Vie pratique & Loisirs

  • Cet ouvrage pourrait être la suite logique du roman « les Artmanos » (paru en 2005). Ces deux ouvrages retracent de façon différente et à d'autres époques la vie des pêcheurs sur la Côte Vermeille, depuis la frontière d'Espagne jusqu'à la falaise de Leucate, toujours perçue par les Catalans comme « la ratlla de França » (limite Française).
    Ce Peuple de la mer, ayant un vocabulaire bien à lui, plaqué sur les structures du Catalan roussillonnais, fait désormais partie du passé, car son mode de vie, ses baraques, son travail, ses coutumes, ont été définitivement détruits. Il composait une société archaïque qui en peu de temps, une vingtaine d'années tout au plus, a complètement « fondu » dans l'indifférence générale. On s'inquiète beaucoup, avec juste raison, de la disparition désastreuse des peuples indigènes d'Afrique ou d'Amérique centrale, mais on oublie trop facilement que nous avons volontairement anéanti, au profit du tourisme et du lobby des vacances populaires, une partie de notre patrimoine humain, de notre langue parlée, chez nous, en Catalogne du Nord, sans que personne ne s'en préoccupe plus que cela. Valéry ne disait-il pas : « Nous autres civilisations savons que nous sommes mortelles ! »... à qui le tour maintenant ?

  • Un nouveau livre sur la chasse direz-vous !
    Certes, mais un livre particulier qui peut se lire dans tous les sens, car il ne raconte pas une histoire de chasse mais plusieurs, et surtout, il ne souhaite pas présenter le seul point de vue de l'auteur. Un livre dans lequel on a donné la parole à toutes les personnes de notre pays catalan, qui ont bien voulu y participer : des chasseurs certes, mais aussi des non chasseurs, des jeunes, des plus anciens, des débutants, des chasseurs confirmés, des agriculteurs, des hommes, des femmes, des gens des villes aussi bien que des gens de la campagne...Et même des conteurs et des poètes ! Pourtant, bien que sollicités, aucun « élu politique » n'a souhaité s'exprimer. Auraient-ils quelque appréhension à dévoiler leurs sentiments sur un sujet aussi brûlant que la chasse ? N'oublions pas que à la suite de diverses interdictions relatives aux modes et durée de la période de chasse, des chasseurs ont dû s'engager pour défendre les chasses traditionnelles et ont obtenu des sièges à Bruxelles au parlement européen pour faire entendre leur point de vue. Chaque participant volontaire a pu s'exprimer librement sur le sujet qu'il a choisi, en répondant à la question : "Pour vous, la chasse, c'est quoi ?" La seule condition était bien entendu, de respecter les opinions des autres. C'est pour cela que « Paroles de chasseurs » est un ouvrage totalement différent des autres livres cynégétiques.

  • Qui se souvient de la pêche et du melon de Montréal? De la poire Bon-Chrétien, à la chair granitée? De la pomme Fameuse, appelée aussi Pomme de neige, qu'on exportait autrefois en Angleterre par pleins barils? De la cerise de Montmorency, issue de la famille des griottes? Et de la prune de Damas, aussi appelée petite prune d'habitant, dont la parfumerie française utilise encore la fragrance unique? Qui se rappelle que nos ancêtres se désaltéraient d'eaux de cerises, de ratafias de framboises et de vins de gadelles? Qu'ils cueillaient aussi noisettes et noix tendres? Chacun de ces fruits, et bien d'autres, a donc son histoire qui remonte loin dans le temps, même avant l'arrivée des premiers Français en ce qui touche les fruits sauvages. Les Fruits du Québec. Histoire et traditions des douceurs de la table lève le voile sur une partie fascinante de nos rapports avec la nature. Paul-Louis Martin montre la place primordiale qu'ont occupée les communautés religieuses et leurs vergers dans le développement de la culture fruitière et dans la protection de la richesse que constituent ces essences. À la fois page d'histoire de l'agriculture et de nos traditions alimentaires, Les Fruits du Québec nous invite à redécouvrir les saveurs anciennes et surtout à conserver un patrimoine végétal aussi original que précieux.

empty