• Depuis trente ans, Paul a fait de son histoire familiale, et du désastre que fut son enfance, la matière même de ses romans. Une démarche que ses frères et soeurs n'ont pas comprise, au point de ne plus lui adresser la parole pendant de longues années. Et puis arrive le temps de la réconciliation. Paul décide de réunir à déjeuner, dans la maison qui est devenue son refuge, tous les protagonistes de sa tumultueuse existence : ses neuf frères et soeurs, leurs enfants et les siens, et même ses deux ex-femmes. Viendra qui voudra. Et advienne que pourra. Le temps d'un singulier repas de famille, Lionel Duroy parvient à reconstituer tous les chapitres essentiels de la vie d'un homme. Avec sa profondeur psychologique habituelle et l'élégance de son style, il livre ici un récit vibrant de vérité sur les liens indestructibles de l'enfance, la résilience et la paix enfin retrouvée.

  • Je tourne la page, et ça y est, la chose est enfin dite : « Dans un entretien, observe Nathalie Léger, Marguerite Duras s'énerve un peu : " L'autoportrait, je ne comprends pas ce que ça veut dire. Non, je ne comprends pas. Comment voulez-vous que je me décrive ? Qui êtes-vous, allez-y, répondez-moi, hein " » Qui je suis, moi ? C'est la question à laquelle je dois maintenant répondre.
    Lionel Duroy aura passé l'essentiel de son temps à écrire. À travers ses nombreux romans, il a tenté de démêler les fils d'une vie, éclairant au passage celles et ceux qui nous aident à grandir ou s'emploient à nous détruire, parfois sans le vouloir : nos parents, nos frères et soeurs ceux que nous aimons, puis désaimons. Aujourd'hui, avec L'homme qui tremble, il inverse les perspectives et, dans un autoportrait cruel et lumineux, s'interroge sur son propre rôle dans ce destin singulier.

  • Le chagrin

    Lionel Duroy

    • Julliard
    • 30 Septembre 2010

    " À l'origine de ma venue au monde, de notre venue au monde à tous les onze, il y a l'amour que se sont déclaré nos parents. Toutes les souffrances qu'ils se sont infl igées par la suite, toutes les horreurs dont nous avons été les témoins, ne peuvent effacer les mots tendres qu'ils ont échangés durant l'hiver 1944. "
    De l'Occupation jusqu'à nos jours en passant par la guerre d'Algérie et Mai 68, des avenues chics de Neuilly aux cités dortoirs de Rueil, Lionel Duroy retrace l'itinéraire chaotique d'un enfant, puis d'un homme, pris au piège d'une odyssée familiale désastreuse. Un roman poignant qui fouille les mentalités françaises des cinquante dernières années.
    " De livre en livre, Lionel Duroy interroge l'intime. Pour atteindre, dans la mise en mots d'une histoire personnelle, l'essence même de son regard sur la vie, sans fard. Magistral ! " Philippe-Jean Catinchi, Le Monde

    Prix François-Mauriac 2010
    Prix Pagnol du roman d'enfance 2010
    Prix Marie-Claire du roman d'émotion 2010
    Prix des lecteurs de la ville de Brive 2010

  • Eugenia

    Lionel Duroy

    À la fin des années trente, parce qu'elle est tombée sous le charme d'un romancier d'origine juive, Eugenia, une jeune et brillante étudiante roumaine, prend soudain conscience de la vague de haine antisémite qui se répand dans son pays. Peu à peu, la société entière semble frappée par cette gangrène morale, y compris certains membres de sa propre famille. Comment résister, lutter, témoigner, quand tout le monde autour de soi semble hypnotisé par la tentation de la barbarie ?
    Avec pour toile de fond l'ascension du fascisme européen, ce roman foisonnant revient sur un épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale, l'effroyable pogrom de Jassy. Portrait d'une femme libre, animée par le besoin insatiable de comprendre l'origine du mal, ce livre est aussi une mise en garde contre le retour des heures les plus sombres de l'Histoire.
    Prix Anaïs-Nin 2019

  • L'absente

    Lionel Duroy

    Peu après son divorce, Augustin doit se séparer de sa maison. Bouleversé par le spectacle du déménagement, il s'enfuit en voiture avec pour tout bagage quelques photos, un ordinateur et ses deux vélos, puis se lance dans une course folle à la recherche d'un refuge, butant sur les personnes que le hasard place sur sa route - dont une femme qui le poursuit d'hôtel en hôtel. Revivrait-il le même effondrement psychique que sa mère, expulsée de son bel appartement de Neuilly un demi-siècle plus tôt ? Égaré, furieux et magnifique, Augustin entreprend alors de reconstituer l'histoire de cette femme qu'il a enterrée sans une larme. Au fil de ses rencontres, son regard sur elle commence à changer.
    Mené à un train d'enfer, à la manière d'un extravagant road movie, L'Absente redessine l'univers inépuisable que Lionel Duroy explore livre après livre.

  • L'hiver des hommes

    Lionel Duroy

    Fasciné par le destin des enfants de criminels de guerre, Marc part à Belgrade en 2010 pour enquêter sur le suicide de la fille du général Mladic, accusé de crimes contre l'humanité par la justice internationale et pourtant vénéré dans son pays. Dans la minuscule république serbe de Bosnie, Marc se retrouve face aux acteurs de ce conflit abominable. Avec une franchise déconcertante, ils racontent les désastres qu'ils ont vécus, les atrocités qu'ils ont commises pour conquérir une paix improbable. Aujourd'hui, ils ont le sentiment d'avoir gagné, ils ont chassé les Musulmans et les Croates. Enfermés dans un territoire ethniquement pur, ils ont réalisé ce rêve nationaliste qu'on voit ressurgir aux quatre coins de l'Europe : se débarrasser enfin de l'autre. Mais leurs frontières infranchissables ne sont qu'une prison derrière laquelle meurt tout un peuple.
    Lionel Duroy pose sur ces êtres démunis, enlisés dans leurs certitudes, un regard lucide et empreint d'empathie. Ces hommes et ces femmes sont-ils les derniers survivants d'un monde qui disparaît ou les précurseurs d'un désastre à venir ?
    Prix Renaudot des lycéens 2012
    Prix Joseph Kessel 2013

  • échapper

    Lionel Duroy

    " Vous me demandez ce que Susanne a de plus que vous, je vais vous le dire : Susanne est en paix avec les hommes, elle ne leur veut aucun mal, elle n'ambitionne pas de me posséder et de m'asservir, elle aime au contraire me savoir libre et vivant pour que je continue d'être heureux et de lui faire l'amour. Longtemps, longtemps. Vous comprenez, ou il faut encore que je vous explique ? "

  • Vertiges

    Lionel Duroy

    Un écrivain, Augustin, vient de se séparer de la femme qu'il a passionnément aimée. Cette rupture le précipite dans une immense détresse. Il cherche alors à exprimer l'indicible : tout ce qui se joue de si mystérieux, de si vertigineux, dans le huis clos d'un couple. Tandis qu'il écrit sur son intimité avec Esther, le souvenir lui revient des autres femmes qui ont traversé sa vie. Où se construit l'émotion que l'on éprouve soudain pour un visage ? Pourquoi celui-ci plutôt qu'un autre ? Où se construit l'idée même de l'amour ? Dans l'enfance, bien sûr. Il revient au couple de ses parents, à cette époque si troublante de sa vie, pour tenter d'y déceler l'origine de ses échecs amoureux.
    /> Depuis des années, livre après livre, Lionel Duroy tente de démêler l'imbroglio d'informations, de sensations, d'émotions qui tissent l'histoire d'une vie. Comme il l'avait si bien réussi dans Le Chagrin, et avec ce style parfaitement maîtrisé qui est le sien, il nous entraîne cette fois, dans une veine purement romanesque, à travers les méandres de nos sentiments les plus secrets et s'interroge sur les diffi cultés de son personnage à réussir sa vie sentimentale. Qu'est-ce qu'aimer ?

  • La vie rêvée doit se révéler plus belle, plus exaltante que la vraie vie... Est-ce si sûr?
    Luc Esline est romancier et son projet est simple: faire des habitants de l'immeuble où il vient d'emménager les héros de son nouveau roman.Luc pense que, dans nos sociétés nanties, la plupart des gens devraient connaître des destins formidables mais que la peur de souffrir, la paresse ou la pure bêtise, les empêchent de se réaliser.Il va donc observer la vie quotidienne de ses nouveaux voisins et imaginer les destins étonnants qu'ils pourraient avoir s'ils avaient le courage d'affronter la réalité.Habitent dans cette ancienne usine, habilement transformée en appartements cossus: Paul-André, dentiste par nécessité, solitaire par goût et horticulteur par passion (sa serre encombre la cour de l'immeuble); Thomas et Cécile, un couple d'une quarantaine d'années, heureux parents de Laetitia, une adolescente adorable; Amanda, une jeune présentatrice de la télévision en pleine ascension, dont le mari (un peu terne et vaguement graphiste) reste à la maison pour s'occuper de leurs deux jeunes enfants; Marc Lanzmann, la star de l'immeuble, un éditeur de presse craint du Tout-Paris et qui vit là avec sa jeune maîtresse et Julien, son fils de dix sept ans; et notre romancier (divorcé depuis peu et douloureusement en manque de son tout jeune fils)Tous ces gens ont des histoires, des rêves, un passé, des secrets. Pour les percer à jour, il suffit de les observer et de poser les bonnes questions. Luc va s'y employer avec talent...

  • Dans ce nouveau roman, Lionel Duroy poursuit son exploration de l'intimité du couple et se penche cette fois sur les ressorts secrets d'un amour heureux.
    À l'instant où il l'a vue pour la première fois, de l'autre côté de la rue, à la fenêtre d'un appartement, Marc a été subjugué par Hélène. Dix ans plus tard, ils sont mariés et ont deux filles adorables. L'éblouissement demeure.Alors qu'ils passent un week-end sur une plage de Normandie et qu'ils vivent un de ces moments de grâce que la vie réserve aux gens heureux, Marc continue à éprouver devant le charme énigmatique de sa jeune femme le même étonnement. Comment et pourquoi cette femme a-t-elle pu l'aimer? Pourquoi lui a-t-elle tant donné? Le saura-t-il jamais? Peut-être est-ce tout simplement cela, le bonheur...Et soudain, un souvenir le transperce. C'était à Turin, au cours de ce voyage où ils ont fait l'amour pour la première fois. Il se souvient dans les moindres détails de la chambre d'hôtel et de chacun de leur geste. Il se rappelle aussi que, pendant tout leur séjour, Hélène a rempli de son écriture fine des pages et des pages d'un cahier noir qu'elle a toujours refusé de lui laisser lire. Et ce cahier, il s'en souvient parfaitement, est resté dans cet hôtel... S'il pouvait lire ce qu'elle a écrit au moment de la naissance de leur amour, il saurait tout de sa femme.Cette idée devient obsédante, et Marc décide de repartir à Turin retrouver le cahier d'Hélène. Dix ans se sont passés. Comment retrouver un objet aussi insignifiant oublié dans une chambre qui a vu passé depuis des milliers de voyageurs? L'hôtel existe-t-il encore, seulement? Et qu'y a-t-il d'écrit dans le cahier d'Hélène? Est-il bien certain qu'il soit opportun de relire aujourd'hui ce qu'elle écrivait jadis?


  • Que fait un homme en découvrant que la femme de sa vie en aime un autre ?

    Que fait un homme en découvrant que la femme de sa vie en aime un autre ? L'intelligence et la raison voudraient qu'il s'efface avec élégance. Paul, lui, ne peut s'y résoudre : Il pourrait se lever et lui planter un couteau entre les deux yeux. L'autre est chez lui désormais... Dans ma maison, dans mon bureau, dans ma femme.
    Un honnête citoyen peut-il se transformer en criminel de la passion ? Paul enquête sur ses propres sentiments, même les plus inavouables. Obsédante est l'envie de meurtre en présence de l'homme qui détruit son couple et sa famille. Mais qui tuer quand la souffrance morale et physique est intolérable ? Qui tuer : l'amante, le séducteur ou soi-même ?

  • Colères

    Lionel Duroy


    Dans ce très beau roman, Lionel Duroy repose la question de la légitimité et du sens de la création littéraire.

    Pour la première fois, Lionel Duroy a écrit dans l'urgence, à l'écart de tout lieu commun, loin des bégaiements de la morale ordinaire. À travers les personnages de son roman, il a tenté de saisir, au moment même où ils les éprouvaient, les sentiments violents qui nous traversent quand nous sommes confrontés à des conflits douloureux avec les personnes qui nous sont le plus proches. Ici, et dans le même mouvement, un fils et la femme aimée. " Comment avons-nous pu rater à ce point notre propre aventure familiale ", écrit-il, " alors qu'à chaque instant nous avons eu le sentiment de bien faire ? " Doit-on vivre pour écrire ? Doit-on écrire pour vivre ? Ces questions hantent Lionel Duroy depuis toujours. Inlassablement, il écrit pour déchiffrer ce chaos d'émotions, de sensations dans lequel le plongent les événements de sa vie. Il écrit pour dire ce qui est vrai, et pour ne pas faiblir. Pour ne céder ni à la facilité, ni au découragement. Pour refuser les compromis, il faut traquer le mot, ciseler la phrase, trouver la musique qui permet de creuser au plus profond, d'atteindre au plus intime de soi-même l'endroit où le plaisir est le plus vif et la douleur la plus intolérable.

  • Des personnages au seuil de la maturité qui rêvent soudain à d'improbables orages... Un roman majeur dans l'oeuvre de Lionel Duroy.
    Ils sont trois couples ordinaires : Olivier est médecin à Senlis et Claire, sa femme, bibliothécaire à mi-temps, ils ont un fils. Rémi est professeur et sa compagne, Estelle, sculpte. Ils souffrent de n'avoir pas d'enfant.Pascale, elle, réalise des documentaires pour la télévision et Jean-Xavier, son mari, travaille depuis de longues années à un livre monumental tout en pantouflant au ministère des affaires étrangères. Ils ont deux enfants. Tout va bien pour ces trois couples. Ils ne manquent de rien. Ils sont en bonne santé et le temps s'écoule avec la sérénité d'une rivière normande. Olivier, Rémi et Pascale sont amis depuis l'adolescence et rien ne semble pouvoir altérer la force de l'affection qui les unit.Et, pourtant, il suffira d'une réflexion anodine de Rémi demandant à ses amis s'ils ne trouvent pas leur vie mortellement ennuyeuse pour que cette harmonie se lézarde et qu'éclate la bulle de bien-être dans laquelle ils sommeillaient sans en être conscients." Les gens heureux n'ont pas d'histoires ", dit la sagesse populaire. " Mais ça leur manque ", ajoute Lionel Duroy. Aujourd'hui, si le désir mutuel vient à manquer, le couple perd tout fondement et s'interrompt la relation jugée soudain trop morne. Mieux (ou pis), celui ou celle qui rompt n'a plus le mauvais rôle. Il est le héros qui prend le risque de semer le désastre pour reconquérir le seul bien qui vaille : le désir. Et celui qui reste est le coupable, accusé d'avoir transformé en assurance tous risques une aventure qui se voulait unique.Comme toujours dans son oeuvre, Lionel Duroy plonge au coeur des contradictions de la vie intime des êtres. Avec une lucidité allègre, il dévoile la dureté de ces moments ordinaires où nos vies apparemment si tranquilles viennent heurter de plein fouet l'inéluctable difficulté d'être.

  • Humanites

    Lionel Duroy

    L'isolement, qu'il provienne d'un choix délibéré ou pas, peut être propice à une introspection, à une vision du monde plus juste, de par la distance, la séparation. Dans ces moments de solitude, l'Essentiel reprend alors toute sa place, avec plus de force et de justesse.
    « Ce recueil est le fruit de mon vécu, parfois teinté d'imaginaire, comme un fruit qu'aura fait naître l'absence de l'Autre... », précise l'auteur.

  • Détruit moralement, Luc, le narrateur tente de comprendre pourquoi la femme qu'il aimait l'a quitté sur ces mots : "Tu n'aimes pas la vie." La faute à qui ? A son père, le roi de la combine foireuse, des impayés et des huissiers. A sa mère, une mégère, une éternelle insatisfaite qui se plaisait à simuler la folie devant ses neuf gosses effarés.

  • Je n'écoute pas l'officier. Je me souviens du chien de Gospi´c, de notre peur, du hurlement de Vladimir. Le chien avait voulu nous mordre. Plus tard, la dame de l'ancien restaurant nous avait offert du riz. « Mangez, avait-elle dit, ça va être froid. » Nous ne mangions pas, nous la regardions pleurer. « Vous savez, avait-elle ajouté, il tombait des petits jouets comme ceux des arbres de Noël ! Des boules rouges, des clochettes, des poissons d'argent. Les femmes ont crié de ne pas y toucher. Nous avons toutes crié ! Un enfant n'a pas dû entendre. C'était une journée sans pluie, une belle journée, les gens étaient dehors. Mais ce n'était pas des petits jouets. » Je ne quitte pas l'officier des yeux, j'acquiesce à tout ce qu'il dit mais je ne l'écoute plus.


  • " -; Oh mon chéri, murmure-t-elle, tu me combles parfaitement. Pourquoi a-t-elle dit cela au moment justement où il allait s'effondrer ? "

    " S'il parvient à combler une femme dans l'état pitoyable où il était un instant plus tôt, c'est que le succès est à sa portée. Comme si Odile, en le félicitant pour une performance qu'il n'a pas accomplie, lui avait ouvert les portes du Panthéon où se cotoient ses rivaux de toujours, ces homme éblouissants : son beau-père, le commandant, Romain, Beckett... Cette fois il se débrouille aussi bien que tous ces types héroïques, mieux peut-être. Il tend le cou, gonfle la poitrine, son corps se redresse et se fortifie. "

  • Lionel Duroy nous offre un livre impudique, sans doute le plus intime qu'il ait jamais écrit, puisqu'il y dévoile, sans la déguiser, son âme.
    "À l'origine de l'écriture, il y a tout ce de quoi nous sommes faits, nos années d'enfance, ceux qui nous ont aimés et ceux qui nous ont haïs. Cet héritage marque profondément le regard que nous portons sur la vie ? il a profondément influencé tous mes livres, aussi bien les romans que les documents. Et brusquement, j'ai cessé d'écrire, je me suis interrompu, et même immobilisé, comme pour essayer de comprendre ce qui me pousse depuis tant d'années à écrire. À écrire toujours le même livre, comme si je n'en finissais pas de régler mes comptes. "Écrire' est le résultat de cette réflexion." Lionel DuroyUn écrivain écrit à son éditeur pour annuler un déjeuner. Il n'a rien à lui montrer, il n'écrit plus. Pourquoi cette soudaine stérilité le plonge-t-elle dans un tel désarroi? En remontant à son premier roman, publié vingt ans plus tôt, et au désastre qui l'a suivi - le départ de sa femme, la rupture avec ses neuf frères et soeurs; puis aux livres qui ont suivi, nourris des drames engendrés par ce premier roman, et déclencheurs à leur tour de nouvelles catastrophes, il découvre comment il a laissé, sans s'en apercevoir, la littérature prendre peu à peu le pas sur sa vie, en dictant le cours et les accidents...

  • En avant-première, découvrez les premiers chapitres des titres de la rentrée littéraire 2016 des éditions Julliard : - Yasmina Khadra, Dieu n'habite pas la Havane - Lionel Duroy, L'Absente - Fouad Laroui, Ce vain combat que tu livres au monde - Jacques A. Bertrand, Biographies non autorisées - Michèle Sarde, Revenir du silence

empty