• Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Avec ce numéro, la revue JEU se présente à vous sous une toute nouvelle forme. Dirigé par Christian Saint-Pierre, le dossier concerne l'engouement que ressentent certains créateurs de théâtre québécois pour la capitale allemande. On lira les lettres d'amour de Marie Brassard, Daniel Brière, Evelyne de la Chenelière, Martin Faucher, Sarah Lachance, Catherine De Léan, Éric Noël et Marie-Lyne Rousse. En complément, le traducteur Frank Weigand explique pourquoi, selon lui, la pratique théâtrale berlinoise fascine autant. Hors dossier, on trouve notamment des textes de Justin Laramée et de Jean-Philippe Lehoux, ainsi que des entretiens avec le jeune metteur en scène français Julien Gosselin et la directrice sortante du FTA Marie-Hélène Falcon.

  • Dirigé par Michelle Chanonat, le dossier de ce numéro propose de rêver d'un théâtre libre, riche et intelligent. Catherine Vidal, André Brassard, Lorraine Pintal, Pierre Robitaille, Normand Baillargeon et Martin Faucher font partie des créateurs qui ont accepté de mettre en mots leur rêve d'un théâtre libéré de toutes contraintes. Hors dossier, on trouve un coup de gueule signé par l'auteure Annick Lefebvre, une carte blanche à Olivier Morin, un artiste aux multiples talents, et une entrevue avec le grand metteur en scène italien Romeo Castellucci.

  • Cette nouvelle parution de Voix et images nous propose un réexamen de « La révolution littéraire des années 1940 au Québec ». Voulant éclairer autrement le récit officiel, ce dossier cherche à déterminer les interactions qui existent entre le centre et la marge, entre les oeuvres reconnues et les discours trop souvent délaissés par la critique. En tenant compte des productions populaires et médiatiques, les articles réunis ici proposent une saisie inédite des bouleversements de la décennie 1940, marquée par la Seconde Guerre mondiale, le déploiement des grands journaux et de la presse spécialisée, l'essor de la radio, etc. En somme, ce dossier souhaite faire voir la complexité du choc qui provoque l'exceptionnelle ébullition des années 1940 et qui offre l'occasion de saisir la façon dont le littéraire fait sens de l'ensemble de la société de l'époque, où à la fois le pôle littéraire, le pôle médiatique, le marché, la critique savante et les institutions acquièrent d'un coup une maturité sans précédent.

  • S'il existe des réponses, en vérité, c'est à Lourdes même que chacune des âmes les trouvera pour elle seule. J'ai voulu rendre témoignage dans ce livre à ce que j'ai vu, à ce que je fais, à ce que je crois. Il m'a semblé bon, en définitive, que l'intervention divine s'accompagnât de mystère. Et je me contente aujourd'hui de remercier.

  • L'histoire de la Russie, de 1613 à 1917 - les trois siècles du règne des Romanov -, est sans doute la plus sanglante, la plus fertile en monstruosités de tout genre sur quoi l'attention d'un historien puisse se pencher. Elle ne le cède en horreur qu'aux débuts de la Révolution, puis aux fameuses "purges" de Staline. Cependant, au cours de ces trois siècles, on a tellement bâti que les pierres effacent le sang. La race des Romanov a d'ailleurs payé sa gloire elle-même d'un prix terrible - si terrible que l'on a pu parler d'une véritable malédiction : Alexis Petrovitch tué par son propre père, Pierre le Grand ; Pierre III assassiné par Orlov, amant de sa femme (la future Catherine II) ; Ivan VI poignardé dans sa prison ; Paul Ier étranglé ; Alexandre II mis en pièces par la bombe d'un anarchiste ; et le dernier Romanov, Nicolas II, massacré avec toute sa famille à Iekaterinenbourg. Singulière tribu au destin hors mesure, composée de fous et de génies, de bigots et de sacrilèges, de brutes et de raffinés, d'assassinés et d'assassins, d'impuissantes victimes et de bâtisseurs maudits. Avec excès, souvent avec génie, les Romanov ont incarné le peuple immense qu'ils avaient soumis de la Vistule au Pacifique, des terres arctiques au Caucase. Ils ont porté au sommet de la puissance et de la gloire la "Sainte Russie". Abattus, ils demeurent. "L'Histoire oppose aux falsificateurs sa masse rayonnante que nulle main ne peut pétrir. Le fait s'entête contre le mensonge. Et d'irrécusables vérités s'imposent, parmi lesquelles cette affirmation que la Russie doit à ses tsars ce que la France doit à ses rois : l'essentiel de ce qu'elle fut, de ce qu'elle est et de ce qu'elle sera."

  • L'histoire de la Russie, de 1613 à 1917 - les trois siècles du règne des Romanov -, est sans doute la plus sanglante, la plus fertile en monstruosités de tout genre sur quoi l'attention d'un historien puisse se pencher. Elle ne le cède en horreur qu'aux débuts de la Révolution, puis aux fameuses "purges" de Staline. Cependant, au cours de ces trois siècles, on a tellement bâti que les pierres effacent le sang. La race des Romanov a d'ailleurs payé sa gloire elle-même d'un prix terrible - si terrible que l'on a pu parler d'une véritable malédiction : Alexis Petrovitch tué par son propre père, Pierre le Grand ; Pierre III assassiné par Orlov, amant de sa femme (la future Catherine II) ; Ivan VI poignardé dans sa prison ; Paul Ier étranglé ; Alexandre II mis en pièces par la bombe d'un anarchiste ; et le dernier Romanov, Nicolas II, massacré avec toute sa famille à Iekaterinenbourg. Singulière tribu au destin hors mesure, composée de fous et de génies, de bigots et de sacrilèges, de brutes et de raffinés, d'assassinés et d'assassins, d'impuissantes victimes et de bâtisseurs maudits. Avec excès, souvent avec génie, les Romanov ont incarné le peuple immense qu'ils avaient soumis de la Vistule au Pacifique, des terres arctiques au Caucase. Ils ont porté au sommet de la puissance et de la gloire la "Sainte Russie". Abattus, ils demeurent. "L'Histoire oppose aux falsificateurs sa masse rayonnante que nulle main ne peut pétrir. Le fait s'entête contre le mensonge. Et d'irrécusables vérités s'imposent, parmi lesquelles cette affirmation que la Russie doit à ses tsars ce que la France doit à ses rois : l'essentiel de ce qu'elle fut, de ce qu'elle est et de ce qu'elle sera."

  • S'il existe des réponses, en vérité, c'est à Lourdes même que chacune des âmes les trouvera pour elle seule. J'ai voulu rendre témoignage dans ce livre à ce que j'ai vu, à ce que je fais, à ce que je crois. Il m'a semblé bon, en définitive, que l'intervention divine s'accompagnât de mystère. Et je me contente aujourd'hui de remercier.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • CONTENU DES CHAPITRES:

    PREMIERE PARTIE : GENERALITES
    1.PRESENTATION ET ANALYSE SELECTIVE DE SUJETS IMPORTANTS POUR L'AGRICULTURE TROPICALE OU L'AGRICULTURE GENERALE
    Contexte tropical, Type d'agriculture, protection de l'environnement (agric. organique, agric. de précision, type de labour, etc.) /Modification génétique et simulation, Contraintes, défis, efforts (acridiens, sécheresse, crise alimentaire, etc.)
    2.L'ESPACE TROPICAL
    Considérations écologiques / Considérations socio-economiques ( quelques aspects de l'agriculture tropicale, diversité technologique, faiblesses et problèmes divers , Situation particulière de la recherche agricole, Importance et Rôle des Coopératives
    3.SECHERESSE ET ENSO
    Commentaires divers sur la sécheresse /Définition , ENSO
    4.LES BIOCARBURANTS
    Introduction , Causes de l'engouement pour le pétrole vert, Bioethanol, Biopolymères, Avantages et Inconvénients avec les biocarburants, Exemple de situation nationale : saga énergétique du Brésil
    DEUXIEME PARTIE: CULTURES VIVRIERES
    5.LE MA

  • Toute l'actu 2016 : un outil indispensable pour préparer les écrits et les oraux de tous les concours (grandes écoles de commerce, concours administratifs, IEP...) et de tous les examens universitaires.Une synthèse de toute l'actualité : événements majeurs commentés, toute l'année 2016 en France et dans le monde par thème, des cartes pour appréhender et comprendre la géopolitique et une chronologie de l'actualité du 1er janvier au 31 décembre 2016.La boîte à outils du candidat avec toutes les données clés de l'année sous forme de mémos et tableaux : lexiques, graphiques, fiches personnalités, fiches pays, repères chronologiques...L'outil indispensable pour accroître sa connaissance de l'actualité, valoriser ses acquis et augmenter ses chances de réussite !

  • Docteur Erikson

    Michel de Saint Pierre

    • Grasset
    • 3 Février 1982

    Le nouveau roman de Michel de Saint Pierre nous conte l'histoire d'un jeune médecin généraliste, issu des grands hôpitaux de Paris, et qui vient s'établir en Normandie avec sa femme Armèle, une Eurasienne séduisante et secrète. Le docteur Guillaume Erikson, comme Michel de Saint Pierre lui-même, aime d'amour la Normandie, ses paysages et ses habitants. Or, voici qu'au cours de ses travaux il rencontre une équipe formée de biologistes, de médecins et de pharmaciens, qui guérissent avec des succès étonnants des maux incurables devant lesquels les plus grands centres hospitaliers universitaires reculent et s'avouent impuissants. Mais la médecine officielle, dans son ensemble, n'aime pas les chercheurs indépendants - et sa tendance est de refuser trop souvent les méthodes de guérison qu'elle n'a pas elle-même inventées. Le docteur Guillaume Erikson et l'équipe avec laquelle il travaille font l'objet d'attaques et de menaces de toutes sortes. Jusqu'au jour... {Docteur Erikson} est le roman du drame de la médecine moderne - mais il est aussi celui de l'espérance pour les malades qui se sentent aujourd'hui menacés.

  • Le milliardaire

    Michel de Saint-Pierre

    • Grasset
    • 1 Octobre 1970

    Je reviens au roman, après dix ans d'investigations littéraires par d'autres voies. Dans Le Milliardaire, j'ai tenté de dépasser le schéma romanesque d'un héros unique. Chacun de mes acteurs, chacune de mes actrices, je me suis efforcé de les décrire et de les analyser à fond. Bien s-r, l'ensemble de l'affaire gravite autour du milliardaire que je décris : un certain Fabre-Simmons régnant sur une entreprise complexe, industrielle et financière.

    Dans cette jungle de l'économie moderne, il y a des drames. Un géant absorbe un autre géant par une Offre publique d'achat. Une dévaluation, accompagnée de certaines spéculations, peut amener une cascade d'événements plus ou moins tragiques, avec leurs répercussions humaines ; les rivalités deviennent celles des fauves ; et le simple fait de la lutte sans répit, des harcèlements continuels, des rigueurs plus ou moins impitoyables et des combinaisons plus ou moins retorses que suppose l'existence même - l'existence quotidienne - d'un magnat de l'industrie et de la finance, aujourd'hui, tout cela durcit infailliblement un coeur d'homme, tend à égarer son jugement, et le conduit peu à peu au césarisme d'une vieillesse omnipotente, solitaire et dorée. Je voudrais, en somme, montrer sur un être humain, et sur ceux et celles qui l'entourent, les stigmates de l'argent - en même temps que j'aimerais faire ressortir, moi qui ai longtemps vécu et travaillé dans ce milieu des milliardaires, l'extraordinaire malédiction qui s'abat sur ceux qui détiennent un excès de richesse temporelle. Le " Malheur aux riches ! " n'est pas une vaine formule. Pour ma part, j'ai trouvé, chez la plupart des hommes accablés de fortune que j'ai pu rencontrer, un mélange grandissant d'orgueil amer, de méfiance et de tristesse. " Michel de Saint Pierre.

  • L'accusee

    Michel Saint Pierre

    • Grasset
    • 1 Mars 1972

    "Carol, très pâle, ne disait rien. Vers elle, tous les regards de la salle convergeaient. Tandis que Le Hucheur évoquait les "enfants", une grande douceur avait un instant effleuré son visage muet, comme la lueur d'un rayon. Elle était là, debout, écoutant ses avocats, fixant sur eux ses yeux clairs que les larmes envahissaient. Et les regards, dans la salle, durant les courts instants suspendus, ne quittèrent pas son visage immobile. Puis, soudain, elle parut fléchir - et se couvrit la figure de ses mains".

empty