• " C'est Vital. Ça a l'air qu'il a ramassé un cadavre dans ses filets. Il l'a dit dans sa radio. Tu veux qu'on t'en raconte, des histoires de marins ? Reste avec nous autres pis tu vas en voir, la p'tite ! " Ce matin-là, Vital Bujold a repêché le corps d'une femme qui, jadis, avait viré le coeur des hommes à l'envers. En Gaspésie, la vérité se fait rare, surtout sur les quais de pêche. Les interrogatoires dérivent en placotages, les indices se dispersent sur la grève, les faits s'estompent dans la vague, et le sergent Moralès, enquêteur dans cette affaire, aurait bien besoin d'un double scotch.

  • - Bon. Qu'est-ce que tu veux qu'on te raconte ? L'arrivée ?
    - Ouais, on va commencer par là.
    - OK. Quand on arrive.
    - Ben là, ça dépendait où on arrivait.
    - Ouais, mais la première fois...
    Les hommes ont serré leurs armes. Quand ils ont lu ce texte, des mois plus tard, ils m'ont dit et redit de spécifier que ce sont des armes personnelles enregistrées, non leurs armes des Forces, qu'ils n'ont pas l'autorisation de sortir de la base. Voilà qui est fait.
    - Bon. Moi, l'arrivée qui m'a marqué, c'était à Kaboul, en 2004. De nuit, toi! Dans la dernière partie du voyage, on effectuait un vol tactique. On est descendu comme un putain de météore!
    /> Ça, c'est Steeve Bolduc.
    - Déjà que je suis pas fort sur les manèges! J'étais vert! Je me disais : "Tabarnak! C'est sérieux! On risque de se faire tirer dessus pour vrai s'ils nous brassent de même!" J'étais brûlé tout de suite après l'atterrissage! Pis la première affaire que tu voyais, c'était un gros hangar rempli de trous de balles. Les ravages de la guerre. La structure tenait, mais c'est tout. Quand tu débarquais, tu te demandais : ça vient-tu juste d'arriver ou si ça fait un bout?

  • Elle est romancière, il est soldat. Au printemps 2004, Patrick Kègle, qui combat en Afghanistan avec le Royal 22e Régiment, envoie des remerciements à un groupe folklorique qu'il écoute pour se rappeler sa patrie. Roxanne Bouchard, conjointe d'un des chanteurs, et farouchement antimilitariste, lui répond vite fait bien fait. Mais Patrick s'ennuie du Québec et, puisqu'il a trouvé une correspondante avec qui échanger, il ne lâche pas le morceau. Il lui confie qu'il rêve de pluie et de paix pour ce pays aride. Elle réplique avec scepticisme : comment peut-on parler de paix quand on est armé jusqu'aux dents ? S'enchaîne ainsi une franche et touchante correspondance au fil de laquelle se développe, entre ces êtres que tout semble éloigner, une réelle amitié. Tous deux y affinent leur réflexion sur l'engagement militaire mais, surtout, explorent ensemble cet espace de paix qu'ouvrent les mots dans la tourmente de la guerre.

  • Samedi dernier, au Cirque Flagada Circus, quelque chose a déraillé dans le tir de l'Homme Canon. Éjecté de travers, ce dernier a tué le Cracheur de Feu et envoyé la Contorsionniste aux soins intensifs. Le Clown, en apprenant la nouvelle, a fait une crise cardiaque. Lundi amène donc le directeur du cirque au Phénix crématorium (quatrième étage de l'Orphéon), afin de préparer une fabuleuse cérémonie crématoire. Fabuleuse, oui ! Car si vous croyez que Le Phénix donne dans le sobre, le discret et le recueilli, c'est que vous n'avez rien lu, lecteur... L'Orphéon est un édifice à bureaux dont les cinq étages sont respectivement peuplés par les personnages de cinq auteurs de talent. Le lecteur est invité à visiter l'immeuble un roman à la fois, à son gré, dans l'ordre ou dans le désordre. Dans la même série: Stéphane Dompierre, Corax . Geneviève Jannelle, Odorama . Véronique Marcotte, Coïts (à paraître en janvier 2013). Patrick Senécal, Quinze minutes (à paraître en janvier 2013).

  • À vingt ans, on rêvait de liberté. Alors pourquoi est-ce qu'on s'est attaché? Pourquoi est-ce qu'on a voulu être la moitié d'un autre, puis choisi de fonder une famille? Et pourquoi reste-t-on, alors que les différends se sont accumulés au fil des années, que les enfants nous épuisent et que le quotidien nous lasse?

    Pourquoi s'entêter à aimer encore quand il serait si facile de partir?

    J't'aime encore est un récit qui explore le besoin d'enracinement et la présence dérangeante du doute.

empty