• Afin de devenir un grand auteur, un jeune homme entame un processus de quête du malheur, une longue marche d'autodestruction créative. Pour créer un chef-d'oeuvre, il y a plusieurs choix possibles: être fêlé comme Nelligan, suicidé comme Aquin ou fumé à l'opium comme Baudelaire. Tout sauf ce bonheur improductif, état de grâce réservé aux non-écrivains de ce monde. Éviter les pièges du bonheur et provoquer le malheur jusque dans ses derniers retranchements, voilà le plan de match. C'est la guerre au bonheur, la résistance à ce monde capitaliste «qui nous tient en liesse». Tous les moyens sont bons...

empty