• Histoire1. Jean-Claude Poursat, La Grèce préclassique, des origines à la fin du VIe siècle2. Edmond Lévy, La Grèce au Ve siècle, de Clisthène à Socrate3. Pierre Carlier, Le IVe Siècle grec, jusqu'à la mort d'Alexandre4. Pierre Cabanes, Le Monde hellénistique, de la mort d'Alexandre à la paix d'Apamée5. Claude Vial, Les Grecs, de la paix d'Apamée à la bataille d'Actium6. Agnès Rouveret, Rome avant l'impérialisme, à paraître7. Jean-Michel David, La République romaine, à paraître8. Patrick Le Roux, Le Haut Empire romain en Occident, à paraître9. Maurice Sartre, Les Haut et Bas Empires romains en Orient, à paraître10. Aline Rousselle, La Civilisation de l'Antiquité tardive, des Sévères à la fin de l'Empire romain d'Occident, à paraître

  • Lieu d'émergence de l'écriture et des lois, de la démocratie, des sciences et de la beauté classique, l'Antiquité a souvent été assimilée dans notre ensemble culturel, au risque de la déformer. L'auteur s'attache ici à rendre visible la spécificité des sociétés antiques en en décrivant la diversité et l'étrangeté.
    Cet ouvrage valorise l'étude parallèle des mondes grec et romain et souhaite introduire à l'étude de l'Antiquité et de son histoire. Afin de faciliter à l'étudiant un premier contact avec cette période, il met en lumière l'originalité de cette histoire, présente les fondements documentaires de l'histoire ancienne puis trace les grandes étapes de l'histoire de l'Antiquité depuis la Mésopotamie du IIIe millénaire jusqu'à la Basse-Antiquité.

  • Le monde grec

    Pierre Cabanes

    Cet ouvrage est une présentation du monde grec antique, fondée sur létude des grandes structures de cet ensemble dont lunité est beaucoup plus culturelle que politique : sont décrites successivement la vie sociale en Grèce ancienne, les activités économiques des habitants, les formes d'État et de gouvernement quils ont adoptées pour organiser la vie de leurs petites collectivités, la vie religieuse et culturelle qui les rapprochent. Une chronologie permet de situer dans le temps ces structures et doit inciter le lecteur à aller plus loin dans la découverte du monde grec ancien.
    Pierre CABANES est professeur émérite d'histoire de l'Antiquité à l'université de  Paris X-Nanterre.

  • Cet ouvrage propose en 44 fiches le panorama complet du monde grec antique jusqu'à ses marges orientales. Elles constituent un ouvrage de première utilité pour les étudiants en histoire ancienne : du Bassin méditerranéen aux confins des frontières asiatiques, l'auteur présente sur plus de dix siècles l'univers et les cadres politiques et religieux où a éclot et s'est étendu le monde hellénistique. Ce volume augmenté offre un outil de travail incomparable pour découvrir et comprendre les civilisations les plus anciennes de notre histoire. Le volume est enrichi de cartes, de références bibliographiques et d'un index à triple entrée.


  • Dans cet ouvrage, devenu une référence, Pierre Cabane développe une vision moderne de la gouvernance, puissant moyen de création de valeur dans l'entreprise. Il explique de manière très pratique comment construire une gouvernance engagée, en reche

  • Destiné aux managers qui ont besoin de maîtriser rapidement l'ensemble des aspects de gestion et de finance, ce livre apporte des réponses pratiques :


    Acquisition des bases fondamentales : Qu'y a t-il dans un bilan ? Comment évaluer

  • L'Adriatique, golfe profond de la Méditerranée, bénéficie d'une réelle individualité en raison de sa nature de mer presque fermée. Elle joue, depuis les débuts de l'époque historique, un rôle majeur : voie de pénétration du Sud vers l'Europe centrale et vice versa, comme le montre l'histoire de Venise, elle est surtout voie de communication entre l'Orient et l'Occident. Passerelle et frontière entre deux mondes différents, trait d'union entre la Grèce et la Grande Grèce dès le VIIIe siècle av. J.-C., elle devient, dans sa partie méridionale, la limite entre les Empires romains d'Orient et d'Occident, puis entre Byzance et le monde barbare, plus tard enre l'Empire ottoman et la chrétienté occidentale, enfin entre le monde occidental et l'Europe communiste. Lieu géométrique de tous les contacts et de toutes les adversités entre peuples, civilisations, religions et régimes politiques, la mer Adriatique reste de nos jours une frontière vive entre pays riches et pays pauvres.
    Sous la direction de Pierre Cabanes
    Olivier Chaline, Bernard Doumerc, Alain Ducellier, Michel Sivignon

  • "Si vos actions inspirent les autres à rêver davantage, apprendre davantage, faire davantage et devenir davantage, vous êtes un leader." John Quincy Adams Diriger une entreprise est difficile. Entre ceux qui pensent que c'est un art exig

  • Aussi bien destiné aux managers qu'aux étudiants, ce livre permet au lecteur de s'approprier les grands concepts du marketing pour une utilisation opérationnelle.

    L'ensemble des grands domaines est traité :


    Outils d'analyse stratégique&nb

  • Cet ouvrage constitue une première sensibilisation au monde de la finance d'entreprise : son objectif est de permettre à des non-spécialistes d'acquérir une maîtrise opérationnelle des domaines essentiels de la gestion et de la finance d'entreprise en leur donnant :


    Un éclairage sur les notions de base, bilan et compte de résultat ;

    La possibilité de maîtriser les notions de besoin en fonds de roulement (BFR) ;

    Des clés pour améliorer la situation de trésorerie ;

    Des conseils sur le financement long terme de l'entreprise ;

    Une méthodologie de construction de budget ;

    La manière d'évaluer un investissement ;

    Un schéma de construction d'un business plan ;

    Des recommandations pour contrôler les coûts ;

    Un guide pour réaliser une analyse financière et un diagnostic d'entreprise ;

    Une sélection de ratios.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • 1915. Deux hommes que tout sépare vont se rencontrer sur les champs de bataille. Lorenzo, jeune et brillant officier de l'armée italienne, et Nino le Sicilien, qui s'enrôle pour échapper à la prison après avoir commis un crime d'honneur. La guerre va faire d'eux des compagnons d'armes, des frères, avant que le règne de Mussolini neles transforme en ennemis. Tandis que les hommes sont emportés dans le tourbillon des combats, le temps des femmes est venu. Elles vont s'engager dans la plus belle et la plus dangereuse des luttes, celle pour l'amour, l'indépendance et la liberté. Des premières heures du fascisme à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les passions politiques et les passions des amants, les haines et les ambitions s'entrecroisent violemment.

  • Le nom de Goncourt connaît la célébrité grâce au plus fameux des prix littéraires, mais il mérite aussi de survivre car il fut porté par deux frères, hommes de lettres novateurs, irremplaçables témoins de leur temps.
    Leur double biographie ressuscite un demi-siècle de vie littéraire et artistique, où l'on croise Gautier et Flaubert, où l'on côtoie Renan, Taine, Berthelot, Daudet, Zola. Collectionneurs impénitents, esthètes dolents et élitistes, Jules et Edmond de Goncourt ont transformé leur vie et celle de leurs proches en pages d'écriture. Leur Journal, leurs romans, qui ont initié le naturalisme et la littérature fin de siècle, la création de l'académie des Goncourt, tout témoigne de leur aspiration à la survie littéraire. Leurs engagements avant-gardistes s'associent paradoxalement à un conservatisme politique qui n'exclut ni la misogynie ni l'antisémitisme.
    Fondée sur des archives familiales, sur des correspondances largement inédites et sur le dépouillement de la presse de la seconde moitié du xixe siècle, cette biographie magistrale s'attache à l'oeuvre littéraire et historique aujourd'hui méconnue, elle renoue les fils d'une intense vie à deux, en pénétrant dans l'intimité affective d'une gémellité fusionnelle.
     
     
    Jean-Louis Cabanès, professeur émérite à l'université de Paris-Nanterre, spécialiste du roman au xixe siècle et des rapports qu'entretiennent écrits littéraires et textes médicaux, est l'auteur de nombreux ouvrages. Il dirige un collectif chargé d'établir une édition critique du Journal des Goncourt.
    Pierre Dufief, professeur émérite à l'université de Paris-Nanterre, a travaillé sur le roman (1850-1914) ainsi que sur les écritures personnelles (Les Écritures de l'intime, Bréal, 2001). Président de la Société des amis des frères Goncourt, il édite la correspondance des deux frères.

  • Un panorama qui se veut exhaustif concernant l'art du XXe siècle : tous les acteurs de l'art (artistes, mouvements), tous les lieux, les principaux historiens d'art, les critiques, les grands collectionneurs...

  • "Marcel Duchamp, one of this century's pioneer artists, moved his work through the retinal boundaries which had been established with impressionism into t field with impressionism into t field where language, thought and vision act upon one another, There it changed form through a complex interplay of new mental and physical materials, heralding many of the technical, mental and visual details to be found in more recent art...In the 1920s Duchamp gave up, quit painting. He allowed, perhaps encouraged, the attendant mythology. One thought of his decision, his willing this stopping. Yet on one occasion, he said it was not like that. He spoke of breaking a leg. 'You don't mean to do it,' he said.The Large Glass. A greenhouse for his intuition. Erotic machinery, the Bride, held in a see-through cage 'a Hilarious Picture.' Its cross references of sight and thought, the changing focus of the eyes and mind, give fresh sense to the time and space we occupy, negate any concern with art as transportation. No end is in view in this fragment of a new perspective. 'In the end you lose interest, so I didn't feel the necessity to finish it.'He declared that he wanted to kill art ('for myself') but his persistent attempts to destroy frames of reference altered our thinking, established new units of thought, 'a new thought for that object.'The art community feels Duchamp's presence and his absence. He has changed the condition of being here."--Jasper Johns, from Marcel Duchamp: An Appreciation

  • « Nous sommes faits de l'étoffe des songes  ». Avec la voix de Prospero, les peintres maudits cherchent en eux-mêmes à résoudre l'énigme du destin sans savoir que leur revanche est inscrite à jamais dans leurs oeuvres. Rembrandt, Goya, Gauguin, Van Gogh, Lautrec, Modigliani, Pascin, Utrillo, Soutine, Nicolas de Staël, autant d'appels désespérés, autant de corps à corps entre la création et le créateur, autant de chutes qui, demain, seront des victoires. A l'emprise de la douleur, de la maladie, du cauchemar, de la solitude ou de la pauvreté, ils répondent par un chant triomphal : « Derrière chaque chef-d'oeuvre, écrit Malraux, rôde ou gronde un destin manqué.  » Ce sont ces destins que Pierre Cabanne retrace dans ce livre. Celui de Rembrandt, le dieu déchu, de Van Gogh, l'halluciné, de Lautrec, le vaincu, de Modigliani, l'ange terrassé, de Pascin, l'éternel errant, d'Utrillo, le solitaire, de Soutine, le traqué, de Nicolas de Staël, le chercheur d'absolu - tous ces maudits pour qui, selon le mot de Nietzsche, «La nuit aussi est un soleil ».

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « J'ai été critique d'art pendant plus de vingt ans. J'ai vu déchoir, et même pratiquement disparaître, une activité prodigieusement riche, respectée et utile : la critique d'art. Pourquoi ? Parce qu'elle n'intéresse plus personne, ni la presse, où sa place est de plus en plus réduite, ni la télévision où elle est nulle, ni les artistes qui écrivent eux-mêmes, ni les galeries qui ont leurs "public relations" attitrées. J'ai connu une critique d'art vivante, conviviale. Elle activait le milieu alors bouillonnant des artistes et des galeries ; le critique, qui était écouté, théorisé, analysé, polémiqué, défendait ses artistes, les conseillait, et regardait de haut et de loin les musées qui d'ailleurs l'ignoraient. Il se flattait de cette liberté. Aujourd'hui, les conservateurs de musées sont devenus des critiques, de même que n'importe quel journaliste sachant se servir d'un magnétophone, écrivain, universitaire ou historien d'art. Si le critique vivait librement, il vivait aussi dangereusement ; et cette liberté lui fut parfois contestée, et même sanctionnée par la justice. J'évoque, à travers de nombreuses anecdotes, une époque et un "métier" disparus, non par amertume ou nostalgie ; s'il n'y a plus de critiques d'art, c'est que nul n'en a besoin. Pour étayer le présent, j'ai choisi des critiques d'art dans le passé, Albert Wolff, Émile Zola, Félix Fénéon, Apollinaire, André Breton, Charles Estienne, etc. Ce livre est donc un pamphlet, il reflète des personnalités et des situations ignorées ou oubliées, il attaque et souvent provoque. Mais c'est aussi l'analyse des dessous d'une époque à travers les aléas d'une activité qu'illustre aujourd'hui et d'une manière significative l'étrange dernier venu d'une certaine critique, Pierre Ménard. »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « J'ai été critique d'art pendant plus de vingt ans. J'ai vu déchoir, et même pratiquement disparaître, une activité prodigieusement riche, respectée et utile : la critique d'art. Pourquoi ? Parce qu'elle n'intéresse plus personne, ni la presse, où sa place est de plus en plus réduite, ni la télévision où elle est nulle, ni les artistes qui écrivent eux-mêmes, ni les galeries qui ont leurs "public relations" attitrées. J'ai connu une critique d'art vivante, conviviale. Elle activait le milieu alors bouillonnant des artistes et des galeries ; le critique, qui était écouté, théorisé, analysé, polémiqué, défendait ses artistes, les conseillait, et regardait de haut et de loin les musées qui d'ailleurs l'ignoraient. Il se flattait de cette liberté. Aujourd'hui, les conservateurs de musées sont devenus des critiques, de même que n'importe quel journaliste sachant se servir d'un magnétophone, écrivain, universitaire ou historien d'art. Si le critique vivait librement, il vivait aussi dangereusement ; et cette liberté lui fut parfois contestée, et même sanctionnée par la justice. J'évoque, à travers de nombreuses anecdotes, une époque et un "métier" disparus, non par amertume ou nostalgie ; s'il n'y a plus de critiques d'art, c'est que nul n'en a besoin. Pour étayer le présent, j'ai choisi des critiques d'art dans le passé, Albert Wolff, Émile Zola, Félix Fénéon, Apollinaire, André Breton, Charles Estienne, etc. Ce livre est donc un pamphlet, il reflète des personnalités et des situations ignorées ou oubliées, il attaque et souvent provoque. Mais c'est aussi l'analyse des dessous d'une époque à travers les aléas d'une activité qu'illustre aujourd'hui et d'une manière significative l'étrange dernier venu d'une certaine critique, Pierre Ménard. »

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Maître Julien Kernas habite la ville de N. ; Maître Kernas est avocat. Maître Kernas vit. Maître Kernas a une maîtresse, Anne Gauthier. Dans la ville de N., Maître Kernas est un jeune avocat comme tous les autres jeunes avocats... ou presque. Derrière le personnage de Maître Kernas vit Julien, l'autre, celui qui ne peut plus compter sur Caty, sa mère, ni sur Jeannot, tous deux disparus, elle après lui, pour toujours. Maître Julien Kernas dans sa chair d'homme, protégé par sa robe d'avocat, a une mission à accomplir : il l'accomplira. Dans la ville de N., le palais de justice ressemble aux palais des autres villes avec à droite la Cour, à gauche le tribunal, ses colonnes et son fronton de temple grec version Louis Philippe. Les robes rouges, les robes noires, les simarres et les hermines des juges, des procureurs et des avocats s'y mêlent en un ballet bien réglé sur fond de plaidoiries et de condamnations. Dans les coulisses les dévotions judiciaires se poursuivent mais c'est d'autres comptes que l'on solde avec, à fleur de regard, des rancunes et des envies, des haines et des amours silencieuses et autrement sanglantes. Superbe et tragique plongée dans le monde apparemment ordonné de la justice, « L'audience solennelle » c'est également le regard d'un homme lucide face à la vie, à la mort, avec ses réflexions, son courage, ses abandons, sa force, sa soif de vérité.

  • Une femme se hâte dans les vapeurs de la nuit. Au bout d'une passerelle se dresse la silhouette d'un homme, comme une statue vomie par la brume, qui l'attend ou la guette. Qui sont-ils ? C'est le thème du jeu que l'écrivain Jan propose à sa soeur Géraldine : chacun écrit à la première personne et à la suite de l'autre les chapitres d'un même roman, inventant l'intrigue au fur et à mesure, lui pour la femme, elle pour l'homme. Ainsi naissent de leur plume sur la côte normande au printemps 1944, Sarah Rosen, la résistante juive et Werner Jungbluth, le Sturmbannführer SS, ennemis fascinés, amants inconciliables et déjà maudits. Mais le jeu est subtilement ambigu. Sarah et Werner ne sont-ils pas le reflet brisé par l'écriture du regard troublé que Géraldine et Jan portent l'un sur l'autre ? Cependant, la ville où ils écrivent le roman, la ville dédoublée hiératique mais dévergondée, suave mais cruelle, perverse jusque dans l'eau de ses canaux où vacille l'image de ses palais troués, la ville dont le nom, galvaudé, n'est jamais dit, les enserre de ses moisissures sublimes. En application de ses us, les habitants de sa nuit, venus de la maison où l'on joue les femmes ou en chemin pour le bal équivoque de la Constantini y avancent masqués. La Bégouini, maquerelle aux traits de nonne ascétique, Pervenche et Jacinthe, les jumelles interverties, composent les ombres gardiennes de son dogme décadent. Sur le devant de la scène, l'esthéticien, philosophe vénéneux et désabusé, à peine déguisé en Méphisto, jette sur ces naufragés de la jouissance un regard inquisiteur et attise le bûcher de l'inceste...

  • Qui est Paul Gauman ? Qu'est-il venu chercher dans cette île oubliée au large de l'Afrique, lui l'ancien de Harvard, l'amant déchiré de Françoise et d'Eileen, le fils spirituel de L.J. Keening, maître d'un empire financier où le soleil ne se couche jamais ? À moins que Gauman soit le Manipulateur. Ainsi s'expliqueraient ces étranges navires qui bientôt apparaissent au large, obéissant aux ordinateurs dont, à Manhattan, le cliquetis froid fait écho à chacune de ses actions. De New York à Paris jusqu'à cette île de pêcheurs, Gauman, grand prédateur de multinationale, accomplit une fois de plus sa besogne à coups de pétrodollars et à l'ombre des silences officiels. Alors, pourquoi Keening se détourne-t-il soudain de lui ? Que lui cache-t-il ? Et si le Manipulateur était manipulé ? La saga à rebours de Gauman vient de commencer. Là-bas sur la plage en enfer, Djinn attend, sensuelle et sauvage...

empty