (Pascale Gautier), Mygale (Thierry Jonquet), Les gens (Philippe Labro), L'honorable société (Manotti/DOA), Un coeur si blanc (Javier Marias), Les yeux des morts (Elsa Marpeau), Du domaine des murmures (Carole Martinez), Le léopard (Jo Nesbo), Le Liseur (Bernhard Schlink) et Dans les forêts de Sibérie (Sylvain Tesson).

    Vous pouvez accéder directement à chaque extrait par la table des matières de ce dossier ou lire les extraits à la suite. Retrouvez aussi photographie et biographie des auteurs. Tous ces livres numériques sont en vente chez votre libraire.

empty