• Trop belles pour le Nobel
    Nul n'ignore que la science a longtemps été le domaine exclusif d'Homo mathematicus, que les femmes savantes sont ridicules et que les ingénieures ne sont pas légion. Mais si les sciences dures marchent à la testostérone, c'est aussi que leur histoire a été écrite par des hommes, attentifs à prouver par X + Y que les femmes sont génétiquement incapables de rigueur logique et d'abstraction.
    Pour en finir avec cette histoire truquée où les femmes sont soit des curiosités de la nature, soit des muses, soit des potiches, l'auteur a préféré le mode de l'anecdote à celui de la grande synthèse théorique. De la femme de Cro-Magnon à Dian Fossey en passant par Émilie du Châtelet et Ada Lovelace, les héroïnes célèbres côtoient des inconnues non moins illustres, toutes témoignant de l'omniprésence des femmes au coeur de la science.
    Ni pamphlet féministe, ni évaluation paternaliste de l'apport scientifique des femmes, cette galerie de portraits montre que la science a simultanément joué un rôle dans leur émancipation et dans leur marginalisation. Une façon pertinente et drôle de remettre à leur place les mythes sexistes qui voilent durablement, au préjudice de tous, la moitié féminine de la science.

  • De réchauffement climatique en scandale sanitaire et d'OGM en catastrophe nucléaire, la science et la technique sont devenues des questions pleinement politiques, tandis que la " technoscience " vient interroger les concepts moraux les mieux ancrés. Pourtant, ce qui devrait susciter un intérêt soutenu ne génère souvent que la résignation de " n'y rien comprendre " - ce qui laisse le champ libre aux lobbies de la technologie et aux bluffs scientifiques les plus éhontés. Qu'y puis-je, direz-vous, si la science m'a toujours été présentée comme rébarbative et " chiantifique ", et si la parole des experts, même de mauvaise foi, couvre la mienne quand je tente de m'exprimer à ce sujet ? Et puis, cela me concerne-t-il vraiment ? Un seul remède : se plonger dans ce dictionnaire, qui vise moins à " faire passer " de l'information qu'à donner les outils nécessaires pour dégonfler les prétentions excessives de la technoscience. De " abeille " à " zz " en passant par " sérendipité " et " post-humanisme ", c'est tout le domaine de la science et de la technologie qui se révèle non seulement comme digne d'être exploré mais aussi comme susceptible d'être squatté efficacement : les théories les plus décoiffantes, les idées les moins convenues et les personnages les plus inattendus font de ce domaine un incomparable tremplin pour l'imagination, et incitent à pénétrer sans crainte dans ce que tant d'autres aimeraient continuer à considérer comme une chasse gardée.
    Nicolas Witkowski s'intéresse à la science, à ce qu'il y a autour, et à la façon de le raconter. Physicien et journaliste, éditeur et écrivain, il a pris l'étrange habitude de sortir à peu près tous les dix ans un ouvrage encyclopédique : Science infuse fait suite au Dictionnaire culturel des sciences (Le Regard, Le Seuil, 2001) et à L'État des sciences et des techniques (La Découverte, 1991).

  • L'histoire des sciences traditionnelle paraît souvent rassembler ce que l'histoire a de plus ennuyeux, et la science de plus retors.
    Cette histoire de la Raison qui prétend, à coups de héros inspirés et de glorieuses découvertes, ignorer celles, parallèles, de la déraison et des sentiments est comme un conte de fées sans ogre qui ne ferait même pas frémir les enfants.
    D'où la nécessité d'une histoire " sentimentale " des sciences, susceptible de remettre un peu de désordre dans le musée poussiéreux de nos certitudes sur l'élaboration des savoirs. On y rencontrera un pionnier aveugle du cinéma, des Naturphilosophen politiquement incorrects, un Denis Papin fabriqué sur mesure, un Maupertuis étendu pour le compte, un chirurgien éventrant les crapauds et scrutant le sexe des sorcières, un Newton fabriquant des cerfs-volants à pétards, un Voltaire tranchant la tête d'une douzaine d'escargots et un maître d'école suisse illuminant d'une formule magique le cœur de l'atome.
    Des idées les moins géniales de léonard de Vinci aux intuitions les plus fructueuses des savants romantiques, on suivra les imprévisibles linéaments de la pansée savante et l'on prendra la mesure de la profondeur vertigineuse à laquelle plongent ses racines poétiques, mystiques et magiques.

  • Ceux qui avouent ne rien comprendre à la science ont au moins entendu parler de la pomme de Newton, du chaînon manquant ou de la baignoire d'Archimède. Mais savent-ils qu'une femme se cache derrière la pomme, que nombre de chaînons manquent toujours à la biologie contemporaine et qu'Archimède trempait aussi dans des affaires d'armement ? Sont-ils bien conscients que le terme "big bang" est né d'une méchante plaisanterie et que Frankenstein n'est pas la créature couturée que l'on croit ?
    Cette anthologie fait le point sur les grands mythes qui nous tiennent lieu de bagage scientifique. Elle montre que ces images d'Epinal ont non seulement une logique propre, mais aussi dressent un tableau plus ressemblant que nature du monde savant et des points de friction de la pensée scientifique et du sens commun.
    Sven Ortoli
    Docteur en physique des solides, créateur de Science & Vie junior et Science & Vie Découvertes, conseiller de la rédaction de Philosophie magazine.
    Nicolas Witkowski
    Ecrivain et éditeur.

empty