Sciences humaines & sociales

  • Un pont entre Orient et Occident...
    " L'Orient nourrit mes rêves depuis l'enfance. Mon père, officier supérieur de marine, a sillonné les mers, et les cartes postales qu'il envoyait alors de ses périples dans les pays du soleil, ont fait naître mes désirs d'aventure. Dès l'adolescence, je dévorais les récits des écrivains voyageurs en Orient réunis dans notre bibliothèque familiale : Chateaubriand, Flaubert, Lamartine, Loti... Je grandissais, mes aspirations tournées vers les terres du Levant.
    Adulte, j'allais étudier ici et là-bas, l'antiquité, l'histoire, l'évolution, les révolutions, les monothéismes, les traditions, les mythes de ces pays qui focalisaient l'attention de l'Occident. Je tombais passionnément amoureux de Sumer, des épopées de Gilgamesh et de la Création, de la Haute Mésopotamie avec sa mythique Babylone, l'Egypte pharaonique, l'Iran des Perses, la Turquie de Byzance aux Ottomans, le Liban, Israël, Palestine, la Jordanie, l'Arabie saoudite, les Emirats... avec les recompositions et les convulsions des siècles récents.
    La relation de mes très nombreux séjours passés et actuels en Orient, voudrait jouer une certaine musique humaine et rappeler que cette partie du monde est le berceau de notre civilisation. Au moment où cette région monopolise tous les regards, ce " Dictionnaire amoureux de l'Orient " voudrait apporter sa modeste contribution à une sorte de plaidoyer des Lumières. "

  • Ici, ils excluent les non-croyants de leur table. Là, ils interdisent aux femmes d'aller cheveux nus et aux hommes de leur adresser la parole. Ailleurs, ils rejettent la démocratie, l'école laïque, l'avortement, l'homosexualité, la liberté de penser... et

  • Le 18 juin 2010, au jour même du 70e anniversaire de l'Appel du général de Gaulle, le mythique Marcel Bigeard répondait à celui de l'au-delà : l'ultime appel... Né à Toul en 1916, c'est encore à Toul que le général a bouclé la boucle d'une vie exceptionnelle de vertu, de sacrifice, de sens du devoir et d'engagement pour sa France. Ce livre raconte les derniers instants du général, les souvenirs qu'il évoquait avec son épouse et sa fille, ses proches, ses amis et ses confidents, peu avant le dernier saut. L'ouvrage relate aussi la cérémonie des obsèques en la cathédrale de Toul, et le dernier honneur de la République aux Invalides, à Paris. De très nombreux hommages ont été rendus à Marcel Bigeard par une foule de Français anonymes, mais aussi par des religieux, des militaires, des politiques, à commencer par le président de la République Nicolas Sarkozy, et bien d'autres personnalités de premier plan tels Valéry Giscard d'Estaing, le Premier ministre François Fillon, les ministres Hervé Morin, Michèle Aliot-Marie, Brice Hortefeux... Des milliers de lettres ont été adressées à sa femme Gaby, et à sa fille Marie-France, autant de textes écrits avec ferveur, exprimant le respect et l'admiration, dont beaucoup ont été sélectionnés pour figurer dans ce recueil unique.

empty