• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dans nos campagnes, jadis, le "bondieu" intervenait dans tous les évènements de la vie quotidienne. C'était un "bondieu" malin, parfois papelard, toujours bien pensant, astucieux, spirituel, faiseur de bons mots, un "bondieu" comique, que certains comme mon oncle pouvaient fréquenter sans craindre qu'une auréole lui pousse sur la tête. Le "bondieu" s'incarnait parfois, et ma grand-mère se persuadait souvent que mon grand-oncle, ayant renoncé à ses errements, avait l'allure d'un curé prêchant à l'entrée du paradis devant un parterre composé de pécheurs impénitents. Dans ces nouvelles, qui ne sentent que très peu l'eau bénite (sent-elle ?), mon grand-oncle donne des recettes infaillibles pour aller au ciel sans embûches. C'est la grâce que nous souhaitons à nos lecteurs, jeunes ou vieux...

  • C'était la première fois que j'allais en Angleterre, dans une famille. Tout me paraissait si différent de ce que j'avais connu, la vie de tous les jours, les camarades... et puis Patricia... En étais-je tombé amoureux ? Le pays, je le voyais à travers elle et n'envisageais plus de le quitter sans déchirement...

  • Tout commença le jour où Victor, le laveur de carreaux, eut l'idée d'emprunter une échelle à son voisin, le facteur Glourat. Sursautant au coup de sonnette, la femme de Glourat s'enfonce une paire de ciseaux dans la cuisse. Accident à la faveur duquel Léone, qui vit avec Victor, devient la maîtresse de Baillet, le commerçant du rez-de-chaussée. N'oublions pas l'échelle... Sous le poids de Victor, un de ses barreaux cède et le pauvre laveur en tombant se tue. C'est un meurtre - le barreau a été scié - et voilà tout l'immeuble en alerte. La vie de cet immeuble, l'histoire des petites gens qui l'habitent, leurs dialogues savoureux, forment, en vérité, la trame de cette chronique familière et drôle. En lisant Pierre Roudy, on ne peut s'empêcher de penser à Raymond Queneau, à Marcel Aymé. C'est dire que l'Espoir au clou ne manque ni d'humour ni de cocasserie.

empty