• Lieu de passage et d'affrontement où la proclamation de l'identité est souvent la résultante des déchirures de l'histoire, la Méditerranée nous est montrée dans sa diversité à travers vingt approches littéraires. Pour certains, l'identité est comme cette part de soi qui survit au désastre (guerres, expulsions, déportations...), pour d'autres, elle se présente comme la fière affirmation d'une identité retrouvée; parfois, au contraire, elle est simplement l'expression sereine de l'identité nationale; une identité nationale dont le voisin ne semble pas le meilleur juge, ainsi que le montrent les adaptations et les représentations de chefs-d'oeuvre étrangers.

  • À l'ombre du parc Lajoie, à Joliette, Vickie tient le Dépanneur

    Jolicoeur. Alors qu'elle le dirigeait auparavant avec le grand

    amour de sa vie, François, elle mène la barque seule depuis

    maintenant deux ans, depuis le jour terrible où elle est devenue

    veuve. C'est avec une certaine résistance qu'elle doit d'ailleurs

    entreprendre la dernière étape de son deuil : l'acceptation.

    Heureusement, autour d'elle gravite tout un joyeux petit

    monde composé de ses enfants, de sa famille et de ses amis,

    mais surtout de clients tous plus colorés les uns que les autres,

    dans ce dépanneur qui reste un lieu d'échange et d'entraide.

    Durant cet été où elle voit les recettes du commerce diminuer,

    Vickie doit s'ajuster aux événements. Elle se liera doucement à

    un certain Vincent, qui cherche lui aussi à tromper sa solitude.

    La trilogie Joie de vivre explore cet état d'esprit qui fluctue

    selon les aléas de la vie. Dans ce premier tome, le deuil d'un

    conjoint tant aimé est l'épreuve à surmonter. Vickie apprendra,

    pas à pas, à sortir de la grisaille du veuvage pour retrouver un

    monde tout en couleurs.

  • Deux voisines trentenaires et célibataires partagent le même
    palier d'un triplex situé dans l'impasse de l'Espérance, à
    Lavaltrie. Marijo, au 101, est plutôt dynamique, mais parfois
    inquiète : elle craint de revisiter le désert glacial de la
    dépression. Il lui faudrait un amoureux à ses côtés ! Léonie,
    qui habite au 102 avec son garçon, tourne en rond en rêvant
    de revoir sa mère Marguerite, disparue il y a longtemps sans
    laisser d'adresse. Elle voudrait aussi gagner sa vie... et le coeur
    d'un homme !
    Mille après mille, leur route est sinueuse, mais les deux femmes
    avancent envers et contre tout, car, malgré les regrets, elles
    débordent de folie. Entourées de voisins serviables, quoiqu'un
    peu curieux, d'un beau garagiste, d'une religieuse psychologue
    et de parents et amis dévoués, Marijo et Léonie deviennent
    des voisines de coeur comme on devient frères de sang.
    La trilogie Joie de vivre explore cet état d'esprit qui fluctue
    selon les aléas de la vie. Dans ce deuxième tome, la déprime de
    Marijo et l'oisiveté de Léonie gâchent leur félicité. Mais, peu à
    peu, avec de la réflexion et en relevant de nouveaux défis, elles
    trouveront ce qu'il leur manquait de force et de détermination
    pour modifier le cours de leur existence.

  • Joliette, quartier du Palais de Justice. À l´ombre du parc Lajoie, le Dépanneur Jolicoeur. Vickie, la proprio, soupire derrière son comptoir. Elle s´ennuie de François, son conjoint décédé deux ans plus tôt dans des circonstances particulières à l´origine, pour Vickie, de la difficulté à surmonter son deuil. Elle se refuse le droit d´aimer à nouveau.
    La présence d´Héloïse et d´Étienne, ses deux enfants qui quitteront bientôt l´adolescence, lui rappelle pourtant chaque jour que l´amour n´est pas destiné à mourir comme des souvenirs qui pâlissent.
    À trois, ils mènent une vie pleine de rires, de manies cocasses et d´amusantes discordes. Mais, cet été-là, les adolescents sont moins présents à la maison, préoccupés par leurs amis et leurs nouveaux amours.
    Des événements imprévisibles viennent bousculer la petite famille, sous l´oeil d´un merle, un étrange voltigeur qui les observe du rebord de la fenêtre où il a fait son nid, ou du haut du ciel...
    Dans un quartier qu´elle adore, une clientèle fidèle, des membres de sa famille et de celle de François, ainsi que ses amies les plus chères lui témoignent de l´affection. Chacun cherche, à sa façon, à alléger le deuil de la jeune femme, qui vit sous le poids de la culpabilité.
    Saura-t-elle accepter de franchir une dernière étape, celle de l´acceptation ?
    Voici donc une histoire trempée d´humanité qui brosse un tableau proche de nous tous. Ce roman tragi-comique émouvra et fera sourire le lecteur grâce à des personnages originaux parfois bouleversants, parfois narquois, mais toujours désireux de vivre pleinement leur vie.

  • Joie de vivre tome 3. Les trois cousines Brind'Amour Nouv.

    Surnommées « les trois fofolles de joie », les cousines

    Brind'Amour vivent avec leur tribu des péripéties des plus

    amusantes aux plus sérieuses. La peintre Rachel prépare

    un vernissage très important, Véronique s'intéresse à la

    synergologie et Vickie a vendu le Dépanneur Jolicoeur

    pour réaliser son Grand Rêve. Elle dirige maintenant une

    coopérative d'entraide, secondée par Marijo, toujours très

    amoureuse de Renaud et proche de sa voisine de coeur, Léonie.

    Alors qu'un jeune agriculteur se désespère à l'idée que sa ferme

    devienne un marché aux puces, un triangle d'influence se tisse

    entre Joliette, Lavaltrie et L'Épiphanie. Chez les Brind'Amour,

    tout l'entourage met ses forces et ses ressources au service
    />
    des autres, aussi bien pour organiser des vacances au Québec,

    un périple aux États-Unis ou une manifestation contre la

    disparition des terres agricoles lanaudoises !

    La trilogie Joie de vivre explore cet état d'esprit qui fluctue

    selon les aléas de la vie. Ce troisième tome nous place au

    centre d'une ronde où dansent des personnages colorés.

    C'est un hymne à la famille, et particulièrement au rôle de

    grands-parents. C'est un salut à l'agriculture, et une réflexion

    sur la bienveillance et la solidarité.

  • La dernière livraison des Écrits prend l'allure d'un bilan de la création littéraire des sept dernières années, qui correspondent à la durée du mandat de Pierre Ouellet à titre de directeur de la revue. Des auteurs qui ont profondément marqué la dernière décennie, au Québec et en Europe, y côtoient de jeunes écrivains qui marqueront sans doute la prochaine. Que ce soit dans le domaine de la prose narrative, dans le champ de la poésie ou dans la prose d'idées, on trouve dans ces pages trois générations d'auteurs qui ont largement contribué à façonner l'imaginaire contemporain et à construire la mémoire littéraire récente d'une large part de la francophonie. Avec les textes, entres autres, d'Andrée A. Michaud, Michel Marc Bouchard, Monique Deland, Michaël Trahan, Naïm Kattan, André Ricard, Pierre Dancot et Yannick Haenel.

empty