• La psychanalyse est une recherche du monde extérieur, inévitablement conflictuelle, mais dans un effort d'échange avec le monde extérieur. Cet espace intérieur, Salomon
    Resnik le conçoit comme un espace pour vivre, sentir, penser, imaginer, rêver. Transcendant les oppositions catégorielles dedans/dehors, corps/esprit, l'espace mental donne sens, forme, luminosité à la vie.

    Or vivre son intériorité et la multiplicité de son être est difficile à assumer et on observe dans les vécus psychotiques un aplatissement de cet espace qui peut alors être rempli de vide, de fumée ou même de connaissances. La profession de psychanalyste consistera, nous dit Resnik, à utiliser son propre appareil mental, son propre espace mental pour aller à la rencontre de l'affectivitë discordante ou barrée de l'autre.
    />
    Salomon Resnik, nous invite ici, comme il l'a fait avec son public de l'Université à pénétrer dans l'espace qui se crée entre lui et ses patients, à la recherche de suggestions, de réflexions qui puissent donner sens à la vie mentale. Problèmes théoriques, histoires cliniques sont enrichis par la présentation d'oeuvres de Magritte, De Chirico, Van
    Gogh et de dessins de ses patients, qui rendent le lecteur sensible à une expérience sensori-perceptive et esthétique de l'inconscient.

  • Le livre de Salomon Resnik est un long voyage dans l'univers de la folie. Ce sont les vicissitudes de ces voyages avec des patients psychotiques qui permettent de vivre avec le lecteur les péripéties d'une poësis thérapeutique dans les méandres de l'inconscient.

    Les patients psychotiques chroniques vivent une existence suspendue, comparable à un état d'hibernation. La personne psychotique est particulièrement fragile et sensible et ne peut tolérer ni souffrance psychique (douleur d'être) ni plaisir. Au fond, l'apathie psychotique est une paralysie du "re-senti.

    Dans leur excessive sensibilité, ils se sentent blessés par toutes formes d'impact affectives, dloù la nécessité diune protection. La carapace autistique est paradoxalement l'expression vitale de ce renfermement, où la dévitalisation est la condition pour perdurer. La nature de cette armure est ontologiquement importante. Que sa texture soit de coton, de bois, de verre, de fer ou de glace, elle est un langage en soi. La congélation des sentiments est une régression pré-historique a l'époque glaciaire de l'individu pris dans une indicible détresse. La glaciation est alors une tentative de " rassembler " les morceaux de son moi éclaté. La déglaciation, expression inévitable dlun " changement catastrophique " (Bion), fait, elle, partie du processus thérapeutique de guérison. Le retour à la vie requiert une prise en charge institutionnelle, humaine, compréhensive et efficace.

    Cet ouvrage constitue la synthèse d'un travail psychanalytique et psychiatrique. Depuis cinquante ans, llauteur travaille auprès de patients psychotiques, en individuel et en groupes, dans divers contextes culturels (Argentine, France, Angleterre, Italie). Salomon Resnik continue sa recherche sur l'existence à travers son contact quotidien avec le monde de la psychose.

empty