Albin Michel

  • Lucien Jerphagnon a publié tout au long de sa carrière nombre de textes enlevés : des articles grand public ou savants, légers et polémiques, drôles et inattendus. Ce livre se veut un choix des meilleurs inédits du Maître sur l'Antiquité, relus et retravaillés par ses soins. Lucien Jerphagnon nous entraîne de page en page à voir avec leurs yeux ce que voyaient les Anciens. Quoi qu'il traite, il nous entretient avec bonheur de la sagesse et de la mystique chez les Grecs et les premiers chrétiens. Car, pour Lucien Jerphagnon, il en va toujours de la recherche du Bien suprême - un Bien suprême qui n'exclut ni le rire ni l'humour.
    « Connais-toi toi-même » - phrase reprise de la devise qui ornait le fronton du temple de Delphes, et dont Socrate a fait son leitmotiv - est le vade-mecum parfait de ceux pour lesquels l'esprit n'a pas d'âge et appartient à tous les siècles - à aujourd'hui comme à demain.

  • Les lettres au mystérieux Lucilius de Lutèce qui ouvrent ce livre donnent le ton : intime, allègre et érudit. S'il évoque toujours ce qui lui tient à coeur, l'histoire et la philosophie chez les Grecs, les Romains et les Premiers chrétiens, ou les contre-vérités qui ont fait long feu, Lucien Jerphagnon nous parle aussi avec brio et profondeur de sujets plus personnels ses amis, ses affections, et ses conversations avec les dieux. Le Maître nous rappelle alors, avec son accent inimitable, que le présent doit se conjuguer avec la plus divine des obligations, dont les dieux d'Homère ont donné l'exemple : « rire ».

  • En 1958 était publié, sous la signature conjointe de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'apparition du livre. Ecrit par Henri-Jean Martin sous l'inspiration de Lucien Febvre, cet ouvrage va devenir très vite un classique et provoquer une véritable révolution. Pour la première fois, la naissance et la diffusion du livre étaient analysées dans toutes leurs dimensions : intellectuelle, culturelle, économique, sociale, esthétique. Les hommes, les ateliers typographiques, l'invention des caractères, l'édition des textes, la mise en pages, tous ces points se voyaient éclairés à travers une grande histoire sociale. Ce fut l'acte de naissance d'un nouveau regard historique sur le livre qui n'a cessé depuis de se renouveler.
    Frédéric Barbier, directeur d'études à l'E.P.H.E., assure la postface de cette réédition qui vise à comprendre le travail commun de Lucien Febvre et Henri-Jean Martin et à montrer l'extraordinaire fécondité de leur ouvrage.

  • En 1950, le grand historien Lucien Febvre, aidé par un jeune assistant en Sorbonne, François Crouzet, se lance un défi : écrire, en réponse à une sollicitation de l'Unesco, un manuel « modèle » d'histoire de la civilisation française. Oublié jusqu'à aujourd'hui dans un grenier poussiéreux, ce livre veut prouver qu'il n'y a pas d'identité française providentiellement surgie de la nuit des temps, mais que la France s'est progressivement créée grâce à un constant métissage ethnique et culturel qui est le cœur battant de sa civilisation. Véritable défense et illustration du caractère « international » et «interdépendant » de toute nation, Nous sommes des sang-mêlés dénonce les tentations de refus de l'autre qui ont conduit aux atrocités des conflits mondiaux du XXe siècle. Selon Febvre et Crouzet, l'historien a pour mission, scientifique et éthique, d'éliminer les ferments de haine xénophobe entretenus par l'enseignement d'une histoire trop nationaliste, et d'ouvrir les esprits à l'idée d'une « fraternité » universelle qui serait l'essence même du passé et donc du présent. Livre singulier d'histoire engagée, promotion d'un projet de paix qui serait l'avenir de l'humanité, Nous sommes des sang-mêlés conserve toute sa pertinence aujourd'hui.

  • Allègre et profond, Lucien Jerphagnon, philosophe et historien, alterne souvenirs, anecdotes, réflexions piquantes ou sérieuses, dans le récit d'un étonnant parcours, qui l'a mené de Jankélévitch à saint Augustin. Le livre d'un sage qui, tels les anges loués par Chesterton, ne vole pas parce qu'il se prend à la légère.
    «Depuis les origines jusqu'à nos jours, la vocation première de la philosophie a toujours été de promouvoir en l'homme la conscience de lui-même et du monde, afin de réaliser, en lui et autour de lui, ce que les Grecs appelaient eudaimonia et les Romains beata vita, autrement dit une vie harmonieuse parce que conforme à sa destinée, et heureuse parce qu'harmonieuse... »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Pauvres Docteurs ! - Dans ce roman d'observation vécue, le docteur Lucien Nass expose le tableau réel de la crise médicale. Il s'est attaché à détruire ce préjugé courant que la profession médicale est, pour le docteur, une source de profits, de fortune et d'honneurs. Le romancier, dans un style souple et clair, montre le nombre, toujours croissant, de jeunes gens poussés vers cette voie par des parents aveugles et mal avertis. Le public, d'autre part, n'a plus pour le docteur la même considération qu'autrefois ; il veut bien suivre ses conseils, mais met tout en oeuvre pour lui marchander ses maigres honoraires. Les Sociétés de bienfaisance, de secours mutuels, imposent la médecine au rabais. Les cliniques et hôpitaux regorgent de malades aisés, enchantés d'y trouver des soins gratuits. Le médecin est devenu un prolétaire en redingote, plus misérable parfois que le prolétaire manuel. Il y a plus : les magistrats ont résolu de porter aux médecins le coup fatal. Il n'est pas de mois où un médecin ne soit condamné soit au civil, soit en correctionnelle ; c'est une persécution en règle : Pauvres docteurs ! Le docteur Nass, qui a apporté à cette étude conscienceuse les fruits de son expérience personnelle, plaide donc la cause de ses confrères. C'est une tentative généreuse et qui aura un profond écho dans le corps médical et dans le grand public.

  • Pauvres Docteurs ! - Dans ce roman d'observation vécue, le docteur Lucien Nass expose le tableau réel de la crise médicale. Il s'est attaché à détruire ce préjugé courant que la profession médicale est, pour le docteur, une source de profits, de fortune et d'honneurs. Le romancier, dans un style souple et clair, montre le nombre, toujours croissant, de jeunes gens poussés vers cette voie par des parents aveugles et mal avertis. Le public, d'autre part, n'a plus pour le docteur la même considération qu'autrefois ; il veut bien suivre ses conseils, mais met tout en oeuvre pour lui marchander ses maigres honoraires. Les Sociétés de bienfaisance, de secours mutuels, imposent la médecine au rabais. Les cliniques et hôpitaux regorgent de malades aisés, enchantés d'y trouver des soins gratuits. Le médecin est devenu un prolétaire en redingote, plus misérable parfois que le prolétaire manuel. Il y a plus : les magistrats ont résolu de porter aux médecins le coup fatal. Il n'est pas de mois où un médecin ne soit condamné soit au civil, soit en correctionnelle ; c'est une persécution en règle : Pauvres docteurs ! Le docteur Nass, qui a apporté à cette étude conscienceuse les fruits de son expérience personnelle, plaide donc la cause de ses confrères. C'est une tentative généreuse et qui aura un profond écho dans le corps médical et dans le grand public.

  • Entre 1940 et 1944, et en deux étapes, le territoire français a été occupé par les forces de la Wehrmacht. Plusieurs millions d'Allemands, militaires en campagne, troupes d'occupation proprement dites, administrateurs militaires, policiers, membres de formations diverses et simples civils qui profitaient des « circonstances », ont passé dans notre pays des périodes plus ou moins longues. De très nombreux ouvrages ont décrit le sort des Français sous l'Occupation et la répression de l'ennemi d'alors, mais la façon dont cette époque avait été vécue par les Allemands en France n'avait pas fait l'objet d'un examen approfondi. Le livre de Lucien Steinberg comble cette lacune et aboutit à des conclusions parfois insolites, qui tendent à montrer que les « occupants » gardent généralement de leur « séjour » un souvenir qu'ils associent au « bon vieux temps ». Ayant travaillé pendant une douzaine d'années sur des problèmes liés à la Seconde Guerre mondiale, principalement sous l'angle de la Résistance, Lucien Steinberg a été amené à connaître de plus en plus près, non seulement les rouages de la machine de guerre allemande, mais également les hommes qui en étaient responsables. Il nous livre ici le résultat de ses recherches, appuyées sur des archives inexplorées, publiques et privées, et des témoignages recueillis de part et d'autre du Rhin.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Voyage au bout de l'horreur et de l'infamie où s'accomplissent toutes les folies humaines, porté par un souffle épique et implacable, D'eau et de sang est l'épopée du Mal. Au coeur de ses forces conjuguées à celles d'une nature déchaînée erre un homme muré dans sa vision fatale.

  • Le Problème de l'incroyance est un magnifique livre sur Rabelais, un extraordinaire effort pour faire revivre sa « singulière vitalité ». Mais c'est surtout un décisif discours de la méthode historique, dans la mesure où il ne veut pas raconter qu'un Rabelais possible, participant d'un temps difficile où la curiosité des hommes était immense, les enthousiasmant et les inquiétant tout à la fois, mais engageant certains d'entre eux dans la voie d'un humanisme érasmien combattant pour défendre, contre le « sacrilège » de l'anachronisme qui nie l'autre comme différence, la liberté de Rabelais d'avoir eu sa vérité, en son temps et en son âme.
    En publiant ce livre durant les jours sombres de 1942, Lucien Febvre n'était-il pas animé de la même confiance dans la puissance de l'intelligence que celle qui fit inscrire à Rabelais, sur la grande porte de Thélème, les mots interdisant l'entrée aux « hypocrites, bigots, vieux matagots, marmiteux, boursouflés... » ? Ne voulut-il pas écrire un livre à « plus hault sens », un message d'espérance dans l'avenir de l'histoire ?

  • « La sottise : on en respire la présence partout et toujours dans l'air du temps. Une présence atmosphérique, en quelque sorte. Aristote la suppose contemporaine de la préhistoire, tandis que saint Augustin y voit une conséquence du péché d'Adam. Ce florilège présente les fruits d'une cueillette au long de vingt huit siècles, chez les auteurs les plus divers, des Hébreux des âges bibliques aux journalistes de nos Républiques. à chacun de s'en faire une idée... » Lucien Jerphagnon

  • Le poème de Houeï-Nèng rejoignait l'esprit du Zen subit, abrupt.
    Le présent recueil, chef-d'oeuvre de la littérature universelle, nous livre l'enseignement complet de ce très grand maître, lion de l'éveil.
    Le Zen est comme un miroir. Le miroir n'est jamais souillé par le reflet.

empty