• La légende

    Philippe Vasset

    • Fayard
    • 17 Août 2016

    Malgré mes soins attentifs, l'image des saints, des idoles et des stars s'efface lentement dans leurs cadres dédorés. Et sur leurs traces disparues s'avance une autre légende, cortège silencieux et étrangement familier. À sa tête marche la femme que j'ai aimée. Philippe Vasset est un amateur de marges et de frontières, explorant volontiers les zones laissées en blanc sur les cartes de géographie (Un livre blanc, Fayard, 2007) ou la dernière possibilité d'une authentique création par le fondement des nouveaux cultes qui s'inventent à la lisière des villes (La Conjuration, Fayard, 2013). Pensionnaire à la Villa Médicis en 2014-2015, l'écrivain qui « emprunte les labyrinthes des énigmes du réel » (Libération) ne pouvait sans doute voir Rome autrement que comme cette usine à mythes et à légendes un peu assoupie que son narrateur tente de réveiller.

  • « Célébrer le dimanche en se rassemblant, en répondant à l'appel qui nous est fait n'est pas, pour l'Église, pour chacun des membres qui la composent, une activité parmi d'autres. C'est un choix qui est un marqueur fort de l'identité chrétienne. Le dimanche est le jour du Seigneur par excellence, le jour où les chrétiens se réunissent pour célébrer la résurrection du Christ. » [Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, préfacier.] L'année liturgique 2016-2017 en un volume : liturgie de la messe, prières liturgiques, lectures bibliques tirées du nouveau Lectionnaire, introductions, indications pour les animateurs, « Chanter, prier, célébrer », calendrier liturgique, fêtes à souhaiter, textes pour la méditation, prières du chrétien...

  • Mal-être, souffrances psychiques, sexualité en berne, dépendance aux écrans, rapport démesuré au travail, perte de sens, solitude... Ces manifestations pointent toutes vers la souffrance de notre âme. Or si les psychothérapies et la pharmacologie sont pré

  • Un point sur les connaissances historiques actuelles concernant la Vierge Marie. L'enquête fait revivre cette femme et émet des pistes quant à la véritable origine paternelle de Jésus.

  • Livrant sa propre expérience, le patron de La Vie éclaire la déchristianisation de la France. Se racontant et nous racontant, il en appelle à un catholicisme sans peur et sans arrogance à même de réenchanter le monde.
    Un manifeste qui va faire du bruit.
    On aurait pu croire éteintes les grandes voix catholiques. En voici une qui sort des décombres pour tonner que Dieu est Dieu dans ce livre qui répond enfin à la crise spirituelle que traversent l'Église, la France et l'Europe.
    Rompant avec la logique de l'excuse, récusant la dissolution comme la crispation, révoquant les tentations de la naïveté et de la médiocrité, Jean-Pierre Denis dresse le plus lucide et le plus implacable des constats sur la déchristianisation. Et y voit une chance pour l'Évangile qui jamais ne s'impose et qu'il faut sans cesse apprendre à recevoir.
    C'est à une foi attestataire, tissée dans le témoignage intime de sa vie, qu'il en appelle ici. Une attestation qui fait fi des préjugés établis, qui se nourrit des rencontres improbables, qui sait être attentive aux signes prophétiques. Et qui, sans être donneuse de leçons, en revient immanquablement à l'unique testament du Golgotha et de Pâque, source de la seule contre-culture qui soit réellement subversive.
    Porté par une plume parfois aiguë, souvent inspirée, toujours sensible, ce récit d'une émancipation qui est aussi un manifeste de la libération s'adresse à chaque homme et chaque femme d'aujourd'hui qui se sentent prisonniers de la tragédie d'exister. Et veulent s'en affranchir.

  • Le chat qui m'aimait

    Kwong Kuen Shan

    • Archipel
    • 8 Novembre 2017

    Contrairement à ses ouvrages précédents - recueils d'aquarelles et de maximes orientales -, Kwong Kuen Shan nous livre ici une histoire surprenante mais vraie : la sienne ! Dans ce récit illustré d'aquarelles originales et de dessins in texte, elle raconte comment, souffrant d'une phobie des chats, elle rencontra un félidé obstiné. Kuen Shan vit alors depuis peu au Pays de Galles, dont son mari est natif. À cette époque, elle se sent isolée et malheureuse dans la campagne galloise. Son seul compagnon ? Le chat de leurs voisins, qui viennent de déménager. Sauf que Healey - le chat - vient de faire le chemin inverse pour retrouver la colline galloise où il a grandi. Et que fait Healey ? Il se met en tête d'apprivoiser Kuen Shan. Peu à peu, celle qui avait une peur panique des chats ne peut plus vivre sans eux. Healey est-il un sage chinois déguisé en chat ?

  • Je suis un enfant naturel, né hors mariage de l'amour de ma mère et de son amant, un enfant considéré comme une « honte » par sa famille. Quel long chemin depuis ce départ si difficile jusqu'à aujourd'hui, où je suis habité de paix et de confiance ! Cela aurait pu mal finir, mais Dieu m'a sauvé. À des moments importants de ma vie, j'ai écouté Ses appels et j'y ai répondu. Nous sommes tous appelés. Dans un monde si dur, marqué par le chômage, la violence, la pauvreté, les familles disloquées, la solitude..., l'amour de Dieu est pour nous la plus belle des espérances. J'ai voulu écrire ce livre car on me pose tant de questions sur mon chemin spirituel, ma foi, ma prière, mon lien d'amour avec Dieu. J'ai souhaité raconter et partager. Admirer aussi les êtres qui m'ont guidé et inspiré. Dieu est si présent, si actif dans nos vies que tout est possible. À n'importe quel moment, à n'importe quel âge, qu'on soit riche ou pauvre, homme ou femme, pratiquant ou pas, bien portant ou malade, oui, tout est encore possible. Il nous faut juste nous ouvrir, nous offrir à Lui. Il n'est jamais trop tard pour le plus grand Amour. Michael Lonsdale

  • Pourquoi dans toutes les religions les animaux accompagnent-ils les saints ? Et pourquoi les saints préfèrent-ils la compagnie de bêtes à celle des hommes ? De quel monde réconcilié nous parle cette communion retrouvée ? À l'heure de l'écologie, un vibrant manifeste de l'amour de tout vivant.
    Dans nos sociétés railleuses ou goguenardes, l'amour qu'on offre aux animaux est trop souvent moqué, ou passe pour secondaire. Quelle erreur ! Dans toutes les religions du monde, les sages et les saints témoignent de leur tendresse à l'égard de toutes les bêtes - l'ours, le lion, le chien, l'oiseau, l'abeille, le poisson, et même la fourmi, et même le moustique... Non seulement ces gens très pieux vivent en paix avec les animaux, mais ils leur parlent, les soignent et prient à leur intention, peut-être parce qu'ils perçoivent aussi en eux de formidables compagnons sur le chemin de sainteté.
    Ce livre conte ces belles et édifiantes histoires entre l'homme et l'animal, puisées dans le christianisme, le judaïsme, l'islam, l'hindouisme et le bouddhisme. Il propose ainsi une véritable réflexion sur le lien mystérieux, profondément spirituel, qui unit les êtres humains et leurs frères animaux.

  • Tu éclaires ma nuit Nouv.

    Comment traverser la nuit que connaissent les mystiques et que ne méconnaissent pas, autrement, nos contemporains ? Que nous disent l'homme, la femme de Dieu goûtant l'amertume, traversant l'obscurité, plongeant dans le pire abandon ? Spirituel, littéraire, ce guide de l'espérance dans le désespoir marque la découverte d'un futur grand auteur. Deuil, maladie, chômage... et c'est le désespoir pour certains. Qui n'a jamais connu ces nuits de détresse profonde ? Quand rien ni personne, surtout pas Dieu, n'a plus de goût ni d'intérêt.
    Quand tout élan soudain manque, quand même le désir de vivre s'est éteint, où trouver la force ? Où est la lumière ?
    Nourri de la parole de Dieu et de celle des poètes contemporains, Grégoire L. Huyghues-Beaufond offre ici un texte magnifique pour traverser les épreuves de la vie.
    Par la lecture priante de la Bible qui ne laisse personne sombrer et réconforte les âmes les plus meurtries, il témoigne du Dieu consolateur qui se fait proche et aide à traverser les obscurités.
    Un accompagnement dans la prière.
    Un encouragement fraternel pour ceux qui peinent.

  • La grande voix émergente de la spiritualité aujourd'hui nous invite à un nouveau voyage aux sources de la Vie et de la Liberté.
    Qu'est-ce qu'un chrétien est obligé de faire ? Qu'est-ce qui lui est interdit ? Et qu'est-ce que cela signifie pour ceux qui ne croient pas ? La morale a aujourd'hui mauvaise presse, mais ce questionnement est plus présent que jamais. Les prêtres le savent bien, à qui on ne cesse de poser ce genre de questions. Ceux qui les posent ne sont pas des névrosés, mais des personnes estimables - croyants ou non croyants - qui s'efforcent de bien vivre, de bien faire, et qui pour cela se débattent de leur mieux avec le grand bazar contradictoire de leurs désirs, de leurs convictions, de leurs attachements, de leurs devoirs, de leurs envies, de leurs fatigues, s'efforçant de faire rentrer le réel compliqué dans des catégories simples : le permis, le défendu, l'obligatoire.
    Dans un des livres les plus courts de la Bible, la lettre qu'il écrit à son ami Philémon à propos de la liberté d'un esclave, l'apôtre saint Paul ouvre pourtant un tout autre chemin : celui d'une authentique et exigeante liberté, sous la conduite de l'Esprit Saint.
    C'est ce chemin magnifique que ce livre redécouvre.
    Dominicain vivant au couvent du Caire, Adrien Candiard est notamment l'auteur de Veilleur, où en est la nuit ?, Comprendre l'islam, ou plutôt : pourquoi on n'y comprend rien, et Quand tu étais sous le figuier... Il est l'une des voix majeures de la spiritualité d'aujourd'hui.
    Prix de la liberté intérieure 2019.
    Prix de littérature religieuse 2017 pour Veilleur, où en est la nuit ?

  • Une Bible, des hommes Nouv.

    Après l'intérêt suscité par Une bible des femmes, on nous a demandé une suite d'échos masculins. Avec B majuscule cette fois-ci  ? Oui, car la bible des hommes est déjà écrite  : c'est la Bible  ! Tous les rédacteurs bibliques (jusqu'à nouvelle preuve) furent des hommes. Faut-il encore leur donner la parole alors qu'ils l'ont tant monopolisée  ? Oui, car les hommes aussi ont besoin de se découvrir pluriels et faillibles, libérés du rôle de «  l'homme  » figé pour l'éternité. Pour développer le dialogue contemporain au sujet des textes bibliques, c'est en tandem -  un homme et une femme, de traditions catholique et protestantes  - que les auteurs ont exploré les diversités des masculinités dans la Bible, débordant bien des stéréotypes du genre masculin. Ces dialogues en duo (et un trio) lèvent le voile sur les fragilités des douze apôtres pourtant modèles de l'Église chrétienne, l'apôtre Paul mère des croyants, Job pourtant père, mari et croyant idéal détruit, Samson perdu par sa virilité, David plus hésitant que royal, bien des paternités délicates, des maris chargés non de dominer mais d'aimer, des dirigeants dont la bonne moralité ne suffit pas... Le regard de ces spécialistes en sciences bibliques et en théologie, sur ce que les textes disent vraiment, montre que le masculin fut une quête délicate, et qu'il ne peut être un bastion à défendre.

  • « Un ange passe... » On utilise couramment cette expression quand un silence soudain se fait au milieu d'une conversation. Or ils ne font pas que passer ! Discrets mais fidèles, invisibles mais bien présents, les anges nous sont donnés comme des conseillers, des compagnons, des protecteurs, à nos côtés jour et nuit pour veiller sur nous et nous guider.Nous pouvons écouter ce dont témoignent la Bible, les saints, la liturgie et même d'humbles croyants. Dans cet ouvrage, nous trouverons aussi comment ils peuvent intervenir dans notre vie et nous accompagner sur notre route terrestre.Ouvrons les yeux de notre coeur à la présence consolante de ces amis invisibles, et nous ne serons plus seuls.
    Mère de cinq enfants, Odile Haumonté travaille dans l'édition catholique ; elle est également rédactrice en chef du magazine Patapon, pour grandir en famille avec Jésus. Elle est l'auteur d'une cinquantaine de livres, biographies et romans.

  • Le pape François partage son expérience de la prière par de précieux conseils et une sélection de plus de cent prières

    Les anciens disaient que la prière est une respiration, qu'une âme privée de toute prière dépérit. Dans ce livre spirituellement inspiré, le pape François revient sur son expérience personnelle de cet acte de foi et d'amour qu'est la prière, et nous invite à entrer en familiarité avec Dieu, à déposer en lui nos angoisses et nos problèmes.

    Dans une première partie, le pape François fait entrer le lecteur dans le mystère de la prière. Il souligne la force qu'il trouve dans cette pratique du recueillement, le sens qu'il lui accorde. Il distille aussi de précieux conseils et réflexions sur les raisons qui amènent à la prière, pour qui prier, pour quoi prier, quels mots choisir et comment s'y prendre, qu'y trouve-ton. Dans une deuxième partie, il partage ses prières préférées, qui sauront parler à tout le monde, à chaque moment de la vie : le pardon, l'espoir, la justice, la sagesse, la conversion, la guérison, le soutien, la tentation, le deuil, la famille, les enfants.

  • Quand l'auteur de Chiens perdus sans collier, aux 4 000 000 d'exemplaires vendus, prend le chemin de Lourdes, il se veut un pèlerin comme un autre. Enfin, presque. Bernadette réveille en lui l'écrivain et lui inspire une célébration fulgurante des humbles. Cet album accompagné de photos des années 1970 ressuscite un certain parfum vintage de la France.
    " Là-bas, j'ai découvert cette alliance unique de douleur, de courage, de foi et d'espérance : on vient reprendre des forces et non pas guérir. J'ai vu, j'ai entendu des malades désirer que ce soit tel autre qui guérisse, et non pas eux-mêmes, parce que l'autre était plus malade. "
    G. C.

  • On connaît la parabole du fils prodigue. Pour la première fois, Jacqueline Kelen prolonge le récit et donne la parole à tous ses acteurs. Une fable sur la générosité, le don et le pardon.
    Et si la parabole du fils prodigue n'était pas qu'un message biblique mais une leçon universelle ? Et si en plus d'être l'histoire d'un fils ingrat et pécheur, elle constituait une injonction à la liberté qui nous concerne tous ? Et si elle n'était pas seulement une leçon pour les fils mais aussi pour les pères ?
    Dans cette variation littéraire et philosophique, Jacqueline Kelen file le mythe et ajoute des personnages qui, tour à tour, prennent la parole. Il y a le père, pieux et bon, la mère, inquiète et tendre, le frère aîné, sérieux et travailleur, un vieux serviteur compatissant, et bien sûr le fils prodigue, rebelle et rêveur, qui part pour explorer le monde et éprouver sa liberté avec ce que cela implique de joies et de risques.
    Un conte d'aujourd'hui sur l'amour humain et divin, l'absence et l'attente, les épreuves et la grâce, la justice et la réconciliation.

  • La spirituelle française la plus étonnante d'aujourd'hui commente la plus éternelle des prières, accompagnée des peintures d'un moine bénédictin. Un livre de bord pour traverser le carême. Une main tendue pour réapprendre à rendre grâces.
    " Comment prier ?
    À celui qui demande, Jésus a donné des mots.
    Chacun de nous peut mettre sa voix dans les mots du Notre Père. Nous pouvons nous y abriter comme en une maison sûre. Cette prière est pour tous, tissée de mots simples pour parler à Dieu. "

  • Un livre fort sur l'utilité et la joie d'être grands-parents aujourd'hui

    " Grands-parents, vous pétez la forme ! Aujourd'hui, on est jeune à soixante ans. Pas un avion ou un train que je prends sans tomber sur un groupe d'ancêtres jacassants, rigolards, paillards parfois... Mettez toute cette énergie au service de vos enfants et petits-enfants, vous êtes pour les familles un trésor inestimable !

    Les grands-parents n'ont plus à se lever à six heures du matin pour aller au boulot, ils ont du temps, ils peuvent choyer, cajoler. Ils peuvent raconter aussi : ils sont l'histoire vivante des familles, des villages. Actuellement, il leur faut surtout utiliser leurs quatre oreilles ; par exemple quand les gamins viennent leur confier leur mal-être. Grands-parents, vous êtes des atouts précieux. Si un couple est désuni, ne divisez pas, ne prenez pas parti. Ne condamnez jamais, mais discutez. Vous avez le pouvoir magnifique de réunir. N'oubliez pas que, dans ces occasions, vous enfantez une nouvelle fois. Moi aussi, je suis une sorte de grand-père lorsque j'accueille les jeunes à la ferme, lorsque je les aide à retrouver confiance en eux-mêmes, en la vie.

    Les enfants sont des magnétophones : ils enregistrent tout. Ils aiment bien mettre en doute ce qu'affirment leurs parents, mais pas ce que leur disent leurs grands-parents. Vivez avec vos petits-enfants l'heure de la tendresse. Vous êtes irremplaçables. Ce n'est pas tant vos paroles que vos petits-enfants retiendront, c'est ce que vous serez. Si vous êtes des veilleurs de joie et d'amour, ils le seront à leur tour. "

    Guy Gilbert

  • Pourquoi tant de bâillements, à l'église, parmi les adulescents, patents ou éternels ? Parce qu'à la différence des jeux-vidéos qu'ils affectionnent, il leur manque le mode d'emploi. Une initiation complète, sous la forme d'un guide facile, à la partie qui se joue durant la messe. Pratique et ludique !
    Il y a trois types de chrétiens : ceux qui se sont tellement ennuyés à la messe qu'ils n'y vont plus. Ceux qui s'y ennuient encore et y vont de temps en temps. Et puis ceux qui ne s'y ennuient pas et sont tout heureux d'y venir. Mais quel est donc leur secret ?
    Peut-être ont-ils fait la même expérience que les deux disciples sur la route d'Emmaüs : une rencontre du Christ qui a changé leur vie. Un retournement complet. La preuve de ce que Dieu peut accomplir quand nous prenons le temps de marcher avec lui.
    Depuis 2 000 ans, le déroulé de la messe suit le parcours de ces deux disciples. Que nous soyons dix ou deux millions, avec le pape ou notre vieux curé, dans Saint-Pierre de Rome ou dans une chapelle de campagne, la messe célèbre toujours le même mystère raconté par saint Luc dans son évangile.
    Voici un guide pratique et ludique pour ne plus s'ennuyer le dimanche matin.
    Un concentré de spiritualité pour tous les dissipés de 7 à 99 ans.

  • Antoine de Padoue, né à Lisbonne à la fin du XIIe siècle, formé chez les chanoines réguliers de Coïmbra, est entré dans l'ordre franciscain en 1220.Missionnaire au Maroc, prédicateur et fondateur d'écoles de théologie en Italie et en France, il meurt à Padoue le 13 juin 1231, à l'âge de trente-six ans.Un culte populaire qui le considère comme un puissant intercesseur, thaumaturge et ami des pauvres, dans les joies et les adversités de la vie quotidienne, a souvent occulté son histoire, sa figure intellectuelle et sa spiritualité.Franciscain conventuel, Valentin Strappazzon nous restitue l'image attachante de ce saint si apprécié de tous.
    Valentin Strappazzon a publié, aux Éditions du Cerf, la version intégrale des Sermons des dimanches et des fêtes de saint Antoine de Padoue ainsi qu'une biographie de ce grand saint.

  • Un livre qui permet de redécouvrir les vertus bienfaisantes de la joie

    " Notre monde n'est pas que souffrance et injustice, il peut être lumineux aussi. Il suffit de regarder attentivement autour de soi, et de nombreux motifs de réjouissances se dévoileront. Apprenons l'art de cultiver la joie.

    La première recette de la joie est de puiser dans les choses simples et naturelles de l'existence. Et puis de mitonner à feu doux. Vivre dans le présent, surtout. Développer une relation positive avec soi-même est important. Il faut connaître ses besoins, trouver les endroits où l'on se sent bien, se donner les moyens. Aimons l'être que nous sommes.

    Chaque joie demande un certain type de cheminement. Les gens heureux se caractérisent par leur estime d'eux-mêmes, le contrôle sur leur vie, leur optimisme, leur foi et leur engagement. La vraie joie n'est jamais possessive. Elle donne davantage qu'elle ne prend. Elle consiste à demeurer dans la vérité, la bonté et la beauté. Nous devons distinguer la joie du plaisir. Le plaisir est bruyant, un peu brouillon, il s'agite comme des vaguelettes sur la mer... La joie est claire et forte, stable comme une plante d'eau sur un étang. Le plaisir est passager. La joie authentique m'est donnée, elle est une bénédiction. À propos de la joie, Descartes écrivait qu'elle était une "bienfaisante émotion de l'âme'.

    J'ai écrit ce livre pour que nous allions tous à la rencontre de la vraie joie, celle qui transforme nos vies. "

    Guy Gilbert

  • Un ouvrage à la fois personnel et très documenté sur l'Esprit-Saint, grand inconnu de la Trinité chrétienne

    " Je suis né un jour de Pentecôte, cela me prédestinait à avoir un attachement particulier à l'Esprit-Saint.

    En quittant ce monde, Jésus a dit : "Je vous laisse mon Esprit', et non "l'Esprit'. C'est là un aspect incroyable de la foi : Dieu nous est accessible en trois personnes, Père, Fils, Esprit. Je demande tous les jours à l'Esprit de veiller, d'aider, d'être présent dans mes paroles, dans mes décisions. Je crois en lui de tout mon cœur, car Jésus nous a dit qu'il serait la force agissante dans notre monde, qu'il serait là avec nous jusqu'à la fin des temps.

    L'Esprit-Saint est un modèle exemplaire de générosité, de beauté, de bonté, d'amour total. Je lui demande toujours de l'aide, il ne m'a jamais laissé tomber.

    Dans ce livre je raconte le lien particulier qui m'unit à lui, par exemple mes sessions de prières au Renouveau charismatique, qui m'ont littéralement sauvé la vie lorsque j'avais quarante ans et que j'étais au fond du gouffre. Je reproduis aussi les grands textes consacrés à l'Esprit-Saint : les évangiles, les lettres de saint Paul, les écrits de saint Augustin, de sainte Thérèse, de maître Eckhart, mais aussi les paroles de saint Séraphim de Sarov, du curé d'Ars et de nombreux grands croyants. Les écrivains aussi sont présents, comme Bossuet, Fénelon, Paul Claudel ou encore Simone Weil...

    Les liens avec l'Esprit sont très simples, il ne faut pas s'imaginer de grandes envolées impressionnantes. C'est très confidentiel, très intérieur et très secret. Laissons-le agir, il est efficace. Offrons-lui toute notre confiance. "

    M. L.

  • Pascal Ide nous offre de précieux conseils pour expérimenter la puissance de la gratitude, jusque dans ses effets sur notre corps et notre psychisme

  • Mémoires d'un rouge

    Fast A/Chaix E

    • Agone
    • 21 Juin 2018



    « Je ne pourrais en aucun cas raconter la curieuse existence qu'il m'a été donné de vivre sans aborder cette longue période pendant laquelle j'ai été ce que cette vieille brute de sénateur McCarthy se délectait à appeler "un porteur de la carte du Parti communiste". Lors de mon unique confrontation avec lui, je tentai vainement de lui enseigner quelques-unes des vérités les plus évidentes de l'histoire américaine. Il se mit dans une colère noire et rugit que je n'avais qu'à en faire un livre. »
    Né dans une famille pauvre d'origine ukrainienne, Howard Fast (1914-2003) devient écrivain à l'âge de dix-huit ans. Il adhère au parti communiste à la fin de la Seconde Guerre mondiale - et le quitte en 1956, après la dénonciation des crimes de Staline, sans renier aucune de ses convictions. En 1950, alors qu'il compte parmi les auteurs américains les plus estimés, il est victime du maccarthysme et interdit de publication. Il dit à ce sujet : « Je suppose que c'est en soi une sorte de distinction. » Il passe trois mois en prison, où il commence l'écriture de Spartacus, son oeuvre la plus célèbre. Mémoires d'un rouge est le récit intime d'une période tourmentée de l'histoire américaine et de la trajectoire d'un écrivain prolifique, toujours soucieux de raconter le destin des humbles et des opprimés.

  • 40 personnages en quête de sens vont devoir se perdre pour trouver Dieu. Ils sont, comme nous, ordinaires. Aspirant à servir, ils ne savent que se servir. Il leur faudra apprendre la gratuité pour atteindre la délivrance. Un poignant et parlant récit initiatique par le plus outsider des spirituels.
    Tandis que le poète exulte de bonheur devant un plat de raviolis, Elzbieta la dévote s'ennuie dans sa vie trop calculée, Tobias le végane coupe tous les ponts avec sa famille dans une quête éperdue de liberté, Amgad l'étudiant égyptien tombe sous le charme du beau Christophe, et l'infortunée Nathalie pleure d'avoir refusé à son mari une ultime caresse sur son lit d'agonie... Tels sont quelques-uns des quarante personnages en quête de sens dont Jean Druel enchaîne les destinées pour les désenchaîner de leur fatalité. Tous sont ordinaires. Tous, aspirant à aimer, ne savent que s'aimer d'un amour égoïste. Ils vont devoir se croiser, se lier, se perdre pour se trouver, et se déposséder d'eux-mêmes pour rencontrer l'Autre.
    Ils sont comme chacune et chacun d'entre nous. À l'image des petits du pélican qui se nourrissent en dévorant son coeur ensanglanté, ils croient que vivre signifie vampiriser. Il leur faudra apprendre la gratuité pour atteindre la liberté, et devenir des pélicans, qui donnent leur vie sans névrose ni sacrifice, mais joyeusement et comme si de rien n'était.
    Entre attirances, folies, dénis, fous rires et larmes inextinguibles, jouissances de la séduction, de la table ou du lit, voici le plus formidable des récits initiatiques par le plus outsider des grands spirituels d'aujourd'hui.

empty