• Jean Danguiral, jeune ingénieur électricien d'origine auvergnate, a épousé une jolie Parisienne qui écrit. Le ménage Danguiral n'aurait pas d'histoire, si Jean n'était amené à retourner dans son Cantal pour y installer une ligne électrique. Transplantée sur cette terre âpre, qu'elle découvre sans plaisir, livrée à ce monde paysan qu'elle ne comprend pas et qui la rejette, Odile sent que Jean retombe sous l'emprise des souvenirs. Au contact de ses camarades de jeunesse et de ce pays qui l'a nourri, le jeune homme se révèle sous un jour inconnu : c'est bientôt un étranger que découvre Odile effarée, meurtrie, hostile... Jours d'orage, au cours desquels se dégradent peu à peu la tendresse et l'estime, jours d'orage dont d'autres pourraient bien chercher à profiter... L'amour sera-t-il néanmoins le plus fort ? Quel sera l'incident, même banal, qui servira de signal d'alarme et de frein ? Nicole Chavinier, qui vient d'obtenir - pour le manuscrit de « Jours d'orage » - le Prix André Chevassus, a su traiter, sans banalité, un des sujets les plus rebattus. Autour du thème central, gravitent celui du progrès et de la civilisation technicienne, ainsi que celui de la condition des Noirs évolués, représentés par Jo, un ingénieur sénégalais travaillant sur le chantier dirigé par Jean Danguiral. Un roman attachant, au style aisé, qui est plus qu'une promesse.

  • La Camargue : L'eau croupissait dans la roubine, patiemment absorbée par l'atmosphère assoiffée. Un instant, Mathieu eut l'illusion d'être ailleurs, sur une terre où la lumière prenait au visage, blessait les yeux. « L'homme venu de là-bas » : Un été brûlant, et l'angoisse au coeur de Mathieu, le rapatrié : Je les ai laissés dans l'Aurès, sans défense. Une douzaine de harkis avec leur famille. Le jour de mon adieu, Saïd, presque mon frère, m'a dit : « C'est fini, nous ne nous reverrons plus. » Repartir, les ramener en France, ses compagnons d'armes ? Leur offrir la douceur d'une paix retrouvée ? Là-bas, la peur. Ici, Elisabeth, cette jeune femme attachante, solitaire entre son mari, médecin camarguais accaparé par ses malades, et son frère, être bizarre, trouble. Là-bas, la haine, la mort. Ici, la vie, Elisabeth... Venu d'un pays couvert de sang, Mathieu réussira-t-il à sauver ses harkis, à garder Elisabeth ? Cessera-t-il enfin d'être « l'étranger » au sein de cette terre sauvage où « La mer paraît... » ?

empty