Poésie

  • Une sorte d'aura accompagne depuis des années l'oeuvre discrète (et introuvable) de Pierre Morhange, dont le nom a attiré, régulièrement, l'intérêt de jeunes poètes, de critiques avertis, de lecteurs curieux. On pourrait parler d'oeuvre au noir, tant la substance même de ce très subtil langage poétique est marquée par le désespoir, la souffrance, le deuil de toutes les illusions politiques des années vingt à cinquante. Frère ennemi des surréalistes, annonciateur d'une grande poésie matérialiste, Pierre Morhange (1901-1972) est, d'évidence, l'inventeur d'une sorte de néoréalisme à la française qui trouverait ses sources du côté de Henri Heine et de Maïakovski. Ce livre présente un choix de textes publiés depuis La vie est unique, mais donne également à lire des poèmes du jeune révolutionnaire qui signait John Brown, appelait à la victoire du prolétariat et, déjà, déçu, amer, blessé par la vie même, rêvait de se pendre !

empty