Langue française

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • Le gros, c'est Cornélius Chesterfield, sergent zélé et discipliné de l'armée du Nord des Etats-Unis. Le petit, c'est Blutch, un malin râleur et désabusé qui ne rêve que de déserter. Pris dans les affres de la Guerre de Sécession, ces deux-là font ce qu'ils peuvent pour échapper aux ennuis que leur valent des chefs bornés, des ordres aberrants et un destin décidément contraire...
    À travers des histoires pleines de rire et d'action, Lambil et Cauvin nous offrent une critique acerbe des absurdités de la guerre et du militarisme obtus.

  • En 1971, lorsque paraît l'histoire courte "Des bleus et des tuniques", la série créée par Raoul Cauvin et Louis Salvérius est l'un des succès du Journal de Spirou. Dès l'année suivante, les deux premiers tomes entrent ainsi en librairie, fait rare pour l'époque.

    Louis Salvérius, grand passionné des Indiens, prend plaisir à porter, sous la direction de Thierry Martens, les aventures de Blutch et Chesterfield, après des années passées dans l'ombre du studio de dessin de Dupuis.

    Après "Printemps dans la prairie", les auteurs s'attaquent à des récits plus longs : "Et pour quinze cents dollars en plus", puis "Outlaw". Malheureusement, alors qu'il venait d'en entamer la 37e planche, Salvérius succombe à un infarctus, stoppant soudainement une carrière pourtant en pleine ascension.

    Alors que ses personnages lui ont survécu avec succès sous la plume de Lambil, ce deuxième tome de l'intégrale des Tuniques Bleues est l'occasion de se repencher sur le travail de ce dessinateur discret et talentueux.

  • À l'occasion de la parution du 60e tome de la mythique série, 19 auteurs s'emparent des personnages de Blutch et Chesterfield, et célèbrent les héros créés par Raoul Cauvin et Louis Salvérius, et repris avec brio par Willy Lambil à la disparition de ce dernier en 1972.

    Au programme, exclusivement des grands noms de la bande dessinée franco-belge actuelle (Jose Luis Munuera (Spirou et Fantasio, Les Campbell), Zidrou, Éric Maltaite (Choc), Renaud Collin (Les Minions), Olivier Schwartz, Olivier Dutto (Les p'tits diables), Denis Bodart ou encore Joris Chamblain (Les carnets de Cerise)) pour des histoires courtes mettant en scène, avec une grande diversité de traitement, les deux soldats les plus célèbres de la guerre de Sécession.

    La couverture de cet étonnant album est par ailleurs signée par Blutch, dont le pseudonyme ne laisse aucun doute sur l'importance des Tuniques Bleues au sein même de sa carrière !

    Drôle, tendre, original, Des histoires courtes des Tuniques Bleues par est l'occasion de redécouvrir Les Tuniques Bleues sous les traits de nouveaux auteurs !

empty