• L'Argentine « d'après »... Des militaires partisans de « l'avant »... Virage difficile à négocier après le désastre des Malouines. La grande danse, la grande valse ? Plutôt le tango ; tradition oblige !

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il n'est pas nécessaire de jouer au football pour se faire marquer des buts... Kern le constatera dès son arrivée en Espagne, à l'ouverture du Mundial. Pourquoi faut-il qu'il y ait des empêcheurs « d'écouter en rond » qui se singularisent en ramenant un certain genre de bouées ?

  • Les paysages sublimes du lac de Côme, une hôtesse ravissante, un vin rosé délicieux et, par-dessus tout, le farniente italien, voilà comment se présentent les vacances pour Jonathan Kern, de la C.I.A. Il suffira pourtant de peu de choses pour que ces vacances soient compromises : une conversation mystérieuse interceptée par un amateur cibiste, les soupçons d'une femme jalouse, un séminaire scientifique dans une villa au bord du lac et voilà Kern arraché à son oisiveté et lancé dans une étrange aventure...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il fit un pas sur la plage. Devant lui, la mer se perdait dans des lointains un peu flous, presque brumeux. Ce matin-là, il se sentit enfin profondément heureux. Quelle bonne idée il avait eue de choisir un Eldorador, à Hammamet. Il se rappela ceux d'Agadir et de Cala d'Or à Majorque. La même ambiance joyeuse et bon enfant, la même qualité de vie. Décidément, pour 2 300 francs, Jet Tours avait bien fait les choses. Au même moment, il sentit le sable bouger près de lui. Il tourna son regard et sourit. Ingrid l'avait rejoint.

  • Lorsque l'on ne dispose que d'une seule carte, il vaut mieux que ce soit un atout. Ça sert, pour couper entre autres choses, surtout si l'on n'a pas la main. Couper ? C'est l'intention du Fauve. La main, il l'a perdue et s'efforce de la reprendre parce que quelque part, entre Formose, Saigon et Hong Kong, quelqu'un joue et gagne ! Qu'un sous-marin des opérations spéciales lâche un commando en vue d'Haiphong, ou qu'une Eurasienne se retrouve inculpée de meurtre, que ce soit le Têt à Taipeh, n'est pas l'essentiel. L'essentiel, pour le Fauve, c'est de couper la branche pourrie afin de sauver l'arbre, et pour ce faire il joue Atout Kern.

  • Il y a les missions. Et il y a les hommes chargés d'exécuter une mission. Par exemple : monter un coup d'État dans une petite république d'Afrique. Sur le papier, tout colle à la perfection : la mission a été minutieusement étudiée et les hommes soigneusement choisis. Sur le terrain, tout change. Parce que les choses ne se passent jamais tout à fait comme prévu. Parce que les hommes ne sont jamais exactement ce que l'on croyait qu'ils étaient. Parce que l'un d'eux est un lâche, un autre un malade, parce qu'un troisième tombe amoureux. Parce que les hommes - même les agents les mieux entraînés de la C.I.A. - ne sont pas des marionnettes, et qu'il leur arrive de casser les fils... C'est ce que ne peuvent admettre les marionnettistes, les chefs, ceux qui tirent ces fils. Alors, vite, ils envoient quelqu'un - Jonathan Kern - récupérer les marionnettes et renouer le fil. Mais il y a des hommes qui n'acceptent pas de redevenir des marionnettes... Et ils s'en vont. Un Kern différent..

  • Anar... Kern ? Question absurde ! Comment un respectable agent de la non moins respectable C.I.A. pourrait-il songer un instant à lutter contre l'ordre établi ? Et pourtant... Quand un ami de vingt ans meurt, à Milan, dans des circonstances étranges ; quand le médecin qui soignait cet ami est, lui-même, assassiné ; quand les dossiers et le bateau de l'ami disparaissent mystérieusement ; quand on se retrouve au volant d'une voiture piégée et qu'on manque de très peu sauter avec elle ; quand de puissants personnages font tout pour vous faire abandonner votre enquête, on a bien quelques raisons de douter de l'ordre établi. Et, quand on s'appelle Jonathan Kern, on poursuit son enquête, par tous les moyens, même en s'alliant aux anarchistes ! Anar... Kern ? Pas encore...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Kern est formel : - Lorsque l'on coordonne le Renseignement dans une enclave stratégique comme Chypre, on ne meurt jamais banalement. Pourtant le professeur américain Michael Brice est mort, abattu par un homme qui l'admirait. Tout le prouve. Un fait divers ? Le Fauve s'est-il donc déplacé à Athènes, pour y réunir ses pions en Méditerranée orientale, uniquement à cause d'un banal fait divers ? Dans cette île, gouvernée par un archevêque né un 13 de 1913... rien n'est très banal.

  • - M. Augustin Obo passager de T.A.P. en provenance de Londres est prié de se présenter d'urgence au comptoir « informations ». L'annonce fut répétée deux fois en portugais et en anglais alors que trois longs-courriers venaient de se poser à quelques minutes d'intervalle sur la piste de Lisbonne-Portela...

  • Le Triangle d'or... Cette mystérieuse région qui s'étend au nord de la Thaïlande, à l'endroit où se joignent les frontières de Birmanie, de Chine et du Laos, on en a déjà beaucoup parlé, dans des articles, des reportages, des livres, des films. La terre d'élection pour la culture du pavot, donc pour la production d'opium, la fabrication de l'héroïne et tous les trafics. La terre de tribus étranges, indomptées, qui narguent les gouvernements locaux et n'aspirent qu'à l'indépendance. La terre où ont trouvé refuge les restes des armées de Tchang Kaï-chek, après leur défaite. Toutes les conditions sont réunies pour faire du Triangle d'or un des points les plus chauds, une des poudrières les plus menaçantes du globe. Et, à cette poudrière, il ne manquait qu'un détonateur : Jonathan Kern, de la C.I.A.

  • Qu'est-ce que le « Bacille de Kern » ? Une nouvelle maladie ? D'une certaine manière, oui. Découverte par Kern ? En quelque sorte. Kern se mêle donc de médecine ? A l'occasion. Surtout quand la médecine se mêle de fabriquer des armes ! Entre un laboratoire secret, à Londres, le milieu ultra-snob des yachtmen de l'île de Wight et le vieux palais qui abrite, à Prague, les barbouzes du Statsni Bezpecnosti tchécoslovaque ainsi que leurs patrons du K.G.B., Kern va se livrer à la chasse la plus folle et la plus dangereuse qu'il ait jamais connue : la chasse au bacille. Avec dans sa ligne de mire, une somptueuse rousse aux yeux verts qui a suivi un entraînement très spécial, possède une technique de l'interrogatoire « poussé » pas comme les autres et connaît un moyen inédit de passer des bacilles en fraude. Laissez-vous contaminer par « Le bacille de Kern ». Vous n'en reviendrez pas...

  • - Qu'est-ce qui t'arrive, Bill ? demanda son voisin. C'est la guerre ? - Presque ! bafouilla l'autre en agitant le feuillet. L'ambassade soviétique du Mozambique demande à être mise en contact immédiat avec le directeur des Clandestine Services... - Quoi ? Tu dérailles ! - Oh ! Mais ce n'est pas le plus culotté ! Tu sais qui signe ce message ? - Qui ? - Jonathan Kern !

  • - C'est un peu compliqué, mais quand vous ouvrez un panier de crabes, il faut commencer par détacher les pinces entre-mêlées pour sortir chaque bestiole une par une. C'est Jonathan Kern qui l'affirme, dans une luxueuse villa de Cocody.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « De 1947, date de sa création, à 1961, presque toutes les opérations de la C.I.A. sont des réussites ; de 1961 à aujourd'hui, ce sont presque toutes des échecs ; sans parler de quelques scandales intérieurs, genre Watergate. En gros, quatorze ans de succès et quatorze ans de ratages. On dirait la Bible, les vaches grasses et les vaches maigres, ou les mauvaises passes à la roulette. « Moi, je ne crois ni à la Bible, ni au hasard. Quand je vois une machine qui fonctionnait impeccablement se mettre à avoir pépins sur pépins sans raisons apparentes, je me dis qu'elle a été sabotée et je cherche à savoir comment et par qui... » C'est ainsi que raisonne Luke Beeler, ex-agent de la C.I.A. Et ce raisonnement pourrait le mener loin, très loin, jusqu'à la destruction de la C.I.A. elle-même... si Jonathan Kern n'était rentré de vacances un jour plus tôt que prévu...

  • Quatre fois le volume de terre remuée à Suez, un continent coupé en deux, une montagne transpercée, deux lacs artificiels, cinq barrages, six écluses, tel est le canal de Panama. C'est aussi une excellente affaire : deux cents millions de dollars par an. Et une position stratégique capitale : la clé du monde, comme disaient déjà les Espagnols, au XVIIe siècle. Autour du canal, les conflits pullulent entre Américains, Panaméens, révolutionnaires, terroristes, Special Forces... et Jonathan Kern qui atterrit au milieu de tout cela avec un mot d'ordre : PAS DE VAGUES ! Kern réussira : il n'y aura pas de vagues dans le canal. Tout au plus quelques vaguelettes... Mais à quel prix !

  • Appeler « rose trémière » un dossier explosif : pas sérieux. Lui donner le nom « vulgaire » de la rose trémière : primerose... c'est ce qui avait été décidé par les cerveaux du Pentagone. En revanche, il n'avait pas été prévu, ni par ces autorités, ni par le Consul Général, encore moins par sa femme, que primerose se promènerait dans Berlin, au printemps. Récupérer primerose ? Le Fauve rassure Jonathan Kern : - C'est d'une simplicité biblique, comme vous allez le voir...

  • Tout ce qu'à Langley on avait pu dire à Kern se résumait en une phrase : « Le Directeur vous attend à Paris ». A Paris, le Directeur arpentait le bureau de long en large. - L'Europe est devenue un paradoxe. La liberté explose à l'Est. C'est contagieux la liberté, Kern. Varsovie bouge. Ça grenouille... Le général Boleska, adjoint au Ministre de la Défense polonais est prêt lui aussi à « choisir » la liberté. - Autrement dit, Monsieur, vous m'offrez un voyage en Pologne ? - Exact. Mission : ramener Boleska. Moyens : locaux. L'antenne C.I.A. a monté toute l'affaire. Elle manipule le « double » qui a contacté le général. C'est simple, non ?

  • Kern dévisage le directeur. - Ce n'est pas pour refaire le monde que vous m'avez convoqué, monsieur... Dites-moi plutôt où se situe le coup fourré. - Athènes. - Tourisme et travail ! Juillet à Athènes, c'est la grande saison, de quoi me plaindrais-je ! - Attendez d'être sur place pour vous faire une opinion..., conseille le Fauve.

  • Le professeur Craig, l'un des plus grands biologistes américains, est-il un traître ? Le virus qu'il vient de découvrir - et qui est capable d'anéantir l'humanité - va-t-il le livrer aux ennemis de sa patrie ? Sa femme, la belle et romantique Laura, veut-elle l'aider dans cette entreprise criminelle ? C'est à ces questions cruciales que Jonathan Kern se trouve confronté d'emblée dès qu'il se charge de l'affaire Craig. Et cette affaire le mènera, bon gré mal gré, dans de singuliers labyrinthes : ceux des réseaux internationaux de savants pacifistes qui ont, à leur manière, décidé de lutter contre la toute-puissance des armes absolues ; ceux des services de renseignements qui se battent, à couteaux tirés, pour mettre la main sur Craig et sa découverte ; ceux, enfin, de Venise, Venise en septembre, Venise en carnaval, Venise, ville folle et amoureuse, où les conflits les plus aigus semblent se dissoudre dans cette atmosphère d'or, de volupté et de charme. Mais, dans Venise, il y a Craig, le savant le plus dangereux du monde. Et, pour attacher Craig, il y a la corde, la longue corde, que Kern lui a attachée au coeur... Cette corde mènera Kern, à travers les lagunes et les canaux, les fêtes nocturnes et les complots, les embuscades et les surprises, jusqu'à la vérité de Craig, de Laura... et jusqu'à la sienne propre, la vérité de Jonathan Kern, agent de la C.I.A.

empty