• Vibration

    Robert Tirvaudey

    Là-bas à l'infini
    Ta forêt natale n'est plus un refuge
    Le vent s'existe et les arbres continuent de pousser
    Quelle que soit ta marque d'existence

    Vibration est un recueil de poésies dont la préoccupation essentielle est de travailler sur le rapport fragile entre la métaphysique et la poésie.

  • Emmanuel Mounier est le père fondateur du personnalisme qu'il aborde comme un renouvellement de la pensée du XXe siècle. Cet ouvrage en retrace les grands axes et remonte à la matrice inaugurale de sa philosophie. Après en avoir restitué le noyau dur, l'auteur se propose de mesurer les interactions et les sources théologico-philosophiques essentielles. Mounier articule en effet un enseignement très marqué avec Descartes, Pascal et Bergson. Il relie l'idéalisme au rationalisme et une théologie issue d'une philosophie autonome détachée de l'enseignement théologique. Sa lecture marquante de Péguy est frappée par une crise de la Modernité qui le situe entre le spirituel et le temporel. La rencontre avec Landsberg avive sa sensibilité à l'urgence de l'engagement. Son orientation existentielle et non existentialiste le condamne à refuser une « philosophie chrétienne ». Ainsi émergeront les concepts de « personne » et de la « communauté » d'inspiration augustinienne.

  • Dans ces nouvelles les hommes et les femmes sont précipités dans des situations limites. A travers secousses historiques et caprices du destin; neuf récits, de Berlin année 45 à un Sacrifice de la dame tout en tension érotique...

  • Toutes les "histoires" qui jalonnent ce recueil de nouvelles sont authentiques. Tout ce qui est rapporté quant aux situations limites de l'humain plongé dans l'extrême est véridique, mais bien en deçà de la réalité historique. C'est vrai pour Histoire humaine, c'est vrai pour Manuscrit de 1946. Il a fallu lire l'Histoire, relire des histoires pour ne pas manquer la vérité historique. Mais en littérature, le mensonge est vrai puisque l'in-humain est inimaginable. C'est dire que tout est faux,inventé.

  • Avec l'« esthétique de l'existence », il n'y a pas de coupure chez Foucault, ses oeuvres renvoyant à une « histoire du sujet ». Tous les registres du rapport à soi confirment le lien entre esthétique et éthique. L'« esthétique de l'existence » n'est pas la production d'une beauté artistique, mais une tekhné au sens artisanal. La déconstruction du sujet traditionnel mène à sa réinvention sur un plan pratique. Dès lors, la philosophie devient thérapeutique et vise une reconversion. Pour Foucault, l'oeuvre dont il faut se soucier, c'est soi-même. Par un travail critique sur soi, il s'agit de se construire, de forger une oeuvre. L'« esthétique de l'existence » est donc une éthique : celle du sujet contraint de se définir lui-même. Ce que Foucault retient des Grecs, c'est qu'il s'agit de mieux se gouverner. « Être soi », c'est s'appartenir. La philosophie vise la belle vie. En cela, Foucault est philosophe.

  • Cet ouvrage met en scène une poésie paroxystique et chaotique, c'est-à-dire une poésie qui commence par la fin, par ce qui est appelé à disparaître. Le poétique ici n'est plus expression d'un sentiment intime intérieur, mais l'accueil de ce qui vient de l'extérieur comme réception du monde spécifiquement humain.

  • Comment dire le silence ? Comment écrire ce que le silence signifie ? "Les Mots du silence" essaye de remonter à la source même de la Parole par-delà le langage explicatif rationnel. Mais comment faire parler le Silence sans se contredire ? N'est-il pas page vierge, évacuation de tout sens, mise à mort de la sonorité, du son, faillite de la communication des consciences, absence de signes ? Et pourtant, le Silence parle ! Il ex-prime le vouloir dire, le désir d'un vivre avec les hommes, avec tous les hommes. Il faudra soutenir avec Merleau-Ponty (La Prose du monde) : « Que le silence soit mythique ou intelligible, il y a un lieu où tout ce qui est et sera, se prépare en même temps à être dit. » Il faut ainsi restituer notre puissance d'écoute du silence en imposant à chacune de nos perceptions un plus fort degré de cohérence et de cohésion avec l'homme au monde, avec les autres, tous les autres. Philosophe-écrivain, Robert Tirvaudey tente de dévoiler une « méta-anthropoétique », c'est-à-dire une poétique de l'homme sur fond d'une métaphysique.

  • Il fait si jour dans la nuit - que je suis constamment tes yeux scintillants. La poésie est avant tout Parole en tant qu'elle est une admirable mosaïque de l'homme où se déclinent toutes les couleurs de son être spectral. La Parole en sa voie poétique se répartit, se subdivise dans les concordances entre intuition et réflexion. Tous les poèmes rejoignent la thématique de la Parole selon la voie ouverte par Heidegger : "Toute pensée qui déploie le sens est poésie, mais toute poésie est pensée" (dans Acheminement vers la Parole).

  • On saura tout de l'histoire. On saura tout de celle de la mère. Du père qui revient de l'histoire. Du fils Jean-Mathieu. Du crime qui s'origine dans l'histoire de la mère, du père. De celle de Virginie Jouvencelle, la fille du docteur Jouvencelle. De son rêve de petite fille de vouloir mourir d'amour. C'est l'histoire de quelqu'un, qui, tout simplement, traverse un naufrage.

  • Nacht

    Robert Tirvaudey

    Ici, Nacht n'est pas tant la nuit trouvée au coucher du jour que l'entrée en nuit de tout instant à la recherche de sa place dans la poétique de l'existence. Les courts poèmes sont autant d'accueil de la délivrance contre l'étouffement dont parle Hesse. Depuis une réflexion philosophique accomplie, l'auteur incite en permanence le lecteur à la recherche de cet « ouvert » rilkéen aux heures les plus sombres comme les plus lumineuses en apparence.

  • L'Argentin Roberto Juarroz, considéré comme l'un des poètes majeurs de son temps, est sans aucun doute le poète de la métaphysique tant par les thèmes abordés (néant, chute, vide, Dieu, existence) qu'en raison de son acheminement. Chaque poème engage ou dégage une thèse ontologique qui n'est pas sans rapport implicite avec la pensée de Heidegger travaillant à l'élaboration d'une pensée de l'être. Cette monographie est la première à saluer la pensée poétique de Juarroz dont l'oeuvre est rassemblée sous le titre unique Poésie verticale.

  • Il est un étrange paradoxe qui traverse les pensées de Marc Aurèle : il n'est fait aucune analyse sur le pouvoir. On y trouve un art de vivre, une sagesse interpellant à méditer et à vivre en accord avec soi-même, avec autrui et la nature. La philosophie consiste à ce que le génie qui est en nous reste sans outrage et sans dommage, qu'il soit au dessus des plaisirs et des peines et qu'il ne fasse rien au hasard.

empty