• WITH AN INTRODUCTION BY HAROLD BLOOMWidely regarded as the world's first modern novel, and one of the funniest and most tragic books ever written, Don Quixote chronicles the famous picaresque adventures of the noble knight-errant Don Quixote de La Mancha and his faithful squire, Sancho Panza, as they travel through sixteenth-century Spain. Unless you read Spanish, you've never read Don Quixote.

  • "Don Quixote is practically unthinkable as a living being," said novelist Milan Kundera. "And yet, in our memory, what character is more alive?"
    Widely regarded as the world's first modern novel, Don Quixote chronicles the famous picaresque adventures of the noble knight-errant Don Quixote de La Mancha and his faithful squire, Sancho Panza, as they travel through sixteenth-century Spain. This Modern Library edition presents the acclaimed Samuel Putnam translation of the epic tale, complete with notes, variant readings, and an Introduction by the translator.
    The debt owed to Cervantes by literature is immense. From Milan Kundera: "Cervantes is the founder of the Modern Era. . . . The novelist need answer to no one but Cervantes." Lionel Trilling observed: "It can be said that all prose fiction is a variation on the theme of Don Quixote." Vladmir Nabokov wrote: "Don Quixote is greater today than he was in Cervantes's womb. [He] looms so wonderfully above the skyline of literature, a gaunt giant on a lean nag, that the book lives and will live through [his] sheer vitality. . . . He stands for everything that is gentle, forlorn, pure, unselfish, and gallant. The parody has become a paragon." And V. S. Pritchett observed: "Don Quixote begins as a province, turns into Spain, and ends as a universe. . . . The true spell of Cervantes is that he is a natural magician in pure story-telling."

  • "Ever since I could chase a bone, I've longed to talk...."
    The first talking-dog story in Western literature--from the writer generally acknowledged, alongside William Shakespeare, as the founding father of modern literature, no less?
    Indeed, The Dialogue of the Dogs features, in a condensed, powerful version, all the traits the author of Don Quixote is famous for: It's a picaresque rich in bawdy humor, social satire, and fantasy, and it uses story tactics that were innovative at the time, such as the philandering husband who, given syphilis by his wife, is hospitalized. Late one feverish night he overhears the hospital's guard dogs telling each other their life's story--a wickedly ironic tale within the tale within the tale, wherein the two virtuous canines find themselves victim, time and again, to deceitful, corrupt humanity.
    Here in a sparkling new translation, the parody of a Greek dialogue is so entertaining it belies the stunningly prescient sophistication of this novella--that it is a story about telling stories, and about creating a new way to discuss morality that isn't rooted in empiricism. In short, it's a masterful work that flies in the face of the forms and ethics of its time...and perhaps ours as well.
    The Art of The Novella Series
    Too short to be a novel, too long to be a short story, the novella is generally unrecognized by academics and publishers. Nonetheless, it is a form beloved and practiced by literature's greatest writers. In the Art Of The Novella series, Melville House celebrates this renegade art form and its practitioners with titles that are, in many instances, presented in book form for the first time.

  • The story of the Spanish knight whose devotion to tales of chivalry leads him and his faithful squire, Sancho Panza, into a series of bizarre adventures blends fantasy, comedy, and drama in a way that has gripped the world's imagination for centuries. This edition has been abridged and adapted for children, and enhanced by the delightful illustrations of Walter Crane.

  • L'intrigue couvre les aventures d'un pauvre gentilhomme, dénommé Alonso Quichano, obsédé par les livres de chevalerie. Ceux-ci lui troublent la cervelle au point que Quichano se prend pour le chevalier errant Don Quichotte, dont la mission est de parcourir l'Espagne pour combattre le mal et protéger les opprimés. Il prend la route, monté sur son vieux cheval, Rossinante, et accompagné d'un paysan simplet, Sancho Panza, trompé par ses promesses de récompense extraordinaire.

    Don Quichotte passe pour un illuminé auprès de ceux qu'il rencontre. Il croit que les auberges ordinaires sont des châteaux enchantés et les filles de paysans de belles princesses. Il prend les moulins à vent pour des géants envoyés par de méchants magiciens. Il considère qu'une paysanne de son pays, Dulcinée du Toboso, qu'il ne rencontrera jamais, est l'élue de son coeur à qui il jure amour et fidélité.
    « L'Ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche » est un roman écrit par Miguel de Cervantes. Il a créé le type du Don Quichotte, rêveur idéaliste et absurde qui se prend pour un justicier.
    Comédiens : Gérard Philippe, Jacques Fabbri, Jean Bolo, Robert Bazile, Caroline Cler, Georges Carmier, Jean Negroni
    Auteur : Miguel de Cervantès
    Musique : Vincent Vial
    Adaptation : J.J.Bloch
    enregistrement original de 1954
    durée : 34 minutes 30 secondes
    Chapitre 1 : 17 minutes 11 secondes
    Chapitre 2 : 17 minutes 19 secondes

  • Miguel de Cervantes escribe las "Novelas ejemplares" entre 1590 y 1613, y las publica tras el éxito obtenido por la primera parte del Quijote. Estas 12 novelas cortas son denominadas ejemplares por su carácter didáctico y moral. Se suelen agrupar en dos series, las de temática idealista y las de temática realista. En las primeras abundan los enredos amorosos, y es en esta seria en la que se enmarca "La señora Cornelia".

  • "El amante liberal" forma parte de la "Novelas ejemplares", escritas por Miguel de Cervantes entre 1590 y 1612. Reúne elementos de la novela morisca y la novela bizantina, aunque al mismo tiempo critica implícitamente algunos aspectos de ésta última. En la novela aparece, junto al tema del amor generoso, el del cautiverio, que en Cervantes tiene tintes biográficos, aunque se añadan otros inventados.

  • "La casa de los celos" forma parte de las obras teatrales de Miguel de Cervantes. El autor se embarca en una comedia de circunstancias con carácter caballeresco. Se estructura en tres actos, dentro de los cuales se funden el motivo carolingio con la leyenda de Bernardo del Carpio.

  • "El licenciado Vidriera" forma parte de la "Novelas ejemplares", escritas por Miguel de Cervantes entre 1590 y 1612. El estudiante Tomás Rodaja marcha a Salamanca a estudiar acompañando de un noble y allí se licencia con honores; viaja por diversas ciudades de Italia, pero pierde la razón a causa de una pócima de amor que le han suministrado en secreto y cree tener el cuerpo de vidrio y ser sumamente frágil, por lo que se obsesiona con la idea de romperse en mil pedazos.

  • Don Quichotte, dans son titre complet, L'ingénieux hidalgo don Quichotte de la Manche, et dans son titre original El ingenioso hidalgo don Quijote de la Mancha est écrit par Miguel de Cervantès. La première partie fut publiée en 1605 et la deuxième en 1615. Cervantès fait un pastiche des livres de chevalerie en critiquant leur invraisemblance et leur mauvaise influence sur les moeurs. Cervantès se met en scène dans don Quichotte, il veut se rendre justice à lui-même contre l'ingratitude de ses contemporains qui l'ont laissé simple soldat et pauvre.

  • "Miguel de Cervantès (1547-1616) publie en 1613 le recueil de "Nouvelles Extraordinaires" dont sont tirées "Le licencié de verre" et "La force du sang". C'est alors un homme usé et fatigué par la vie d'aventures qu'il a mené. Cet ancien soldat reconverti dans l'écriture, auteur du premier best-seller de l'histoire de la littérature, "L'Ingénieux Hidalgo don Quichotte de la Manche", livre dans ces nouvelles une véritable leçon d'écriture, alliant l'humour froid et la critique politique, mêlant dans son texte toutes les facettes de son génie littéraire. C'est Michel Bouquet qui conte l'histoire de ces héros. Le comédien, dont l'immense talent de narrateur ne pouvait que servir une incroyable histoire, offre une vision du récit probablement très proche de l'idée de Cervantès, car, comme il le dit lui même, 'Je demande toujours aux personnages de jouer pour moi, ils le font tellement mieux'."
    Claude Colombini-Frémeaux

  • "Que nous importe aujourd'hui les chevaliers errants et la chevalerie ! Si le roman de Cervantès n'était que l'histoire d'un chevalier, si l'auteur n'avait eu en tête que de tourner en dérision les coutumes de la chevalerie médiévale et la mode littéraire des romans de chevalerie, son livre n'aurait pas gardé, à travers quatre siècles, tant de vivacité et d'allégresse et don Quichotte ne serait pas le personnage le plus populaire de la littérature occidentale. Don Quichotte, aujourd'hui, est devenu un mythe, un mythe doté d'une silhouette reconnaissable entre toutes, à la fois pitoyable, ridicule, et pleine de grandeur.
    Cependant, si, depuis plus de quatre cents ans, on rit de don Quichotte ou on s'étonne de sa sagesse, si on s'esclaffe des ruses ou des naïvetés de Sancho, c'est avant tout parce que Cervantès a su trouver un style vif, aisé pour présenter ses personnages autant que pour les faire parler. Rappelons ce paradoxe : une grande partie des lecteurs du Don Quichotte, à l'époque où le livre est écrit, sont analphabètes. Mais on le lit à voix haute un peu partout.
    Ce roman s'y prête. De plus, il est fait à 90% de dialogues. C'est dire si le langage parlé est omniprésent. Toutes les classes sociales sont représentées et cette variété de langage donne au livre sa dimension d'oralité vivante. Si Don Quichotte est un succès, c'est bien parce que Cervantès a su rompre avec la prose littéraire de son temps et inaugurer une écriture orale qui annonce, dans sa vitalité et son audace langagière, le roman moderne."
    Aline Schulman, auteure de la nouvelle traduction de Don Quichotte, Editions du Seuil.

  • Mythe du chevalier se battant contre les moulins à vent, dessin de Gustave Doré, de Picasso, de Dali, tel est le don Quichotte qui survit aujourd'hui dans nos mémoires. Pourtant, ce fou de littérature, ce dévoreur de romans de chevalerie, qui part à l'aventure pour vair si ce que disent les livres est vrai, est le héros du premier roman moderne.
    Retraduire don Quichotte, c'est tenter de redonner au lecteur d'aujourd'hui le même plaisir et la même passion qu'éprouvèrent les lecteurs contemporains de Cervantes. En restituant l'originalité des dialogues et des jeux de mots, en faisant rebondir l'aventure qui, pour la première fais dans l'histoire littéraire, va et vient entre réalité et fiction, en rendant à Sancho sa dimension de personnage, avec une voix et une langue qui lui sont propres, Aline Schulman fait tout à coup surgir la merveilleuse modernité du Quichotte enfouie sous un palimpseste de traductions archaïques. Par-là même elle reste fidèle à l'esthétique de Cervantes et réconcilie, à 400 ans de distance, les deux termes in dispensables à toute littérature : l'auteur et le lecteur.

  • "En conséquence, l'esprit désormais perdu, il en arriva à la plus étrange pensée où tomba jamais fol au monde, qui fut qu'il lui parut convenable et nécessaire, tant pour l'accroissement de son honneur que pour le service de sa république, de se faire chevalier errant et de s'en aller de par le monde, avec ses armes et son cheval, pour chercher les aventures et s'exercer en tout ce qu'il avait lu que s'exerçaient les chevaliers errants, remédiant à toute espèce d'injures et s'exposant à des dangers et des périls propres à lui valoir, en y mettant fin, éternel renom et gloire."
    Don Quichotte, I, 1.

  • Mythe du chevalier se battant contre les moulins à vent, dessin de Gustave Doré, de Picasso, de Dali, tel est le don Quichotte qui survit aujourd'hui dans nos mémoires. Pourtant, ce fou de littérature, ce dévoreur de romans de chevalerie, qui part à l'aventure pour vair si ce que disent les livres est vrai, est le héros du premier roman moderne.
    Retraduire don Quichotte, c'est tenter de redonner au lecteur d'aujourd'hui le même plaisir et la même passion qu'éprouvèrent les lecteurs contemporains de Cervantes. En restituant l'originalité des dialogues et des jeux de mots, en faisant rebondir l'aventure qui, pour la première fais dans l'histoire littéraire, va et vient entre réalité et fiction, en rendant à Sancho sa dimension de personnage, avec une voix et une langue qui lui sont propres, Aline Schulman fait tout à coup surgir la merveilleuse modernité du Quichotte enfouie sous un palimpseste de traductions archaïques. Par-là même elle reste fidèle à l'esthétique de Cervantes et réconcilie, à 400 ans de distance, les deux termes in dispensables à toute littérature : l'auteur et le lecteur.

  • "Pendant tout ce temps-là, don Diego de Miranda n'avait pas dit un mot, tant il mettait d'attention à observer et à noter les oeuvres et les propos de don Quichotte, qui lui apparaissait tour à tour comme un mélange de sage et de fou et comme un fou mâtiné de sage. Il n'avait pas encore eu connaissance de la première partie de son histoire, et s'il l'avait lue, il eût cessé d'être étonné de la conduite et des propos de don Quichotte, car il eût connu la nature de sa folie. Mais comme il l'ignorait, tantôt il le tenait pour un sage, et tantôt pour un fou, parce que ce qu'il disait était sensé, élégant et bien dit, et ce qu'il faisait, extravagant, téméraire et stupide."
    Don Quichotte, II, 17.

  • Innovation numérique pédagogique : adaptation de la série BILINGUE de Pocket-Langues Pour Tous ! Neuf extraits pour découvrir l'ouvrage majeur de la littérature espagnole en édition bilingue.
    La série BILINGUE de 12-21 propose : o une traduction fidèle et intégrale, accompagnée de nombreuses notes o une méthode originale de perfectionnement par un contact direct avec les oeuvres d'auteurs étrangers o une adaptation en version numérique étudiée, qui offre au lecteur trois manières de découvrir le texte : en version bilingue, en version originale et en version française. Pour découvrir cet ouvrage majeur de la littérature espagnole, neuf moments emblématiques des aventures de Don Quichotte et Sancho Panza ont été choisis : - les préparatifs de la grande aventure du gentilhomme campagnard métamorphosé en chevalier errant, - les moulins à vent, - les interventions de Don Quichotte et leurs conséquences pour le héros et ses victimes, - quelques rencontres faites au hasard du voyage : un porcher, deux prostituées, un maître et son valet..., - Sancho s'entretenant avec sa femme de l'avenir de leur fille, - les cancans de Dulcinée, - un cortège accompagnant la dépouille d'un riche gentilhomme, - un séjour dans le château du duc, - et enfin l'établissement de Sancho sur son île au poste de gouverneur.

  • Edition enrichie (Introduction et notes)« Dans un village de la Manche dont je ne veux pas me rappeler le nom, vivait, il n'y a pas si longtemps, un de ces hidalgos à lance au râtelier, bouclier antique, maigre rosse et lévrier courant. Un pot-au-feu plus vache que mouton, du ragoût tous les soirs ou presque, des lentilles le vendredi, quelque pigeonneau le dimanche en plus de l'ordinaire consommaient les trois quarts de son bien. Le reste filait avec une casaque de bon drap noir et des chausses de velours pour les fêtes avec leurs couvre-pieds assortis ; les jours de semaine il tenait son rang avec un drap fin, gris souris. »Jean-Raymond Fanlo a tant dépoussiéré ce texte fabuleux qu' il le fait sonner comme une nouveauté. Fabrice Gaignault, Lire.Nouvelle traduction, présentation et notes de Jean-Raymond Fanlo.

  • Edition enrichie (Notes, Pièces préliminaires et bibliographie)« Enfin vinrent les derniers moments de don Quichotte, après qu'il eut reçu tous les sacrements, et après qu'il eut abominé en paroles abondantes et émouvantes les livres de chevalerie. Le notaire était présent et il dit qu'il n'avait jamais lu en aucun livre de chevalerie qu'un chevalier errant fût mort dans son lit aussi paisiblement, aussi chrétiennement que don Quichotte, lequel, parmi les plaintes et les pleurs des assistants, rendit son âme - je veux dire qu'il mourut. »Jean-Raymond Fanlo a tant dépoussiéré ce texte fabuleux qu' il le fait sonner comme une nouveauté. Fabrice Gaignault, Lire.Nouvelle traduction, présentation et notes de Jean-Raymond Fanlo.

  • Alonzo Quixada sera chevalier sous le nom de Don Quichotte ! Les gens le traitent de fou, mais qu'importe. Il veut vivre comme les héros de romans. Sur les routes d'Espagne, le voilà parti en quête d'exploits, intrépide et généreux. Avec Sancho Panza, son fidèle écuyer, il va vivre de fabuleuses aventures. mais pas du tout celles qu'il imaginait !

  • Parce qu'il a lu trop d'épopées, rêvé de trop d'exploits, un pauvre gentilhomme de la Manche s'improvise Chevalier à la triste figure. Un laboureur pour écuyer, une simple carne pour destrier, le voilà qui bat désormais la campagne, au gré des torts à redresser, des moulins à charger. " Déraisonnable ! " s'inquiète le curé. " Ridicule " s'alarme le barbier. Armé de son seul idéal, d'aventures errantes en déconfitures flagrantes, l'hidalgo affronte malgré lui le monde tel qu'il croit être ou tel qu'il est - et, soudain, la folie change de camp...
    Traduit de l'espagnol par Francis de Miomandre, édition établie par Yves Roullière
    Texte intégral
    12/21

  • Lecture en français langue étrangère (FLE) au format ebook dans la collection Lecture CLE en français facile destinée aux grands adolescents et adultes niveau B1.
    Don QuichotteA force de lire de livres de chevalerie, un gentilhomme perd la raison et décide de partir à l'aventure. Se baptisant lui-même chevalier Don Quichotte de la Manche, il parcourt les routes d'Espagne, accompagné de son fidèle écuyer sancho Panza. Don Quichotte va alors vivre des drôles de mésaventures, prenant des moulins à vent pour des géants et des paysannes pour des princesses...

  • Ce qu'était don Quichotte, et comme quoi il se fit armer chevalier.

    Dans un village de la Manche, en Espagne, vivait jadis un de ces gentilshommes ayant une vieille lance, une rondache rouillée, un roussin maigre et un chien de chasse. Un morceau de vache ou de mouton, une vinaigrette le soir, le vendredi des lentilles, le samedi des abatis de bétail, et le dimanche un pigeon en plus, emportaient les trois quarts de son revenu. Le reste payait sa casaque de drap fin, ses chausses et ses mules de velours pour les jours de fête, et son habit de gros drap pour les jours ordinaires.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Composed throughout Cervantes's writing life and mentioned in Don Quixote, his Exemplary Stories are among the first and finest Spanish short stories: ranging from traditional tales of love to incisive moral fables. In The Little Gipsy Girl, an Italianate romance, the nomadic life is idealised through a love affair between the beautiful Preciosa and a nobleman who agrees to live as a gipsy to win her heart. Elsewhere, the intricacies of love are further explored in tales such as The Jealous Extremaduran, while the picaresque Rinconette and Cortadillo, depicting the friendship between a card-sharper and a pickpocket, presents a very different insight into the lower classes of seventeenth-century Spain. Widely regarded as one of Cervantes's greatest stories, The Dogs' Colloquy brilliantly captures Spanish conversation and society in its depiction of a discussion between two dogs mysteriously granted the gift of speech.

empty