9782707162700

  • Depuis le début des années 2000, le " monde des psys " est en crise, particulièrement en France. D'un côté, la psychanalyse est contestée ou réduite à une référence ennuyeuse et répétitive, la tentative lacanienne de renouveau ayant épuisé ses effets et nourri de nouveaux conformismes. De l'autre, les thérapies comportementales et cognitives (TCC) ont le vent en poupe, au point d'inspirer, en 2005, un très inquiétant rapport de l'Inserm sur les Troubles des conduites chez l'enfant et l'adolescent. Renouant avec des théories directement issues du XIXe siècle tout en instrumentalisant les résultats les plus récents des neurosciences, ses auteurs proposent une naturalisation des différences sociales : ne pas trouver un emploi, participer à des émeutes en ban-lieue, ce serait d'abord la manifestation d'un trouble mental... Pour contrer cette double dérive, pour inventer collectivement de nouvelles formes de prise en charge de la souffrance psychique, il est vain de se proclamer humaniste, d'opposer les psychothérapies du " un par un " aux prises en charges standardisées et bon marché. L'important, explique Philippe Pignarre dans ce livre, c'est de se détourner des théories figées et de s'intéresser aux mécanismes et aux objets qui, en partie à l'insu des thérapeutes, proposent aux patients de nouvelles manières de vivre et de manifester leurs difficultés existentielles. Il montre ainsi que les médicaments psychotropes, devenus incontournables, ont joué un rôle central dans ces évolutions, contribuant à construire une nouvelle " cité psy ", avec ses concepts et ses professionnels, alors que l'ancienne est en ruines. C'est une conviction forte qu'entend ici affirmer Philippe Pignarre : on ne sortira pas de ces impasses sans comprendre les causes profondes qui y ont conduit.
    (Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2006.)

empty