Grasset

  • A l'occasion du centième anniversaire de la naissance de Radiguet, Grasset publie ce volume exceptionnel, qui regroupe les deux romans de Raymond Radiguet : Le diable au corps et Le bal du comte d'Orgel.Le Diable au corps, premier roman et chef d'oeuvre de Raymond Radiguet, publié chez Grasset en 1923. L'auteur avait vingt ans. Ce livre, qui traite des amours d'un adolescent et de l'épouse d'un soldat mobilisé au front, fit scandale et entra dans la légende.Le Bal du comte d'Orgel, son second roman, publié à titre posthume chez Grasset, en juin 1924. A sa mort, Radiguet laissait un manuscrit qu'il n'avait pas entièrement révisé, et qui fut assez largement amendé par Jean Cocteau, Joseph Kessel et Pierre de Lacretelle. Le texte est ici restitué dans la version originelle et intégrale, jusqu'alors inacessible au grand public.Un dossier donnant un éclairage sur les différents états du Bal du comte d'Orgel et une chrono-biographie complètent ce volume, édité et préfacé par Monique Nemer, biogaphe de Raymond Radiguet. 

  • Ce recueil de poèmes qui avait paru une première fois en 1920 à La Belle édition a été réédité en 1925 chez Grasset. Cette nouvelle édition comporte certains poèmes de la première version et d'autres ayant été publiés dans la revue Le Coq. Tous ont été écrits entre 1917 et 1921.
    Radiguet écrit que ces poèmes apportent « quelque lueur sur un âge assez obscur, le véritable âge ingrat » et avance que « l'intérêt le plus sur de cette production est d'ordre psycholo-gique ». Propos qui ne renvoient pas seulement à la confrontation entre sa jeunesse et l'obsession de la mort mais aussi à la sobriété d'un style, le plus souvent dénué de lyrisme. A la densité des symboles et aux sentiments, l'écrivain semble avoir préféré la netteté d'images colorées, proches d'un imaginaire enfantin. Certains peuvent rappeler le style d'Apollinaire, d'autres l'école fantaisiste, dont Paul-Jean Toulet était le chef de file. Sans appartenir à une quelconque avant-garde, à laquelle il était loin de croire, Radiguet colle en fait à ce qu'il y eut de plus moderne dans la poésie de Cocteau. La première salve d'un feu d'artifice de jeunesse et d'insolence.

empty