Religion & Esotérisme

  • En Orient, les persécutions croissantes poussent les Chrétiens à fuir les pays où est né le christianisme. Au Maghreb, en Afrique subsaharienne et jusqu'en Extrême-Orient, parce que chrétiens, ils sont contraints au silence et parfois assassinés par centaines. Des églises, des habitations sont saccagées, des cimetières profanés. À nos portes, des fatwas sont édictées, des Chrétiens condamnés. Et ces agressions insoutenables se heurtent au silence de la communauté internationale, oublieuse de ce que « la liberté de pensée, de conscience et de religion » est inscrite dans la Déclaration des droits de l'homme.

    Juifs et Musulmans sont aussi persécutés. Mais la reconnaissance de leurs souffrances ne doit pas se faire au prix de la négation de celle des Chrétiens. Y aurait-il de bonnes et de mauvaises victimes ? Des victimes dont on doit parler et d'autres qu'il faut passer sous silence ? Avec Ces Chrétiens qu'on assassine, René Guitton dresse le « livre noir de la christianophobie », cri de révolte, appel à la mobilisation de tous et leçon de fraternité : qu'il soit juif, chrétien ou musulman, quand un groupe est menacé, c'est le signal que d'autres pourront l'être à leur tour. Taire les douleurs du présent, c'est s'exposer à les banaliser quand elles doivent interpeller l'humanité tout entière. Ce livre nous oblige à rompre avec l'indifférence qui comble d'aise les bourreaux et tue une seconde fois leurs victimes.

  • Motivé par le désir de "savoir" pour rétablir ce qu'il qualifie de "profanation mémorielle", René Guitton, déjà auteur d'un livre remarqué sur les moines de Tibhirine en 2001, a poursuivi des recherches en France, en Algérie, en Italie,enSuisse, en Belgique et dans le reste de l'Europe et de l'Afrique, auprès d'hommes de l'ombre, de responsables politiques, ministres, services secrets français et algériens, juges, ambassadeurs, familles des victimes, responsables du Vatican, des Eglises et des communautés religieuses dont Sant'Egidio, de généraux, de terroristes repentis et non repentis...Grâce à une analyse rigoureuse, documentée, et à des éléments inédits, ce livre s'efforce de faire la lumière, quinze ans après les faits, sur de très nombreuses zones troubles concernant les circonstances de l'enlèvement des moines trappistes en mars 1996 et de leur mort deux mois plus tard, en apportant une foule de révélations.

  • Souvenons-nous. Le 21 mai 1996, sept moines étaient égorgés par des membres du GIA. Sept religieux venus en Algérie, au monastère de Tibhirine, en hommes de Dieu, fidèles à leur engagement monastique.
    René Guitton a passé son enfance et son adolescence en Afrique du Nord. Tout jeune, il s'est imprégné des religions d'Abraham et a vécu avec émotion la présence de l'Église en terre d'islam. Après le drame, il a éprouvé le besoin d'aller à la recherche minutieuse de la vérité. Aidé par les témoignages des familles des victimes, des moines de la communauté trappiste, des plus hautes autorités religieuses, chrétiennes et musulmanes, d'hommes politiques algériens de toutes sensibilités, de responsables politiques français de premier plan, d'agents des services secrets et de témoins anonymes, il a dénoué peu à peu les fils de cet imbroglio tragique. Rien n'a été laissé dans l'ombre au cours de ces investigations qui ont conduit l'auteur de France en Algérie et au Maroc. S'appuyant aussi sur des notes restées jusqu'ici confidentielles, il révèle aujourd'hui les raisons de l'enlèvement des sept moines, les raisons de leur mort.
    À la fois quête et enquête, cet ouvrage a choisi de lier les événements sans jamais sacrifier au spectaculaire ni à la partialité, dans le but de chercher la lumière, toujours la lumière... comme le firent Christian, Christophe, Luc, Paul, Michel, Bruno et Célestin, les sept moines de Tibhirine.

empty