• Le procès aux assises de l'attentat perpétré contre Charlie Hebdo s'ouvrira en septembre 2020. Quel est l'impact de la violence de cet attentat sur la vie de celles et ceux qui restent meurtris ? Maryse Wolinski raconte sans concessions sa traversée chaotique des cinq dernières années, la douleur de l'absence, l'impossibilité de la résilience et l'irruption de la maladie qui la condamne à un sursis perpétuel. Reste l'espoir de se frayer enfin un chemin vers la paix intérieure et la vraie vie.

  • « Chérie, je vais à Charlie » : tels sont les derniers mots que Georges m'a lancés, en ce matin du 7 janvier. Trois heures plus tard, l'attentat fera douze morts. Parmi eux, Georges, frappé par quatre balles de Kalachnikov. Quarante-sept années de vie commune fracassées. J'oscille entre insomnies et cauchemars, sidération et déni, enfermement et colère, obsédée par cette question : comment une scène de guerre a-t-elle pu se produire, en France, dans les locaux d'un journal satirique ? Puisant ma force dans le chagrin, j'ai cherché à comprendre, à travers le récit de cette journée du 7 janvier 2015 et de ses suites, où se trouvaient les failles. De cette quête, je suis sortie anéantie. Désormais, je suis celle qui va. M. W. Maryse Wolinski est journaliste et écrivain. Elle est l'auteur de plusieurs récits et romans dont Georges, si tu savais (Seuil, 2011) et La Passion d'Edith S. (Seuil, 2014).

  • J´avais 20 ans, je rêvais de liberté. Je t´ai aimé parce que tu me désirais et que tu me faisais rire. Je t´ai épousé. Dans la corbeille de mariage, il y avait deux petites filles, ton humour, nos engagements et la libération sexuelle. J´étais rebelle, je me suis soumise. Pas très longtemps. Enamourée et exaspérée, pendant quarante ans j´ai bravé le fracas des sentiments, les foudres de la passion, le flux et le reflux du désir. Résultat ? Georges, si tu savais...

  • Le secret de la belle vie ? De la légèreté, de l'insouciance, de la désinvolture, de la passion. De l'Amour.
    J'ai 21 ans, il en a 34. Nous ne regardons pas dans la même direction, mais partageons l'expérience de la mélancolie fondatrice. Ensemble, nous ouvrons la parenthèse du bonheur et découvrons très vite le secret de la belle vie. Un virus dont nous ne guérirons pas.
    Voici le récit de ces années joyeuses : quarante-sept années inoubliables.
    MW
    Maryse Wolinski est journaliste et écrivain. Elle est l'auteur de plusieurs récits et romans dont La mère qui voulait être femme (Seuil, 2008), Georges, si tu savais (Seuil, 2011), La Passion d'Edith S. (Seuil, 2014) et " Chérie, je vais à Charlie " (Seuil, 2016).

  • "Toute petite, manger était une torture. Lorsque j'ai découvert qu'il s'agissait d'un plaisir, un médecin m'a parlé de régime. Une fois enceinte, on décrète que j'ai trois kilos en trop... D'anorexie en phobie, j'ai fini par trouver une harmonie alimentaire. Mais une question m'obsède : les régimes font-ils maigrir ?" Maryse Wolinski s'est livrée à une enquête approfondie auprès des ténors de la nutrition qui assènent des théories péremptoires alors qu'ils sont loin de tout savoir. Le résultat est parfois édifiant : alors à table, et bon appétit...

  • Trois générations de femmes se trouvent liées par un secret de famille. Marta, la grand-mère, sa fille Cécile et Esther, la petite-fille trentenaire, se réunissent le jour de l'anniversaire de Marta pour préparer la réception. Au long de cette journée particulière, les souvenirs qu'elles se remémorent révèlent progressivement la trame de leurs existences perverties par un secret commun.

  • Août 1942. Dans le wagon qui l'emporte vers Auschwitz, Edith, philosophe d'origine juive, disciple de Husserl, convertie au catholicisme et carmélite, remonte le fil de sa vie. Autour d'elle, des hommes, des femmes, des enfants juifs. Hannah, journaliste

  • Années 70 : les femmes imposent leurs idées. Années 80 : retour en force des hommes, papas-poules ou super-battants, dandys bronzés UV et parfumés Egoïste. Années 90 : où en est-on ? Maryse Wolinski fait le point. Une mise à nu ironique et salutaire, par l'auteur de La femme qui aimait les hommes.

  • Léna Bâ, la nouvelle héroïne de Maryse Wolinski, est une vraie femme d'aujourd'hui, partagée entre le pouvoir et l'amour. En apparence, elle a tout pour elle. Magistrat, appartenant à la section des crimes et délits flagrants, elle exerce son métier avec passion. Des amours plurielles ponctuent sa vie privée. Pourtant le bonheur lui échappe. Un événement familial la conduit à M'Bodien, le village sénégalais de son enfance, où elle est assaillie par les souvenirs et découvre l'inattendu et bouleversant secret de sa naissance. De retour de ce voyage qui se révèle être initiatique, elle est une femme différente et croit enfin avoir trouvé sa vérité. Mais le bonheur peut encore prendre les couleurs de la tragédie.

  • Pourquoi court-elle à perdre haleine au bord de l'océan, Kaïna, la fille sauvage, bizarrement mariée à un professeur de médecine qui la délaisse ? Que fuit-elle en s'épuisant ? L'amour de Milan, un jeune Tchèque qui fait brutalement irruption dans sa vie, lui réapprend à espérer. Sa force à elle, Kaïna, sera désormais d'aimer deux hommes d'une égale passion. Avec sensualité, Maryse Wolinski, l'auteur de La Femme qui aimait les hommes, révèle les secrets les plus intimes d'un coeur féminin, celui de Kaïna, dont les battements violents se confondent au tumulte des vagues, comme l'écho d'un décor envoûtant.

  • Les années 70 furent celles de la libération sexuelle. Que devinrent les couples qui se formèrent durant cette période agitée ? On a souvent dit que leur amour n'avait pas duré. Après trente années passées avec celui qu'elle a élu « homme de sa vie », Maryse Wolinski prouve que, en dépit d'un ciel parfois changeant, « amour » peut rimer avec « toujours ». C'est une invention de chaque instant, une adaptation de l'un à l'autre qui, peu à peu, l'amplifient jusqu'à lui donner la force de l'évidence et de l'inéluctable. Si l'on veut bien s'en donner la peine, aimer devient alors un éternel recommencement, un enchaînement de désirs toujours neufs et de passions inédites. Une aventure des intensités du coeur. Chambre à part est le récit de ce bonheur singulier, construit au fil des ans et qui se perpétue. Un hymne à l'amour où chacun puisera sagesse ou... idées.

  • Ni soumise ni rebelle, une jeune femme tente dans le silence oppressant de la haute société bordelaise d'échapper à la fatalité du couple et d'aimer les hommes autrement qu'ils l'exigent. Véritable parcours initiatique qui entraîne le lecteur dans une spirale infernale ponctuée de drames et de violences, où l'incompréhension côtoie la tendresse et l'obstination la souffrance. La femme qui aimait les hommes est le roman des amours d'aujourd'hui. Entre le mensonge des passions éternelles et l'ambiguïté des sentiments provisoires.

empty