• Fondée vers 1725 par des émigrés britanniques fidèles aux Stuarts, la maçonnerie n'apparut en public qu'en 1737. La nouvelle Société séduisit l'aristocratie, la bourgeoisie et jusqu'aux couches populaires. Le pouvoir la toléra. L'ordre recéla en son sein deux courants: l'un rationaliste et philosophique, l'autre mystique et occultiste. Il acclama la Révolution, puis se divisa. Ecole de l'Egalité au XVIIIe siècle, il devint au XIXe celle du Libéralisme.

    L'auteur: Pierre Chevallier, professeur émérite à l'Université de Paris-XII, auteur de l'Histoire de la Franc-Maçonnerie française (1725-1945), a aussi publié en 1979, Louis XIII, roi cornélien et en 1981, La Séparation de l'Eglise et de l'Ecole, Jules Ferry et Léon XIII.

  • Napoléon fit de l'ordre un instrument du pouvoir. La Restauration le toléra en le surveillant de très près. Louis-Philippe le suspecta. Il s'enflamma pour 1848, se soumit après le 2 décembre 1851, se réveilla sous l'Empire libéral. Il se convertit alors au positivisme et s'opposa à l'Église qui le condamna. En 1877, le Grand Orient donna congé à Dieu et jusqu'en 1940, l'ordre fut l'Église invisible de la République.

    L'auteur: Pierre Chevallier, professeur émérite à l'Université de Paris-XII, auteur de l'Histoire de la Franc-Maçonnerie française (1725-1945), a aussi publié en 1979, Louis XIII, roi cornélien et en 1981, La Séparation de l'Eglise et de l'Ecole, Jules Ferry et Léon XIII.

  • De 1877 à 1940, opportunisme, radicalisme et socialisme dominèrent tour à tour l'ordre. Animé par la volonté de laïciser l'Etat et la Société, il salua comme une victoire la Séparation de l'Eglise et de l'Etat. Il ne put obtenir la fin de l'enseignement libre par la création d'une école unique d'Etat. Très attaqué par ses différents adversaires, les affaires Stavisky et Prince (1933-1934) leur permirent une offensive en règle. La défaite de 1940 se traduisit par la proscription de l'ordre par Vichy. La libération en 1945 vit la renaissance, en plusieurs obédiences du Phénix maçonnique. Pereat ut vivat. (Qu'il périsse pour qu'il revive.) L'auteur: Pierre Chevallier, professeur émérite à l'Université de Paris-XII, auteur de l'Histoire de la Franc-Maçonnerie française (1725-1945), a aussi publié en 1979, Louis XIII, roi cornélien et en 1981, La Séparation de l'Eglise et de l'Ecole, Jules Ferry et Léon XIII.

  • Dans cet ouvrage, Pierre Chevallier établit à partir de documents inédits la position personnelle et intime de Ferry au sujet de l'école publique. Ferry a voulu, par la substitution de l'enseignement moral et civique à l'enseignement religieux, recréer l'unité spirituelle et morale du peuple français jusqu'alors fondée sur le christianisme. Il a ainsi fait oeuvre de positiviste, mais il a, par opportunisme politique, tempéré dans la pratique ses intentions. De son côté, le Pape Léon XIII a accepté en fait les lois laïques moyennant le maintien du Concordat. L'accord s'est établi entre Ferry et lui sur ce point et a été encore renforcé par une étroite conjonction de vues au sujet de la politique extérieure et coloniale.

    Pierre Chevallier, universitaire, est connu pour ses travaux sur les ordres religieux au XVIIIe siècle ainsi que pour l'ensemble de son oeuvre sur la Franc-Maçonnerie française. Après avoir donné un ouvrage essentiel sur Louis XIII, il retrouve une de ses principales orientations de travail dans La Séparation de l'Église et de l'École.

  • L´image que Pierre Chevalier donne d´Henri III à partir de nombreux travaux récents est bien différente de celle d´un prince débauché totalement absorbé par ses plaisirs qu´ont transmise ses contemporains et que la postérité a acceptée les yeux fermés. Ainsi, plutôt que d´homosexualité, il faut parler à son sujet d´une tendance au transsexualisme pour rendre compte de son goût des toilettes extravagantes. Quant au rôle des fameux " mignons " au demeurant coureurs de jupons impénitents , il s´explique par l´isolement politique du roi et la nécessité de disposer d´hommes sûrs qui lui servissent de boucliers contre les Grands. Enfin, peu de souverains ont autant que lui eu le souci de leur royaume, comme en témoignent les multiples et excellentes réformes qu´il entreprit.
    Le malheur de ce " très bon prince ", comme le dit le chroniqueur Pierre de l´Estoile, ne fut-il pas, en définitive, de n´avoir pas " rencontré un bon siècle " ?

    Professeur émérite à l´université de Paris XII, spécialiste d´histoire religieuse et de la Franc-Maçonnerie, Pierre Chevalier a publié, outre des travaux d´érudition, une Histoire de la Franc-Maçonnerie française (3 vol.), une biographie de Louis XIII (Grand prix Gobert de l´Académie française) et La Séparation de l´Eglise et de l´Ecole.

  • Si la Révolution commencée en 1789 a eu, parmi d'autres effets, un régicide collectif, l'Ancien Régime a connu trois régicides individuels: Henri III (en 1589) et Henri IV (en 1610), y laissèrent la vie, tandis que Louis XV (en 1757) en réchappa. Ces trois actes, bien qu'échelonnés dans le temps, offrent d'extraordinaires similitudes. Tous trois marginaux, tous trois déséquilibrés, tous trois dominés par les passions nées des conflits religieux de leur époque, Clément, Ravaillac et Damiens se trouvèrent, - objectivement ou subjectivement - les instruments manipulés par les chefs de factions qui voulaient la mort du souverain et justifiaient leur intentions en s'appuyant sur les doctrines cohérentes sur le " tyrannicide ".

    Au-delà d'une minutieuse enquête de police qui lui a permis de trouver dans les archives de nombreuses informations inédites sur la conspiration contre Henri III et le rôle des confesseurs hostiles à Henri IV, Pierre Chevallier donne des clefs qui permettent de mieux comprendre la société d'Ancien Régime, en particulier les liens qui unissaient le roi au peuple. Ce faisant, il apporte une contribution passionnante au débat, plus actuel que jamais, sur le fanatisme politico-religieux.

    Professeur émérite à l'université de Paris-XII, Pierre Chevallier à publié de nombreux ouvrages sur l'Ancien Régime, en particulier, chez Fayard, Louis XIII, Henri III, Histoire de la franc-maçonnerie française (3 volumes).

  • Ce livre est la réédition de l'Histoire de la Guerre des Cosaques contre la Pologne, publiée à Paris en 1663 et 1668 par Pierre Chevalier, conseiller du Roi en sa cour des monnaies. Selon ses propres dires, il aurait été secrétaire de l'ambassadeur de France en Pologne et aurait conduit 2000 Cosaques engagés dans les armées françaises. Véritable travail d'historien, son livre est une source utile pour l'histoire de la guerre de libération du peuple ukrainien, débutée en 1648.

  • Qui sont ces sujets dont on dit qu'ils sont "illettrés"? Comment parlent-ils de leurs difficultés ? Quel regard portent-ils sur eux-mêmes, les autres, leur histoire, leurs projets, les lieux où ils vivent... ? Et si nous prenions le temps de les écouter, en nous efforçant de les comprendre vraiment, ou encore :" de mieux les entendre, à distance de nos cadres conceptuels a priori ou de nos modèles théoriques ?

  • Dans les dix prochaines années, les marques chinoises se développeront hors d'Asie et se tourneront alors vers l'Europe et les Amériques. Leur croissance sera plus rapide que celle des marques françaises, italiennes et nord-américaines. Les au

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Luxury China

    ,

    • Wiley
    • 2 Septembre 2011

    A guide to reaching and profiting from China's expanding luxury consumer class China's growing consumer base and expanding economy means more disposable income for more Chinese citizens. The Chinese market for luxury goods is expected to expand from $2 billion this year to nearly $12 billion by 2015. Today's biggest global luxury goods retailers expect China to make up a large and ever growing portion of their customers, and those businesses are responding with new stores and investments in China. Luxury China gives readers-particularly professionals in advertising, marketing, and the luxury brands industry-a deep look into the future of the Chinese luxury goods market and shows them how to tap into China's tremendous market potential.

  • « Depuis vingt ans, et surtout dans ces dernières années, les fruits de toute sorte ont été, sur beaucoup de points de l'Europe, et de la France en particulier, améliorés d'une manière très-sensible, au point que les fruits médiocres ou de peu de valeur ont presque entièrement disparu de nos marchés ; tels sont le petit blanquet ou muscat, la poire à la perle, etc. Ils ont été remplacés par de nouvelles variétés beaucoup plus grosses et de qualité très-supérieure. Il en est de même de certaines variétés de cerises inférieures, qui ont fait place aux cerises anglaises, hatives et tardives, la reine-Hortense, la princesse-Eugénie, etc.
    Les fruits à couteau ont de tout temps été recherchés en France pour leur bonne qualité ; mais ce n'est qu'en 1580 que l'on s'est occupé de décrire les meilleures espèces et d'établir l'époque de leur maturité, afin de les répandre et de les multiplier dans nos vergers. En 1835 ou 1836, la culture des arbres à fruits a pris un grand développement, et, depuis cette époque, il s'est fait sur plusieurs points de la France de nombreux semis, qui ont produit des variétés très-remarquables. Depuis 1860 et 1862, les marchés de Paris sont abondamment pourvus de fruits de toute sorte, qui arrivent, non-seulement des environs de la capitale, mais aussi en quantités considérables de l'Auvergne, de la Picardie, d'Orléans, Tours, les Andelys, Nantes, Lyon, Saumur, Angers, du midi de la France et de l'Algérie, qui en envoient par wagons et souvent aussi par bateaux. Parmi les fruits de saison, les poires entrent pour une bonne part. En 1852, le chiffre était de 150 223 000 kilogrammes, et, dans ces dernières années, Paris en recevait plus de 200 millions de kilogrammes, dont une grande partie était ensuite dirigée sur Dieppe et le Havre, pour être expédiée en Angleterre et dans le nord de l'Europe. »
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • En géologie, le concept de stratification renvoie à l'idée d'un processus au cours duquel des sédiments s'accumulent en couches, pour éventuellement former des ensembles sédimentaires plus ou moins hétérogènes, mais qui n'en demeurent pas moins des unités de sens à part entière. Ainsi en va-t-il de certaines images, dont la compréhension suppose un effeuillage des différentes strates de signes qui les constituent. À ce titre, les séries Scarti d'Adam Broomberg et Oliver Chanarin, Copperheads de Moyra Davey ainsi que les Études préparatoires de Marc-Antoine K. Phaneuf, auxquelles Ciel variable consacre la section thématique de ce numéro, ont ceci en commun qu'elles sont le fruit de processus de stratification. Ces oeuvres permettent d'apprécier comment l'ajout de signes peut modifier, enrichir ou court-circuiter la nature et le sens d'une image.

  • Le marketing est une méthodologie qui peut être utilisée pour toutes formes d´échanges, marchands ou non marchands, parce qu´il s´intéresse aux conditions de cet échange et aux besoins exprimés ou latents des uns et des autres. Dans le cadre de l´entreprise, le marketing analysera les attentes et les attitudes du consommateur et agira sur les « variables » que sont le prix, le produit et les services, la communication et la distribution, pour que l´échange avec le client puisse se traduire à court terme par une vente, à long terme par une relation durable avec une marque.
    Si ce rôle, essentiel, du marketing est quelque fois masqué par un vocabulaire spécialisé, voire jargonneux, cet ouvrage propose en 100 mots clés d´en préciser les contours, les fondements comme les outils en perpétuel renouvellement.

empty