• Justice soit-elle

    Marie Vindy

    Machos et salauds...
    Quatorze meurtres de femmes non élucidés. Bienvenue en Bourgogne. Affaires classées ou non-lieu, la justice a depuis longtemps baissé les bras. Qui étaient toutes ces filles dont les cadavres ont été disséminés dans la région ? Des filles faciles, qui n'ont eu que ce qu'elles méritaient ? C'est ce que certains laissent entendre...
    Laurine, elle, voudrait simplement savoir qui a assassiné sa mère. Quand un nouveau meurtre est découvert, c'est, pour cette gamine déterminée, l'occasion de mettre un coup de pied dans la fourmilière. Gendarmes, médias, familles, juges, tout le monde en prend pour son grade. Au milieu de ce déchainement de violence qui confond victimes et coupables, l'avocate Déborah Lange, spécialiste des "cold cases", se bat pour faire éclater la vérité.
    Inspiré de faits réels, Justice soit-elle est un cri de colère d'une auteure engagée contre les violences faites aux femmes et le mépris d'une justice à deux vitesses.

  • Les belles et la bête

    Marie Vindy

    Un homme des bois affole la libido de belles promeneuses consentantes.

    Le temps semble s´étirer, suspendu comme les poussières que je vois danser dans la lumière. Elle inonde de sa chaleur dorée les murs blancs de la chapelle, un rayon court sur mes cuisses. Je ne porte qu´une chemise bleue ouverte sur ma poitrine, étendu sur l´estrade où se trouvait autrefois un hôtel, sur le drap qu´a apporté Mila. Elle est assise contre mon flanc, elle me regarde, elle m´observe. Tout est si calme. Ses mains caressent mon torse, les poils sous ses paumes. De temps en temps, mon regard croise l´objectif de l´appareil. Le déclencheur se met en marche.

    Voici le 2eme épisode de la série Mila, photographe, signée Marie Vindy. Les couples se font et se défont dans une ronde des plaisirs pimentés par l´irruption d´un homme des bois.

  • Petites morts

    Marie Vindy

    • Ska
    • 24 Avril 2019




    L'héroïne évoque avec son amant toutes les folies passées d'une sexualité sans entrave.




    Jean repose sa main sur mon genou, elle remonte tout doucement sous ma robe.

    J'interromps mon récit, j'écarte mon autre jambe et je caresse ma cuisse, à l'intérieur. Jean me laisse faire, c'est ce dont il a envie, je le sais. Je le connais si bien. Il ne quitte pas mes mains des yeux, et moi, c'est son visage que j'observe. Derrière les rides, derrière la peau trop pâle et les cheveux blancs rasés court, je devine le Jean d'avant. Le Jean de la force de l'âge, les tempes grises et le corps athlétique. Mon Jean.
    Il retrousse ma robe, passe ses doigts sous ma culotte qu'il fait glisser le long de mes jambes.
    - Tu seras mieux.
    Il recule et s'installe au pied du lit pour mieux voir. Pour mieux m'apprécier. Je sens la chaleur dans mon entrejambe, je me caresse très légèrement. Je suis mouillée.
    Marie Vindy offre ici un récit en miroir. Les mots du récit se mêlent aux désirs du présent pour faire ressurgir un passé brulant. Quelle vitalité érotique !

  • Simon Carrière, policier, a planté le gyrophare sur le toit de sa voiture, seul moyen de se rapprocher au plus près d'une scène macabre. Toute la cité est bloquée et tous ses habitants présents : jeunes encapuchonnés et pères de famille en une masse compacte, encore sous le choc, mais prêts à en découdre. Les femmes et leurs enfants aux fenêtres ou hululant depuis les balcons : une jeune fille du quartier vient de se suicider... Le capitaine Humbert enquête, lui, sur la disparition d'Aude : elle a été exécutée pour une embrouille de stups. Reste la violence de sa mise à mort. Il y a certainement autre chose derrière tout ça. Séquestrations, violences, balances et autres coups bas, c'est le lot du trafic de stups. Mais Dijon, ce n'est pas encore Marseille, Paris, Lyon ou Grenoble... La dope, ici, ce sont quelques familles, dont des membres sont en contact avec des grossistes basés dans des villes plus importantes. Il y a eu de belles affaires, mais on voit surtout des groupuscules plus anarchiques, quelques lascars qui font des trajets en Hollande pour ramener du produit, jusqu'à ce qu'ils finissent par se faire serrer par la douane volante à Gevrey-Chambertin. On est loin de la French Connection... A moins que les forces de l'ordre ne soient tout simplement trop aveugles pour voir dans ces gosses élevés de travers, pervertis par le fric facile des trafics et entraînés aux luttes viriles et à la violence, l'ombre d'une réalité inéluctable où le viol serait pratiqué comme une arme dissuasive, une arme de pouvoir aussi destructrice qu'une kalachnikov. Tournantes, violences faites aux femmes par des trafiquants de stupéfiants, disparitions de jeunes femmes : mélangeant plusieurs intrigues très contemporaines et nourrie aux faits divers qui ont défrayé la chronique judiciaire, Marie Vindy nous plonge dans un univers à la fois d'une grande proximité - une région et son quotidien avec des personnages auxquels il est aisé de s'identifier - et glaçant par la noirceur qu'il révèle. Son plus grand roman noir. Chiennes nous permet de retrouver les personnages croisés dans Une femme seule et Cavales : l'action se déroule au sein de la section de recherches de la gendarmerie nationale. Née en 1972 à Dijon, Marie Vindy finit par s'orienter vers l'écriture et publie Une femme seule en 2012 (Fayard), puis Cavales en 2014 à la Manufacture de livres. Passionnée de faits divers et de littérature policière, chroniqueuse judiciaire, Marie Vindy vit à Dijon avec son mari et ses enfants.

  • Une femme seule

    Marie Vindy

    • Fayard
    • 14 Mars 2012

    Un petit matin de janvier, au lieu-dit de L´Ermitage, Marianne Gil est réveillée par une pluie de coups frappés à sa porte. Son ami Joe, affolé, a découvert le corps sans vie d´une jeune fille derrière les granges, au fond de la propriété. Ils préviennent les autorités.  Le capitaine Francis Humbert, de la brigade de recherches de Chaumont, prend la tête des opérations. Les premières constatations révèlent que la victime a été étranglée, mais rien ne permet d´établir son identité. Qui est-elle ? Et que faisait-elle seule, dans les bois, en plein hiver ?  Mystérieuse Marianne, qui vit cachée et porte un secret que ni le silence ni la solitude n´ont su consoler. Écrivain de renom, cette femme seule à la beauté sauvage dégage une fragilité à laquelle Humbert sent confusément qu´il ne peut résister. Divorcé, englué dans une vie de caserne qui ne lui convient plus, cet enquêteur acharné va tout risquer pour la protéger de son passé...Fascinée par les grands paysages, Marie Vindy révèle un territoire traversé d´ombres, animés de personnages partagés entre désir d´ordre et tentation des limites. Avec Une femme seule, elle inaugure une série au coeur de la gendarmerie française qui l´impose comme une des nouvelles voix du polar aujourd´hui.

empty