Langue française

  • Cet ouvrage n'est ni un pamphlet contre la psychiatrie américaine et ses classifications, ni un panégyrique. Il a l'ambition de donner au lecteur la possibilité de se forger son propre avis à travers une histoire foisonnante et une actualité agitée, relatée avec humour et précision par l'auteur. Un livre captivant qui se lit comme un roman. Le souci de l'auteur est de replacer la naissance et le développement de ces classifications - qui ont ébranlé la psychiatrie internationale - dans l'histoire de la psychiatrie américaine et dans l'histoire de l'Amérique, des premières tentatives de Benjamin Rush au début du xixe siècle jusqu'au tout nouveau dsm-v. Il le fait en brossant des portraits pittoresques des hommes et des femmes qui furent et qui sont les acteurs de cette histoire.

  • En quel sens peut-il être question, dans l'evolution des connaissances, de l'action et des rapports humains d'un devenir proprement historique ? On tend à nous proposer, à cet égard, l'alternative entre deux représentations du passé et de la mémoire : celle qui, sans changer de méthodes, prétend perfectionner la qualité des résultats ; et celle, tout autre, qui prétend rassembler les démarches intellectuelles et techniques par des voix
    radicalement nouvelles. De ce point de vue, on qualifie d'historique l'avènement d'un nouvel état d'esprit. Ce changement réduirait les démarches liées au passé à un souvenir archaïque. Le passé ne serait que ce qui est dépassé.

    L'ouvrage que voici accorde une importance spécifique à la dimension proprement historique de l'existence humaine. La signification du temps vécu s'y manifeste de multiples manières parmi lesquelles les références à la santé mentale et au devenir culturel se font constamment sentir. Par là s'explique aussi la différence jamais négligeable entre l'histoire et les histoires. Le travail thérapeutique en psychiatrie s'échaffaude à l'entrecroisement de toutes sortes d'histoires : histoire du patient, histoire du soignant ou des soignants, histoire de la
    maladie, histoire de l'institution, histoire de la clinique, histoire des théories psychiatriques, histoire tout court.

    Et le travail psychothérapique consiste pour l'essentiel à tisser ou retisser l'histoire d'un sujet qui s'en trouve plus ou moins dépossédé, sans trop se raconter d'histoires. Cest autour des différents aspects de la notion d'histoire que les auteurs de cet ouvrage tissent à leur tour leurs histoires qui traversent le temps et les continents.

  • De la soif de connaître, de savoir, d'apprendre, aux indiscrétions les plus pathologiques, en passant par le vilain défaut, des pulsions épistémophiliques à la recherche de la vérité, et aux aléas de la recherche scientifique, la curiosité est au coeur de nos mouvements de pensée et du va-et-vient de nos affects. Elle anime de manière variée notre travail relationnel en psychiatrie, nos recherches cliniques, nos conceptualisations.
    François Tosquelles nous le rappelle, dans curiosité il y a cure, prendre soin de. On ne peut éprouver la curiosité que dans la mesure où on prend soin de l'autre. Il y a donc cure dans la cure qui suppose l'éveil mutuel d'un certain nombre de curiosités l'un pour l'autre, aussi bien du thérapeute vis-à-vis du soit-disant malade que du malade vis-à-vis du thérapeute, et même au-delà pour sa famille, enfin pour tout ce qui touche sa vie.

    À condition toutefois que dans cet élan vers l'autre, notre curiosité ne soit jamais satisfaite et qu'elle nous permette d'accueillir le sujet dans toute son opacité.

empty