• Née du siècle des Lumières, enfant de pensées utopiques, accouchée un soir de séance à l'assemblée par la voix d'un médecin, député d'une assemblée constituante se voulant réformiste et aux idées égalitaires, la guillotine fut longtemps l'instrument porté par un courant de pensée qui prônait l'égalité devant la mort des condamnés et la non-souffrance devant la peine. Guillotin, qui devait à son grand désespoir, lui donner son nom, ne déclarait-il pas : « Le supplice que j'ai inventé est si doux qu'il n'y a vraiment que l'idée de la mort qui puisse le rendre désagréable. Aussi, si l'on ne s'attendait pas à mourir, on croirait n'avoir senti sur le cou qu'une légère et agréable fraîcheur. » Appelée Louisette, La Veuve ou encore la Bascule à Charlot, la guillotine fut longtemps tour à tour détestée, vénérée, admirée, voire déifiée ou vouée aux gémonies de l'Histoire. Grande prêtresse du crime, elle fut l'instrument suprême de la justice jusqu'à sa remise aux archives de l'Histoire en 1981. C'est son histoire, celle des bourreaux l'ayant servie et des condamnés qui subirent son supplice que l'Historien Michel Benoit nous raconte dans ce livre.


  • Zola a-t-il été assassiné ? Robespierre s'est-il suicidé ? Comment Agnès Sorel a-t-elle trouvé la mort ? Complots, manigances, meurtres...

    Nombreuses dans l'Histoire sont les morts mystérieuses. Dans cet ouvrage, une quinzaine d

  • Pourquoi tant de violences au nom du Coran ? Lui obéissent-ils, ces fanatiques qui se réclament de lui pour tuer ou se faire tuer ? Avec clarté, l'auteur fait la synthèse d'un siècle de recherche indépendante. Il met en lumière une idéologie qui a contaminé le christianisme et l'islam, avant d'inspirer les totalitarismes du siècle dernier : le messianisme. Un éclairage saisissant apporté au nécessaire débat sur la naissance du Coran, ce brasier qui enflamme périodiquement la planète depuis la fin du 7e siècle.

  • Lucien, dernier enfant du baron de la Motte des Ouches, aime venir se réfugier dans le grand chêne de la propriété. Accablé par sa mère et privé de toute sortie, il ne peut compter que sur cet endroit isolé et l'aide de son frère Jean, le seul à lui accorder intérêt et affection. Le jour où, en compagnie de celui-ci, il brave l'interdit pour découvrir la rivière sonne pour l'enfant comme une délivrance. Son frère puni et envoyé en Angleterre, Lucien, livré à lui-même et ne supportant plus l'autorité maternelle, décide de s'échapper...

  • Dans ce recueil de récits, des Hébreux à Élisabeth II, de Philippe le Bel à Robespierre, de Catherine de Médicis à Gambetta ou de Vidocq à Che Guevara, l'historien Michel Benoit nous entraîne dans une multitude d'histoires qui ont participé à la grande Histoire. L'auteur questionne, explique, induit à la réflexion pour mieux comprendre les faits, l'implication de ces hommes qui ont laissé une trace dans le passé de l'humanité pour mieux appréhender le présent, voire le futur. Dans ce livre, tout est précision jusqu'aux déroulements de certains faits et vous entrerez dans l'ambiance de la scène comme si vous assistiez à la mort de Ravaillac, à la montée au bûcher des Templiers ou encore à la condamnation de Danton. Ainsi, au travers de ces intrigues, ces empoisonnements, ces tactiques politiques, ces complots, ces cupidités et cette soif de pouvoir, Michel Benoit vous relate avec habilité des récits qui vous tiendront en haleine à travers ces petites anecdotes et ces faits majeurs de la petite histoire qui font la grande Histoire.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Il est dix neuf heures trente. Deux tombereaux montent la rue du Rocher en direction du cimetière des Errancis, près de la barrière de Monceaux. Il est tard, on jette pêle-mêle dans la fosse les corps des suppliciés du jour. Parmi eux, Maximilien Robespierre et Louis-Antoine Saint-Just, né à Decize il y a vingt-six ans. Nous sommes le 10 Thermidor de l'An II. Ce jeune homme que rien ne destinait à participer à l'aventure révolutionnaire était mort sans pouvoir prononcer son dernier discours. Celui qui déclarait à la tribune de l'assemblée que « la confiance n'a plus de prix lorsqu'on la partage avec des hommes corrompus », ou encore « Osez ! ce mot renferme toute la politique de notre révolution », n'aura été député que vingt-deux mois et n'aura pu mettre en pratique la constitution de 1793 dont il fut l'un des maîtres penseurs. Quelles purent être les dernières heures, les ultimes pensées de Saint-Just, homme d'action et penseur d'actes, alors qu'ils se savait condamné ?

  • Séances de mise en forme, toilettage, promenades dans les bois... Eh oui, la plus belle conquête du cheval, c'est bien l'homme ! Ce ne sont pas les personnages hauts en couleur de cette BD qui le démentiront. Souvenez-vous, vous les avez sûrement déjà croisés... Il y a Monique, la monitrice du club hippique, pas très féminine, râleuse mais sympa ; son frimeur de fils Roméo, qui rêve d'être un grand champion de concours hippique ; Bébert, l'emblématique palefrenier qui a toujours vécu etquot;dansetquot; les chevaux...



    Des chevaux fièrement représentés par Mascotte, le poney facétieux, Blanche Neige la jolie jument ou Ramsès le crack.

  • Le détective privé Ethon Blimiec vous entraine dans une enqûete palpitante !
    ?
    ?Quand Ethon Blimiec ouvre la porte de son appartement, ce matin-là, il ne s'attend pas une seconde à ce que son immeuble de la cité Ribot se transforme, quelques instants plus tard, en QG de la police judiciaire. Il lui faudra être très convaincant auprès du commissaire Clérambar pour se sortir d'une sombre affaire de règlement de comptes. Un détective privé a pourtant l'habitude de vivre dangereusement, même si son affaire s'appelle l'Agence Mogador... Mais voilà que tous ceux qu'il approche tombent comme des mouches, jusqu'à ce qu'il en découvre la véritable raison.
    Fort du succès des enquêtes du commissaire Merle, Michel Benoit convie le public à un nouveau rendez-vous, avec un détective privé, Ethon Blimiec, un professionnel pittoresque, à une époque - pas si lointaine - où les policiers travaillaient sans Internet, sans téléphones portables et sans recours aux analyses ADN. Au fil des investigations, Ethon deviendra un intime du lecteur, une sorte d'ami de la famille que l'on a hâte de retrouver avec plaisir.
    Découvrez le premier tome de la nouvelle série policière de Michel Benoit, père du célèbre commissaire Merle, qui vous replongera dans les années 80 !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Michel Benoit est un écrivain prolifique, tour à tour romancier, historien, essayiste, dramaturge. De tous les genres, c'est le polar qu'il préfère, "le roman par excellence" comme il aime le désigner. La vie n'est qu'un polar et dans un polar on y trouve tout ce
    qui compose une vie : l'amour, la fidélité, l'amitié mais aussi la jalousie, l'envie, les blessures, la haine et la mort. En 2010 il publie son premier roman policier : La Belle marinière où il donne naissance au commissaire Augustin Merle, une série qui connait
    un retentissant succès. En 2020, il publie la 13ième enquête du commissaire Merle. Michel Benoit aime donner des rendez-vous aux lecteurs. Ainsi le principe de la série le permet tout à fait. Il imagine donc aujourd'hui un nouveau personnage : Ethon Blimiec, détective privé que le lecteur va suivre mission après mission. Plus intime, plus dévoilé, le personnage devient en quelque sorte un ami de la famille qu'on a plaisir et hâte à retrouver.

  • Enfin un ouvrage complet sur tous les aspects techniques et pratiques de l'utilisation d'une voiture électrique ! Autonomie, coût au kilomètre, temps de recharge, bornes, prix d'achat, durée de vie, valeur de revente, modèles disponibles et à venir... Expliqué dans un langage accessible, voici tout ce qu'il faut savoir pour se faire son opinion au lieu de propager des préjugés.Mais ce n'est pas tout. La voiture électrique annonce la venue de la voiture autonome et l'émergence de la mobility as a service. Et c'est un monde nouveau qui va naître. Les modèles économiques inconnus qui se mettent en place dépasseront en impact ce que l'Internet a provoqué. On verra des conséquences sociologiques, environnementales, économiques, politiques, architecturales, urbanistiques, immobilières. Des empires industriels, des réseaux commerciaux vont s'effondrer, d'autres naissent déjà sous nos yeux. Et que deviendra le marché de l'automobile quand il sera composé surtout d'acheteurs professionnels qui ne prendront en compte que le coût d'exploitation et le prix de revient kilométrique ?Face à ce changement de paradigme, conducteurs, consommateurs, journalistes et politiciens vont chercher des réponses. Ce livre est le premier à aborder toutes leurs questions.La voiture électrique, c'est maintenant. Et ça ne fait que commencer...

  • Quand le politique et l'intellectuel réinventent la France. Dans ce livre qui sort de l'ordinaire politique et intellectuel, Benoît Hamon et Yannick Jadot, avec Michel Wieviorka, invitent quarante personnalités de la société civile - acteurs sociaux, culturels, économiques, chercheurs - à enrichir le débat public sur des thèmes essentiels de la vie d'aujourd'hui, tels que la réinvention du travail, le sauvetage du projet européen, le digne accueil des réfugiés, l'indépendance de la justice, la confiance en la jeunesse, la démocratie environnementale. Ces analyses, qui s'ajoutent au texte programmatique de Benoît Hamon et Yannick Jadot, ont pour objectif de forger dans notre pays un nouvel espoir, une façon de refonder la politique en liaison avec le mouvement des idées. Rien d'autre, finalement, que le projet de vivre, de penser et de faire ensemble avec bienveillance.

  • La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Meurthe-et-Moselle est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Qui n'a jamais entendu parler de Nancy, Toul, Pont-à-Mousson, Lunéville, Longwy ou Villerupt ? Tous ces noms évoquent l'histoire, l'art ou l'industrie ; ils ont permis de porter jusqu'à l'autre bout du monde la renommée de la Meurthe-et-Moselle. Ces noms anciens ont évoqué pour nos ancêtres, qui ont baptisé ces localités, autre chose que les connotations que nous leur attribuons, relativement récentes par rapport à l'âge de ces lieux. Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses. Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et meurthois) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

  • Perelman est né il y a cent ans. Sa pensée a révolutionné la rhétorique, qu'on avait rangée dans les oubliettes de l'histoire, tout autant que la réflexion sur le droit ; droit qu'il a théorisé comme résolution des conflits. Ce que la morale ne pouvait plus trancher, le juge avait désormais à sa charge de le résoudre. La pensée de Perelman a été profondément marquée par le relativisme éthique, d'une part, et par une conception formelle, analytique, de la raison, d'autre part. La rhétorique a permis d'élargir le champ du raisonnable et elle a aujourd'hui gagné l'ensemble des sciences humaines. Il appartenait à ses successeurs de l'Université libre de Bruxelles, Benoît Frydman et Michel Meyer, de montrer ce qu'est devenue à l'heure actuelle cette conception du droit et la rhétorique, en réunissant parmi les meilleurs spécialistes ceux qui ont su prolonger la pensée de Perelman dans des directions nouvelles.

  • Le printemps était en retard sur la côte d'Albâtre et l'hiver n'en finissait pas de demander du rab. Simon regarda sa montre. L'aiguille tapait 10h20. Cela faisait six minutes et douze secondes que Marcel le Brestois et Joe le Nantais avaient franchi la porte de l'établissement bancaire et rien ne se passait. Pas un bruit suspect, pas un client n'était entré et pas un n'en était sorti bien sûr... Le silence, le vrai, le pesant... à vous donner des frissons dans le dos. Six minutes et douze secondes ! C'est fou comme la petite aiguille d'une montre peut angoisser le quidam dans des moments pareils. Dans quelques instants, le tour serait joué et la destinée basculerait pour ceux qui sortiraient tranquillement de la banque avec des sacs de biffetons à en faire baver une armée d'escargots...

  • Infrastructures

    Benoît Michel

    Dennis Moore aspire à une vie qui s'apparente à celle du commun des mortels soit, fonder une famille et avoir un bon emploi, mais la réalité sera toute autre. Dès son premier jour de travail à Montréal et pour les cinq décennies suivantes il empruntera un parcours constellé d'épreuves inimaginables qui accableront cet homme sa vie durant. Elles auront raison de lui à l'usure, jusqu'à le détruire.

    Une histoire où la corruption, la violence, l'amour et le mystique se côtoient.
    Un récit original écrit dans un style nouveau et touchant qui vous bouleversera assurément.

  • Finally, there's a complete work on all the technical and practical aspects of using an electric car! What is its real range? The running cost per mile? Where and how to recharge it? How to extend battery life? How many years can an electric car last? What are its real running and maintenance costs? How do you drive an electric car? The author explains the technology, functioning, and different way of using these new vehicles in language that everyone will understand.But that's not all.The electric car paves the way for the autonomous car and a new way to meet our mobility needs, i.e., "mobility as a service." With that, we are presented with a new world with different road and parking-lot engineering, delivery schemes, and individual travel patterns, but also one in which car dealers and local garages are fated to disappear. Indeed, what will happen to the car market when it is composed primarily of corporate buyers interested only in operating costs and cost price per mile?Motorists, automotive industry professionals, journalists, and political decision-makers will be looking for answers to cope with these radical changes. This book is the first one to tackle all their questions.The electric car revolution is already here, and that's just the beginning!

  • Études françaises a cinquante ans. La revue a traversé cette période en conservant son titre et, je crois, sa volonté d'être « au centre de gravité » des cultures de langue française tout en s'affirmant comme « un lieu où la littérature se fait ». Cela ne va pas de soi quand on pense que le département auquel elle est associée depuis sa création a, lui, cru nécessaire de changer de nom. Ce Département d'études françaises, fondé en 1962 à l'Université de Montréal, est devenu en 2003 le Département des littératures de langue française. Cette mutation reflète bien les questions que soulève l'adjectif « français », renvoyant aussi bien à une langue qu'à une nation, l'une étant constitutive de l'identité du Québec, l'autre lui étant au moins partiellement étrangère, au mieux associée au Canada dans un composé dont l'histoire épouse les transformations qui se sont opérées dans nos rapports à la langue et à la France.

  • La seigneurie est une institution de longue durée []. Dans sa forme classique le long du Saint-Laurent, le régime seigneurial s'est institué au coeur d'une tradition ancestrale de vie collective, il s'est fait agent de la constitution d'un paysage rural mythique et il a servi de marqueur de différence ethnique. [] Les collaborateurs au présent ouvrage [ont], en quelque sorte, propulsé l'étude du régime seigneurial dans le XXIe siècle. Leur approche du régime seigneurial ne néglige pas la question fondamentale de la propriété et de l'autorité, mais elle bouleverse la chronologie convenue. Insistant sur la persistance du régime seigneurial bien au-delà de son abolition théorique en 1854, les auteurs en observent le lent déclin s'étirer jusqu'à l'ère de l'automobile, dans le Québec duplessiste.
    - Extrait de la préface de Brian Young
    Avec des textes de Jessica Barthe, Isabelle Bouchard, Jean-Michel Daoust, Jonathan Fortin, Joseph Gagné, David Gilles, Benoît Grenier, Alain Laberge, Katéri Lalancette, André LaRose, Michel Morissette, Jean-René Thuot et Alex Tremblay Lamarche.
    Benoît Grenier est professeur au Département d'histoire de l'Université de Sherbrooke. Spécialiste de l'histoire seigneuriale du Québec, il dirige une recherche sur les persistances et la mémoire de la seigneurie dans le Québec contemporain. Il a publié plusieurs ouvrages, seul ou en collaboration, dans lesquels il s'est intéressé aux enjeux du pouvoir féminin et à la sociabilité rurale à l'époque préindustrielle.
    Michel Morissette est candidat au doctorat en histoire à l'Université de Sherbrooke. Ses recherches traitent des survivances sociales, économiques et politiques du régime seigneurial dans le Québec du xxe siècle.

  • La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Moselle est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Du Saulnois au Bitcherland, le voyageur s'aperçoit qu'il traverse une frontière linguistique. De Château-Salins, au nom d'origine romane, on arrive à Morhange, à la finale caractéristique des villages de la zone de transition (suffixe -ange, issu du germanique -ingen) pour aller vers Sarreguemines, terme purement germanique qui indique que nous sommes « au confluent de la Sarre (et de la Blies) ». Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses.
    Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et mosellan) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

  • La Lorraine est une terre de passage. Les routes qui la sillonnent du nord au sud et d'est en ouest nous enseignent l'histoire. La Meuse est particulièrement intéressante par sa variété toponymique. Dans le département de la Meuse certains noms de lieux sont plus évocateurs que d'autres : Bar-le-Duc, Douaumont, Varennes-en-Argonne ou Verdun, ont un passé lourd d'histoire. D'autres, plus discrets, comme les Islettes, ou plus curieux comme Venise, Azannes-et-Soumazannes nous intriguent. Mais tous en appellent à notre curiosité et nous aimerions savoir ce qu'ils cachent. Mais tous les noms de lieux, villages, lieux-dits, montagnes, rivières et étangs ne sont pas aussi aisés à interpréter. Ce livre tente donc de leur donner un sens et cherche des réponses à partir des attestations anciennes en proposant le plus souvent différentes hypothèses.
    Au-delà de la recherche étymologique, l'ouvrage se présente aussi comme une promenade passionnante au milieu des hommes qui ont nommé ces lieux à différentes époques à travers leurs activités, leurs croyances, les paysages, les coutumes. La deuxième partie aborde un aspect historique que la toponymie met en lumière : les différentes époques de peuplement avec leurs habitudes de langage, de l'antiquité à l'époque moderne. C'est tout un pan particulièrement fragile du patrimoine lorrain (et meusien) que ce livre met en valeur, en espérant apporter aux habitants comme aux touristes une meilleure connaissance de ce patrimoine omniprésent et pourtant si méconnu.
    Michèle BENOIT, docteur en langue et littérature française, a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire de la Lorraine et de la Bretagne et, en collaboration avec Cl. Michel, des ouvrages de dialectologie et de toponymie.
    Claude MICHEL, docteur en linguistique, dialectologue, chercheur à l'Institut Pierre Gardette a écrit de nombreux ouvrages et articles abordant la dialectologie, les régionalismes du français et la toponymie, à propos de la Lorraine et du franco-provençal.

  • Recette strasbourgeoise.
    Prenez cinq étudiants désoeuvrés qui aimeraient donner un sens à leur vie. Choisissez cinq gangsters, proches de la retraite, qui veulent réaliser le plus beau coup de leur carrière. Faites mijoter à part. Mélangez. Ajoutez quelques autres personnages (en particulier des artistes, vivants ou morts). À mi-cuisson, ajoutez encore deux policiers. Assaisonnez avec beaucoup d'humour, pas mal d'amour, un peu de violence, un zeste de culture, une bonne dose de rebondissements et une pincée de choucroute. Laissez sur le feu.
    Rien ne va se passer comme prévu.

  • Nom : Merle. Profession : Commissaire. Signe particulier : impénétrable. Merle se remet très difficilement de la mort de son épouse, Muguette. Mais les affaires continuent et il se plonge dedans pour noyer sa tristesse. Deux jeunes femmes sont retrouvées mortes : une enquête est confiée à Merle, l'autre à un jeune bleu. Toutefois, Merle sent rapidement que quelque chose cloche : avec son expérience et sa connaissance du genre humain, il est le seul à pouvoir résoudre ces deux affaires...

empty