• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Philippe de Baleine, notre infatigable voyageur-reporter, est reparti pour son plaisir et à notre grande satisfaction vers de nouvelles travées. Bigre ! Un train concurrent : le Dakar-Niger dit encore le Dakar-Bamako où il nous invite à suivre l'itinéraire inquiétant, insoupçonnable et surprenant des "cacahuètes". À travers une "écriture" pas du tout délicate, il brosse non pas à l'aquarelle ou à la gouache, mais à l'huile de "loco" et à la pointe de "charbon", des décors ambigus et merveilleux, des personnages obséquieux et insolents, attachants et odieux. Il nous fascine, nous révulse avec une égale intensité, et nous tombons amoureux de ces êtres aux qualités diverses. De vols zigzagants de chauves-souris, de wagons suffocants, à ces sinistres hôtels hantés par des coloniaux, parfois égrillards, et alcooliques de toute évidence, qui lui ouvrent les inavouables chemins d'ultimes jouissances, nous plongeons ici, reculons là, selon notre instinct. Un tableau plein d'une vie féroce, vampirique, d'une intelligence démoniaque qui nous fait traverser comme un film noir et blanc les pourpres, les ors, les cuivres de communautés condamnées, de sociétés en dérive. "Toute pensée émet un coup de dés", déclare Stéphane Mallarmé, citation qui s'applique fort bien à ce livre construit de courts récits qui sont autant de coups de dés. C'est sa façon à lui, auteur, de jeter l'énigme africaine à la face de tous ceux qui poussent des cris d'exorcistes. Le dé roule, c'est une nouvelle mise en scène rebondissant sur le spectacle du quotidien qui passe en revue les visages de son paysage généalogique, géologique. On y lit l'expression de l'épouvante, de la passion et de la folie... Quel terrible voyage ! Philippe de Baleine donne le ton, multiplie les signes, permet de discerner les antagonistes et le décor de cette théâtralisation. Parés de ces précieux renseignements se dresse devant nous, exhalant des odeurs enivrantes et dont la beauté perverse dérange et inquiète, invisible comme une lézarde sur un mur, le chaos de l'identité africaine.

  • Après l'Afrique et ses éléphants menacés, vivez de nouvelles aventures en compagnie d'Arthur et des Indiens d'Amazonie. Une fois encore, le danger vient des hommes, et le secours des animaux : anaconda géant, tapir, fourmis rouges... Au coeur de la formidable forêt d'Amazonie, où Arthur fuit sur la pirogue des enfants indiens, la terrible Grosse Moumou. Alors enfoncez-vous dans la forêt vierge avec Arthur et ses amis, à la rencontre des perroquets multicolores, des singes, des chercheurs d'or, et bien sûr, Roi de la jungle lui-même.

  • Sur l'autoroute du Nord, une jolie femme, au volant d'une Alfetta rouge, suit la voiture d'Étienne, jeune cadre solitaire, choisi pour ses beaux yeux parmi mille autres conducteurs. Aux appels de phares succèdent les sourires, à l'invite précise la franche agression. Étienne se retrouve, sans bien comprendre, dans le lit de la belle Agnès. Au petit matin, elle lui tend quelques billets et, d'un geste preste, le met à la porte. On croit rêver. Ce n'est là qu'un épisode des singulières aventures de l'insaisissable Agnès, amazone des temps modernes. Pourtant, sa vie, au départ, ressemblait à beaucoup d'autres. Séduite puis épousée par Alain, elle aurait pu attendre, chaque jour, le retour du bel époux. Loin de se soumettre, d'être jouée et manipulée, Agnès finira par se révolter et découvrira, au fond d'elle-même, une étrange volonté de pouvoir et de domination. Dès lors, elle devient la grande prêtresse de ses amours. Une autre vie s'offre à elle, sans carcan et sans complexes, son corps se pare d'une nouvelle jeunesse. Agnès va d'audace en audace. Elle goûte à l'homosexualité, joue au triangle amoureux, confectionne des pochettes-surprises pour ses amis, et ne craint pas d'affronter, seule, la nuit romaine, où elle rencontre un prince ténébreux qui l'entraîne dans un bien curieux lieu de luxure. Mais ses audaces sont à la mesure de ses déboires, et sa force ressemble fort à une vengeance. Agnès, après tant d'aventures, cherche encore le bonheur. Aussi deviendra-t-elle l'heureuse et consentante victime de sa propre loi. Au bout de son périple, elle découvrira ce qu'elle cherchait depuis toujours, qui a pour visage celui, soumis, d'Étienne, et pour nom : l'amour.

  • Les héros de ce roman sont un prêtre et un médecin et le décor est l'Afrique comme dans Le Petit train de la brousse. L'auteur y noue et dénoue intrigues amoureuses et politiciennes mais sait aussi aborder des questions fondamentales.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Ce livre est, d'une certaine façon, un événement. Il concerne tous les Français. Tous les contribuables français que l'on « tond » cyniquement depuis des années. Expliquons d'abord son titre. De quelles « danseuses » s'agit-il ? Réponse : des départements et territoires d'outre-mer, ces « confettis » de l'Empire dispersés aux Antilles, dans l'océan Indien et le Pacifique. Pourquoi dire de ces DOM-TOM qu'ils sont nos « danseuses  » ? Réponse : parce que le contribuable métropolitain leur versera en 1980 plus de 12 milliards de francs (mille deux cents milliards de centimes !) de subventions, soit la somme ahurissante de 9 000 francs par tête d'habitant vivant dans ces îles. Cela fait 36 000 francs (3 600 000 centimes) par famille ! On peut donc dire des populations des DOM-TOM qu'elles sont totalement entretenues. Pourquoi l'auteur dit-il qu'il y a scandale ? Parce que ces subventions sont loin de profiter en totalité au peuple des îles. La moitié de cet argent sert en effet à entretenir 120 000 fonctionnaires« coloniaux », pour la plupart inutiles, et qui sont payés deux ou trois fois plus que des fonctionnaires métropolitains. Ces abus résultent d'incroyables pressions faites sur le pouvoir par les tout-puissants syndicats de fonctionnaires. Le résultat : un véritable racket de l'argent des contribuables français par une caste arrogante et prévaricatrice. Et pourquoi l'auteur prévoit-il un désastre ? Parce que ces abus ont détruit l'économie des « îles » et suscité des rancoeurs qui tournent à la haine. Parce que les troubles et les émeutes se multiplient, aux Antilles en particulier. Parce que nous allons perdre avant peu ces territoires, peut-être dans des circonstances tragiques. Mais les coupables sont maintenant désignés ! « Les danseuses de la France » : un livre-bombe qui pose, dans toute sa clarté, un problème d'intérêt national.

  • Une jeune femme moderne et ambitieuse veut conquérir un journal de la grande presse à scandale. Rien n'arrête son désir de pouvoir. L'auteur est rédacteur en chef à Paris-Match.

  • Un roman qui renoue avec la tradition du récit de voyage humoristique. Le narrateur, voyageur naïf et sentimental, en vacances à Bangkok, tombe alternativement amoureux de Sarah et de Lucie, deux soeurs à l'inquiétante complicité. Elles l'entraînent, ainsi qu'un jeune Australien, dans une sarabande qui va des marchés foisonnants de Bangkok, aux mystérieux temples bouddhiques, des boîtes étranges du quartier chinois, aux lupanars de luxe où échouent les petites paysannes thaïlandaises chassées de leur province par la sécheresse. Passant trop facilement d'un amour à l'autre, le narrateur s'aperçoit qu'il ne s'attache qu'aux femmes qui lui échappent. Cette infirmité va lui coûter cher. Égaré dans un monde exotique compliqué, labyrinthe, dont les miroirs lui renvoient l'image de lui-même, le voyageur découvre enfin le piège que Sarah et Lucie, les deux soeurs perverses, se sont amusées à lui tendre. Il leur renvoie la balle avec autant de cruauté. Éternel antagonisme entre l'homme et la femme, ton léger pour parler de problèmes graves, fastueux décor de Bangkok dont l'exotisme se pimente d'une déconcertante morale sexuelle, Les Éléphants roses de Bangkok cassent la porcelaine avec entrain.

  • Le Titanic vient de percuter un iceberg. Pour diverses raisons, certains passagers, qui ont refusé de se battre pour avoir une place dans un canot, sont allés boire un dernier verre au bar. Autour des fameux cocktails, préparés par James Corn, un barman, s'engage alors une conversation entre un jeune libertin, le comte Mosconi, le baron Warburg, patron d'aciéries et sa pieuse épouse, la baronne Frederica. Miss Alexandra Thomson, une mondaine, et Adolfo, son ami, viennent se joindre à eux, apportant une touche d'excentricité dans ce moment tragique. Le vicomte Chesterfield, un important dignitaire de la cour de Buckingham, et Andrew le séminariste, complètent le tableau. Ce dernier parviendra-t-il à faire en sorte que tous se présentent dans les meilleures conditions devant Dieu ?

  • Martine Morgan est une jeune journaliste très douée. Mais combien d'années lui faudra-t-il attendre pour accéder aux premières places dont elle rêve ? Comme toutes les femmes elle doit lutter pour s'imposer. Ce sont les hommes qui occupent tous les postes de commandement de son journal... Mais Martine Morgan ne s'incline pas. C'est une conquérante. Elle est de cette génération nouvelle de femmes qui renversent les barrières. Le destin - qui sourit aux audacieux - va venir à son secours. Elle découvre que son journal est engagé dans de suspectes tractations. Pour calmer sa curiosité intempestive, son rédacteur en chef l'envoie sur un grand reportage à Bangkok. L'occasion dont elle rêvait ! Si elle réussit son enquête, sa carrière est faite. Mais c'est un reportage dangereux qui va la mettre aux prises avec une redoutable mafia chinoise. Affrontant les subtils pièges des criminels asiatiques, Martine démasque un odieux trafic de réfugiées vietnamiennes et va mériter son surnom : « la Conquérante ». Elle rentre en France, forte de ce succès, pour tenter d'abattre tous ceux qui font obstacle à ses ambitions. Un récit haletant, plein de passion, de sensualité, de violence et de mystère. Un roman-feuilleton dans la grande tradition.

  • Un roman d'amour et d'aventures, écrit avec de l'humour au coin de toutes les pages.

  • L'histoire de ce roman picaresque, où l'hénaurme côtoie le burlesque, se passe aujourd'hui en Grèce, sur fond de guerres balkaniques, où un malheureux journaliste français est victime d'une série de quiproquos, de fausses dépêches, de manoeuvres d'infâmes espionnes libidineuses, et se trouve bientôt à lancer des chefs d'États hystériques dans les préliminaires d'une guerre mondiale. Dans ce ballet humoristique, onze mille verges se battente sur fond ethnique, avec autant de missiles. Grecs politiciens contre agents secrets, la sarabande ne s'arrête que dans un dernier éclat de rire...

empty