• Malgré un succès d´audience partout dans le monde, cette série historico-policière de sept saisons et 156 épisodes ne fait pas l´objet d´une édition DVD en raison du coût des droits musicaux de sa très riche bande originale. Le but de ce livre est de l´analyser sous un angle historique et de contribuer à lui donner une place dans la mémoire des sériephiles. Inspirés par des faits réels et appuyés sur des connaissances historiques précises, les crimes résolus par les policiers de Cold Case proposent un portrait « en coupe » - fictif et néanmoins très pédagogique - de l´Amérique contemporaine, avec un traitement tout particulier de l´histoire des femmes et des minorités. Il s´agit aussi de montrer que le propos développé par les scénaristes de cette série policière diffusée sur la chaîne hertzienne conservatrice CBS est profondément « de gauche » (la gauche américaine) et progressiste. Enfin, en tant que série des années 2000, Cold Case est bien sûr marquée par les attentats du 11 Septembre et les deux guerres (Afghanistan et Irak) que les États-Unis ont mené pendant sa diffusion.

  • 1er juillet 1916. 400 000 Britanniques et 200 000 Français se lancent à l'assaut de 50 000 Allemands retranchés sur la Somme, de Gommecourt au nord à Fouquescourt au sud. Le bilan est effroyable. 57 470 Britanniques sont mis hors de combat - dont près de 20 000 perdent la vie - pour gagner 7,8 km2, soit 2,5 morts et 49 blessés par mètre carré. C'est le jour le plus meurtrier de l'histoire du Royaume-Uni.

    La percée du front, espérée depuis fin 1914 et défendue par Joffre, semble à portée de main. Mais les lignes allemandes résistent au bombardement de plus de 3 millions d'obus et aux multiples assauts. Plus britannique que française du fait de Verdun, la bataille se terminera, cinq mois plus tard, le 18 novembre, sans victoire décisive.

    Philippe Nivet et Marjolaine Boutet soulignent la dimension industrielle de cette bataille, où artillerie, mitrailleuses, aviation, tanks ont joué un rôle déterminant et ont profondément affecté les soldats de toutes nationalités. Ils montrent également que l'arrière-front n'est pas épargné par les combats, et que les souffrances endurées ont été terribles. Enfin, ils interrogent la place particulière de la bataille dans les mémoires nationales (française, britannique et allemande) depuis un siècle.

empty