• Les sept siècles de présence musulmane en Espagne, de 711 à 1492, ont permis l'émergence d'une civilisation dont témoignent la mosquée de Cordoue, l'Alhambra de Grenade ou encore la pensée d'Averroès. Cet apport majeur à la culture de l'Islam médiéval, constitue aussi une étape décisive de l'histoire de l'Occident.
    Sans toutefois mythifier une Andalousie conviviale, celle du califat, où les trois religions monothéistes auraient vécu en harmonie, l'auteur met en scène l'histoire précise de cette Andalousie arabe. Il en retrace les conflits et les réalisations culturelles, proposant ainsi une synthèse de nos connaissances sur la civilisation andalouse.

  • La vaste production intellectuelle du cadi de Cordoue Abû l-Walîd Ibn Rushd, l'Averroès des Latins, touche à la plupart des sciences religieuses et profanes (droit, médecine, philosophie...) connues à l'époque almohade, dans laquelle s'insère totalement sa carrière professionnelle et intellectuelle (vers 1150-1198). L'amitié des califes, qui apprécient la puissance de sa pensée, ne lui évite pas la brève disgrâce qui, à la fin de sa vie, sanctionne son intérêt pour les « sciences des anciens », non plus que l'oubli relatif de son oeuvre, dans un monde musulman qui s'oriente alors vers d'autres perspectives. Ses écrits auront au contraire chez les Latins, chez lesquels il commence à être connu un quart de siècle après sa mort, un immense retentissement, à tel point que certains veulent voir en lui le « père » de la pensée laïque occidentale.

  • L'UMR 5648, Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux, est l'un des rares centres de recherche rassemblant aussi bien des spécialistes travaillant sur tout le bassin méditerranéen, s'intéressant à l'Occident chrétien, au domaine byzantin et au monde musulman (oriental et occidental), que des historiens des textes et des archéologues. La réunion de ces compétences a permis de proposer un choix de documents très divers, en rapport avec le sujet mis au programme de l'agrégation et du CAPES d'histoire pour les années universitaires 2000-2001 et 2001-2002 (Les relations des pays d'Islam avec le monde latin : milieu xe-milieu xiiie siècle). Certains de ces textes sont traduits pour la première fois de l'arabe, du latin ou des langues romanes qui en dérivent au Moyen Age. Au delà de la conjoncture qui a incité à réunir ces documents, on aura un aperçu de la diversité et de la richesse des possibilités de recherche sur ces espaces de confrontation et de contacts. 78 documents réunis et présentés par l'UMR 5648, Histoire et archéologie des mondes chrétiens et musulmans médiévaux.

  • Les soixante-six études rassemblées dans ces deux volumes veulent té­moigner de la vitalité et du profond renouvellement de l'histoire médiévale politique et religieuse. Elles sont offertes par ses collègues français et étrangers à Marcel Pacaut, qui en fut un des plus actifs représentants du­rant plus de trente ans d'enseignement à l'Université de Lyon. Le volume I : Le pouvoir et l'institution ecclésiale, aborde deux thèmes essentiels : - La papauté médiévale - dont l'histoire ne peut plus se concevoir simplement comme celle de la succession des papes - et les relations de l'Église et de l'État. - Le monachisme médiéval, dans son unité et sa diversité, au carrefour du ciel et de la terre, et dont l'empreinte sur la civilisation occidentale demeure toujours présente.

  • Les soixante-six études rassemblées dans ces deux volumes veulent témoigner de la vitalité et du profond renouvellement de l'histoire médiévale politique et religieuse. Elles sont offertes par ses collègues français et étrangers à Marcel Pacaut, qui en fut un des plus actifs représentants durant plus de trente ans d'enseignement à l'Université de Lyon. Le volume II : Les Eglises locales, envisagées ici sous deux angles : - L'analyse des structures ecclésiales dans, depuis le diocèse jusqu'à la paroisse, où se modèle au quotidien la vie religieuse et spirituelle des fidèles. - L'étude d'un cas précis - celui des églises des anciens pays bourguignons (royaume d'Arles, duché de Bourgogne) - ancrage nécessaire d'une recherche soucieuse d'approcher le plus concrètement possible les réalités humaines, pour pouvoir mieux les replacer ensuite dans les grands courants de l'histoire générale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Menacés par l'expansion de la Chrétienté, les prolongements européens de l'Islam brillent encore d'un vif éclat aux xie et xiie siècles. L'Islam sicilien se survit dans l'art « arabo-normand » de Palerme. À l'époque d'Averroès et des grands monuments de Séville, l'Islam andalou connaît encore une période prestigieuse sous les Almohades. Mais le fragile équilibre qui s'était instauré dans la péninsule ibérique entre la force féodale des royaumes chrétiens et les vastes constructions étatiques « hispano-maghrébines » est définitivement rompu avec la grande progression de la Reconquête dans la première moitié du xiiie siècle.

  • Théophile, Franco-canadien, est revenu dès le début des hostilités du premier conflit mondial défendre sa chère France. En novembre 1916, combattant au sein du 125e régiment d'infanterie, il est enseveli « vivant » suite à un bombardement ennemi en terre de Somme. Conscient dans son havre souterrain, il nous invite à le côtoyer durant sa survie ainsi qu'à parcourir le fil de sa vie : le temps à la ferme de ses jeunes années, son amour pour Marie Gabrielle, leur vie au Canada, l'Afrique Occidentale Française, ses rencontres faites d'humanité. Simultanément nous vivons les efforts consentis par son frère et ses amis pour l'extirper de son cloaque boueux. Leur courageuse entreprise sera-t-elle couronnée de succès ?


    />
    L'auteur a côtoyé des destins faits de gloire mais également de malheurs en parcourant des terres meurtries par les conflits. Il a ainsi été frappé par le désarroi d'innocents humains et par l'ignominie de la guerre. Descendant d'hommes de la terre, de combattants et de résistants, il s'est passionné très tôt pour la vie de ceux-ci. Son intérêt pour l'histoire est un héritage de son grand-père gardien de musée au Louvre. Biographe et généalogiste, il a écrit plusieurs documents à destination de familles. « Clairs de Vie » est son premier roman biographique.

  • Ce guide (psychoéducatif) a pour objectif d’aider les personnes souffrant de trouble bipolaire à contrôler l’évolution de leur pathologie, en leur apprenant comment empêcher les « montées » et les « descentes », intempestives et récurrentes, de l’humeur qui la caractérisent.
    Pour ce faire, il vise à permettre au patient de mieux comprendre et connaître son trouble – au point d’en devenir un « expert » – et de développer des compétences quant à la gestion des changements d’humeur et la prévention des récurrences (en utilisant des outils spécifiques et des stratégies personnalisées).
    Complémentaire des traitements pharmacologiques (indispensables), dont elle entend favoriser l’observance, cette approche est susceptible de transformer l’existence des patients, en réduisant le nombre, la durée et l’intensité des récidives de leur maladie et en améliorant notablement leur qualité de vie.
    Destiné au patient bipolaire, ce guide l’est également à ses aidants (proches, membres d’associations d’entraide, soignants), désireux de l’accompagner, de manière plus appropriée et efficace, dans son parcours de soins.

  • Cet ouvrage vise à faciliter le diagnostic des troubles bipolaires et à aider la personne affectée à mettre des mots sur ces troubles, avec :100 articles détaillés sur les connaissances actuelles des troubles bipolaires,Des conseils complets à destination des patients, de leurs proches et des professionnels de santé, Tout pour favoriser la compréhension des troubles bipolaires chez les patients et leur entourage. Dr Jean-Pierre Guichard est psychiatre et coordonnateur d’un programme de psychoéducation destiné aux patients bipolaire et à leur entourage.

  • À cinq reprises, depuis le début du siècle, au paroxysme d'événements dramatiques, le peuple français, par ses représentants élus, remit son destin entre les mains d'un vieil homme illustre, autrement dit d'un père politique protecteur : ainsi à Clemenceau en 1917, Poincaré en 1926, Doumergue en 1934, Pétain en 1940, de Gaulle en 1958. Jean-Pierre Guichard rappelle comment ces hommes s'étaient préalablement forgé une figure de recours, conduit une enquête minutieuse sur les circonstances de leur retour au pouvoir, décrit l'impact de leur présence et de leur action sur le cours des événements, examine leurs projets et réalisations dans le domaine institutionnel... Phénomène récurrent de notre Histoire du XXe siècle, tantôt facteur de continuité - qui a joué à trois reprises en faveur de la IIIe République -, tantôt facteur de rupture - qui a présidé à la disparition des IIIe et IVe Républiques et à l'avènement de l'État français et de la Ve République -, « l'appel au Père » est, pour la première fois, analysé ici dans sa triple dimension psychologique, politique et historique. L'auteur s'attache en outre à montrer combien fut présente, chez le fondateur de la Constitution de 1958, la préoccupation d'épargner aux citoyens, dans l'avenir, la quête, somme toute hasardeuse et non dénuée de dangers, d'un Père protecteur.

  • Charles de Gaulle a déjà suscité de nombreux livres. Mais il n'existe pas - ou peu - d'ouvrages qui, à l'égal de celui-ci, montrent dans une perspective chronologique combien il sut incarner l'homme des refus, mais aussi des recours. De mai-juin 1940 à mai 1968, en passant par mai 1958, les barricades de janvier 60, le putsch d'Alger en avril 61, la crise de Berlin de 1958 à 1961, celle de Cuba en octobre 62 et le conflit israélo-arabe de juin 67, l'auteur explique comment de Gaulle, mieux qu'aucun autre politique de son temps, réussit à exploiter les circonstances pour réaliser ses objectifs, le premier d'entre eux étant de rendre à la France sa grandeur et sa mission libératrice. Il souligne, en outre, combien fut présente, chez le fondateur de la Ve République, la préoccupation de pourvoir l'État des instruments nécessaires à la prévention et la gestion des crises du futur.

  • A la différence des biographies classiques, cet ouvrage ne rend compte que d'une tranche de vie, mais capitale s'il en est : en raison des circonstances et des responsabilités assumées, elle engagea tout à la fois la propre destinée de Paul Reynaud et le destin de la France. Il relate la tragédie personnelle d'un homme broyé par les mythes pétainiste et gaulliste qu'il contribua à créer.

empty