Institutions / Economie de la médecine

  • Pour un patient au coeur du soin ; les méthodes complémentaires à l'hôpital Nouv.

    Infirmière passionnée et sensible à la déshumanisation du soin, Isabelle El Khiari s'est heurtée à l'impuissance de sa profession et aux limites de la médecine conventionnelle.
    Elle aurait pu baisser les bras, mais elle a préféré redoubler d'activité et de curiosité. Elle a suivi de multiples formations pour inspirer les organisations hospitalières et faire bouger les lignes ; jusqu'à obtenir le premier poste en France d'infirmière clinicienne consultante, spécialisée dans les approches complémentaires. Qualifiée de « solaire » par les médecins, elle apporte aux patients une aide inattendue, réconfortante.
    À 51 ans, Isabelle El Khiari partage ici son parcours. Elle raconte des situations cliniques qui l'ont amenée à développer des techniques originales : élixirs floraux pour gérer les émotions, huiles essentielles pour améliorer le confort ostéo-articulaire, sophrologie contre le stress... autant d'expériences riches d'enseignements et aussi d'émotions.
    Ce témoignage enthousiaste offre un regard inédit sur la façon dont l'hôpital peut être organisé. Un ouvrage qui fait l'éloge de l'ouverture de la médecine aux méthodes complémentaires, pour offrir aux femmes et aux hommes qui en ont besoin un soin holistique efficace et surtout humain.
    Préface de Rosette Poletti
    Isabelle El Khiari est infirmière clinicienne certifiée, formatrice, consultante spécialisée dans les approches complémentaires en soins au sein des hôpitaux Dupuytren et Georges-Clemenceau, DMU Gériatrique, HUHM, AP-HP. Elle met en place dans ce grand groupement hospitalier des méthodes de soin non médicamenteuses, pour des patients se trouvant dans des impasses thérapeutiques.

  • Crise des Urgences, crise de la psychiatrie, crise de l'hôpital public, manque de médecins traitants... Notre santé va mal. Pourrons-nous tous être soignés demain ? Avec quelle qualité de soins ? Et à quel prix ? Pouvons-nous encore sauver notre système de santé ? Vingt-huit experts et professionnels de la santé, médecins, infirmiers, patients, sociologues, politistes, économistes, géographes posent un diagnostic global et demandent une révolution en profondeur de notre système : partager autrement le travail entre l'hôpital et la médecine de ville, et en finir avec l'hôpital-entreprise. Construire des communautés de soignants - médecins, infirmiers, paramédicaux -, faire des patients de véritables partenaires, remettre la prévention au centre, répartir les moyens sur l'ensemble du territoire... Il est temps de sauver notre santé. Une vision adaptée aux défis du XXIe siècle. Un projet concret pour refonder l'hôpital, les Urgences, la médecine de ville et la recherche. André Grimaldi est professeur émérite de diabétologie, CHU Pitié-Salpêtrière, Sorbonne Université. Il est coauteur de La Vérité sur vos médicaments, des Maladies chroniques. Vers la troisième médecine et du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire. Frédéric Pierru est sociologue, politiste, chercheur au CNRS-Ceraps-Lille-II. Il est coauteur des Maladies chroniques. Vers la troisième médecine et du Manifeste pour une santé égalitaire et solidaire. Avec Nacéra Benchérif, François Buton, Valérie Chigot, Claire Delage, Pierre Delion, Mady Denantes, Brigitte Dormont, Hector Falcoff, Éric Favereau, Alain Fischer, Anne Gervais, Nathalie Godard, Richard Lopez, Nicolas Martin, Didier Ménard, Arnold Munnich, Israël Nisand, Thomas Papo, Ariane Pommery, Marion Quach-Hong, Gérard Raymond, Michel Rosenblatt, Alfred Spira, Didier Tabuteau, Jean-Paul Vernant, Emmanuel Vigneron. 

  • Et si ça venait des ondes ? les incidences de la 5G et autres perturbateurs électromagnétiques Nouv.

    Fatigue chronique, maux de tête, cervicalgie, douleurs multiples, problèmes de concentration, vertiges, troubles du sommeil, sensation d'oppression, troubles du rythme cardiaque, troubles neurodégénératifs, burn-out, dépression... Tous ces symptômes qui concernent des millions de personnes peuvent être le signe d'une électrohypersensibilité, d'une chimicosensibilité ou encore d'une fibromyalgie. Un certain obscurantisme médical consiste à accuser le psychisme, les émotions ou le stress d'en être responsables. Cependant, cette idée sur l'origine psychosomatique de ces problèmes de santé n'est en réalité qu'un aveu d'ignorance... Il est urgent de rassembler nos connaissances pour proposer de vraies solutions à ces pathologies mal étiquetées par la médecine officielle ! La science n'étant rien sans l'expérience, le docteur Gérard Dieuzaide vous propose de découvrir dans cet ouvrage la synthèse de ses recherches sur ces maladies, leurs similitudes et différences, et les solutions qui fonctionnent sur ses patients, sans passer par la chimie médicamenteuse. Le vrai progrès ne serait-il pas que le médecin soit en mesure de mieux poser le problème, d'en comprendre l'origine, pour être ainsi capable d'agir efficacement, en traitant les causes et non les conséquences ?

  • Introduction à l'économie politique de la santé Nouv.

    Cet ouvrage ambitionne d’expliquer comment interagissent les valeurs sociales, les théories économiques et les choix politiques qui structurent les systèmes de santé et déterminent les outils employés pour leur régulation. À partir d’une triple perspective : théorique, historique et critique, il dresse un panorama inédit appuyé sur des exemples concrets tirés des systèmes étrangers. Le système français est analysé au fil du texte et en annexe à la lumière des concepts évoqués.Il sera utile aux étudiants dont le cursus comporte une dimension santé ou qui préparent les concours administratifs, et à toute personne qui s’intéresse à ces sujets, omniprésents dans le débat public.

  • Gérald Kierzek, médecin urgentiste, rassemble dans cet ouvrage sous forme de questions-réponses, toutes les interrogations des Français sur le coronavirus.
    Face à la pandémie de COVID-19 et aux inquiétudes qu'elle suscite, le Dr Gérald Kierzek rassemble dans cet ouvrage les interrogations des lecteurs et fournit des réponses précises, documentées et pragmatiques. Les 50 questions-réponses battent en brêche les fake news et informent sans affoler. Un livre d'utilité publique à lire d'urgence.
    o Quels sont les symptômes d'une infection à COVID-19 ? Quel est le mode de transmission ? Quel est le délai d'incubation du coronavirus ?
    o Quels sont les moyens simples pour se protéger et protéger les autres ?
    o Quelles précautions prendre dans les transports en commun et dans la rue ?
    o Quel type de masque fonctionne et comment s'en procurer ?
    o Quel test existe pour savoir si l'on est malade ? Où peut-on le réaliser et quel est le délai pour établir un diagnostic ?
    o Que faire et qui contacter en cas de fièvre ? Doit-on aller aux urgences ? Quels traitements existent ?
    Le lecteur trouvera aussi les adresses des sites gouvernementaux et les numéros verts pour rester informé.
    L'intégralité des droits d'auteurs de ce livre sera reversée à l'Institut Pasteur.

  • Dans les pays du Sud, la santé est devenue un mode de "redistribution des richesses", un cadre pour drainer des financements extérieurs. Cependant, on note un décalage entre problématique de santé et solutions apportées. Avec une dizaine d'années d'expérience de consultation au Mali et à l'international, l'auteur explique comment la santé des femmes et des enfants reste un enjeu majeur dans les pays en développement.

  • Il est aujourd'hui des pratiques qu'il devient difficile d'ignorer : l'industrie pharmaceutique (la plus rentable du monde) n'a aucune limite, ses intérêts passent bien avant notre santé. D'un côté on nous culpabilise de trop dépenser en soins, de l'autre on assiste à une véritable surmédicalisation de la société. Parce qu'il devient difficile de savoir à qui se fier, l'auteur, consultante en communication médicale et journaliste propose avec cet ouvrage de nous aider à y voir plus clair.

  • Extrait
    Le 21 juin 2000 fut le premier jour du premier printemps du troisième millénaire. Mais c’est aussi la date que choisit le Dr Gro Harlem Brundtland1 pour publier le rapport annuel sur la santé dans le monde, intitulé cette année-là : Pour un système plus performant.
    Pour la première (et dernière !) fois, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se frottait au délicat exercice de comparaison et de classement des systèmes de santé. Elle avait procédé à partir de cinq grands indicateurs :
    – le niveau de santé général ;
    – la distribution de la santé dans la population (ou, plus simplement, la mesure des inégalités de santé) ;
    – le niveau général de fonctionnement du système ;
    la satisfaction de toutes les couches de la population envers les services fournis ;
    – la répartition de la charge du financement, autrement dit qui assume les coûts.
    Et, surprise, le pays qui fut classé premier parmi 191 États fut… la France !
    Cocorico ? Cela change effectivement du french bashing que l’on entend régulièrement ces temps-ci. Mais peut-on se fier à un tel classement ? Les experts de l’OMS ont, depuis, probablement décidé que non, puisqu’ils n’ont jamais renouvelé l’expérience ! Pourtant, depuis cette tentative osée, bien des organismes publics ou privés ont tenté et tentent encore d’élaborer des hit-parades de la santé, et à des niveaux bien différents.
    Il faut tout d’abord s’accorder sur ce que l’on veut analyser ou comparer : système de santé ou système de soins ? La question est importante car, le plus souvent, « on » (nos dirigeants et nos élus, les médias, le personnel soignant, mais aussi les simples citoyens que nous sommes) assimile les deux. Or, le système de santé est beaucoup plus large que le système de soins.
    Pour promouvoir et améliorer la santé d’une population, il faut tenter de comprendre comment une société organise tous ses efforts, ses ressources, ses moyens pour arriver à un tel objectif. Et il est indéniable que ce que nous appelons « notre système de santé » est d’une part difficile à délimiter et, d’autre part, devient de plus en plus complexe.



  • Pour la première fois, un médecin anesthésiste, chef de blocs opératoires et un consultant, spécialiste en management hospitalier, unissent leurs compétences pour rassembler dans un seul et même ouvrage les éléments essentiels pour aider les médecins à acquérir les qualifications nécessaires pour devenir de vrais managers et de grands leaders.
    A travers une dizaine de chapitres, le lecteur découvrira comment :
    ? mener des projets
    ? induire le changement
    ? résoudre les conflits
    ? transmettre l'information
    ? fixer des objectifs
    ? appréhender les différentes personnalités
    ? gérer les collaborateurs difficiles
    ? ...
    Basé sur les références et les études les plus récentes, cet ouvrage se veut néanmoins avant tout pragmatique afin d'apporter des réponses concrètes aux questions que se posent les médecins confrontés aux enjeux du management et de la gestion d'équipes. Des directeurs de grands centres hospitaliers ainsi que des médecins, chefs de départements et d'unités, français, belges, suisses, et canadiens ont accepté d'apporter leurs témoignages dans cet ouvrage de référence.
    « Dans ce monde en mutation, il n'existait jusqu'ici aucun ouvrage de base en langue française, qui soit centré sur l'évolution qui attend les médecins. (...) Cet ouvrage comble une lacune importante et saura sans peine trouver sa place dans les différentes formations existantes dans le domaine de la gestion du système de santé, et des médecins en particulier.
    Il permettra également aux acteurs non-médecins du système de santé de comprendre les enjeux et donc l'attitude du monde médical dans ce nouveau paradigme du système de soins. Il ne peut donc qu'être recommandé de le mettre entre toutes les mains. »
    Professeur Jean-Blaise Wasserfallen
    Directeur Médical de l'Hôpital Universitaire de Lausanne (CHUV)
    Professeur à la Faculté des Hautes Etudes Commerciales (HEC) à l'Université de Lausanne

  • Angèle Mendy nous offre une série d'analyses sur cette migration spécifique que sont ces docteurs du continent africain sont venus faire carrière dans les pays du Nord, principalement à l'appel de services hospitaliers ou d'agences de recrutement internationales, mais aussi comme praticiens libéraux.

  • La communication en santé publique influe sur les comportements et les croyances de la population générale et de l'individu. Chacun est invité, encouragé, voire contraint d'adopter des nouveaux modes de comportement. Par ailleurs, la communication endosse un rôle important dans la gestion de crises sanitaires, comme les campagnes contre le H1N1, ou les scandales sanitaires comme celui du Médiator ou du Lévothyrox.Ce numéro bilingue de la revue MEI cherche à savoir comment l'interaction entre communication et santé publique institue un dispositif de propagande d'une nouvelle idéologie hygiéniste du souci de soi et du gouvernement social dans l'intérêt de tous.

  • L'hôpital public français connait des bouleversements dont les tenants et les aboutissants font davantage l'objet de controverses que d'analyses. C'est que la régulation actuelle prend les allures d'une rationalisation sans fin. Dès lors, les moyens de cette rationalisation sont souvent perçus comme des carcans ou, pire, comme des gadgets importés du monde marchand. Pourtant, l'ouvrage montre que, sous certaines conditions, des marges de manoeuvre existent qui éloigneraient le mirage de l'hôpital-entreprise tout en évitant les affres de la bureaucratie. Il en est ainsi de la contractualisation, de l'expérimentation ou de l'évaluation. De leur appropriation et de leur adaptation par l'ensemble des acteurs du système de santé dépend l'avenir de l'hôpital.

  • Le vivre ensemble avec les autres se construit à partir du vivre ensemble avec soi-même. Face aux mutations identitaires dans un monde globalisé qui traverse les postures citoyennes et professionnelles, un changement d'échelle d'observation, d'analyse et d'intervention est proposé à partir d'une clinique de la mondialité. La clinique de la mondialité est une posture dynamique transdisciplinaire dans laquelle le clinicien - ou n'importe quel professionnel de la relation humaine - se préoccupe de penser le sujet singulier dans le monde et en même temps de repérer et de prendre en compte ce qui relève du mondial dans les moindres expressions (comportement, geste, parole, symptôme, etc.) de ce sujet singulier. Elle vise principalement à amener le « sujet », le « patient », le « citoyen » à se penser dans le monde en même temps qu'il se pense dans le pays où il vit, dans ses groupes d'appartenance (familles, institutions, etc.), dans la relation interpersonnelle et dans son intimité psychique propre. Car le lit de la clinique a changé. Désormais, c'est au pied du monde voire au bord d'un monde qui s'effondre, un monde qui espère et se réorganise aussi, que le patient attend le clinicien. Être clinicien dans un monde globalisé représente alors un défi épistémologique, géopolitique et éthique. Il convient de penser la place de l'individu singulier dans l'environnement-monde et l'inscription du mondial/global au sein de cet individu, notamment en interrogeant l'influence du monde sur notre psyché individuelle, l'héritage de nos histoires collectives et personnelles ainsi que de nos outils de pensée. Ce livre s'adresse aux cliniciens et aux politiques, aux patients et aux citoyens du monde, ainsi qu'aux étudiants, universitaires et professionnels des milieux socio-judiciaires, éducatifs et sanitaires impliqués dans le travail du vivre ensemble dans nos sociétés plurielles.

  • Présente un état des connaissances scientifiques disponibles sur la santé des personnels hospitaliers en distinguant six groupes de pathologies : les problèmes de la reproduction et de la grossesse, les pathologies infectieuses, les maux de dos, l'obésité, les problèmes circulatoires, la santé mentale et le stress.

  • Ces contributions rassemblent des professionnels et des chercheurs du secteur de la psychiatrie et de la santé mentale en Europe. Depuis les grandes réformes de la psychiatrie, de grands changements ont été opérés dans les pratiques professionnelles. Le tutorat (Programme TuTo), par exemple, se révèle être une réponse pertinente. La pluridisciplinarité des approches illustre les enjeux actuels de la formation continue des jeunes professionnels dans un contexte international.

  • Les mutuelles, ça trompe énormément !

    Elles sont devenues des assurances comme les autres en maintenant l'illusion des valeurs mutualistes avec l'aval de l'État et des syndicats.
    Elles augmentent leurs cotisations deux fois plus vite que l'inflation et favorisent ainsi un accès aux soins à deux vitesses au détriment des plus démunis.
    L'auteur, Guy Dovert est à l'origine de l'affaire de la Mnef qui a défrayé la chronique entre 1997 et 1999. Son action a eu, pour principales conséquences, la fin programmée des mutuelles étudiantes et la mission confiée à Michel Rocard par Lionel Jospin de réformer le code de la mutualité.


    Autodidacte, né en 1941, Guy Dovert a fondé et dirigé à partir de 1959 plusieurs entreprises en France, au Pakistan et en Pologne. Co-fondateur de Neuilly-Puteaux-écologie, il a pris sa retraite en 2007 au Monténégro où il a créé, avec sa famille, une résidence de vacances dédiée aux personnes en situation de handicap.


    Publiés chez AKR :
    *Scandales à la Mnef, livre dans lequel il relate sa découverte des détournements au sein de la mutuelle étudiante ;
    *Candide au pays des médias, livre dans lequel il décrit sa perception du comportement des médias dans cette affaire ;
    *Les Gaspillages de la Sécu, ou comment 15 milliards disparaissent chaque année, malheureusement encore d'actualité.

  • Beaucoup aimeraient assigner à la religion un espace soigneusement délimité, de préférence celui du privé, voire de la vie domestique. Mais l'homme est un être social et le fait de croire ou de ne pas croire ne peut être isolé de la vie sociale. De cette vérité première, l'hôpital dont il est question dans le dossier est une remarquable illustration. Lieu de soins, il est aussi lieu de vie sociale. La neutralité commandée par la laïcité s'impose dans l'hôpital à ceux qui soignent dès lors qu'il s'agit d'un établissement public. Les personnels sont alors tenus de respecter l'obligation de neutralité liée à leur statut et rappelée à plusieurs reprises ces dernières années. Mais les patients qui viennent se faire soigner arrivent avec leurs croyances et ne peuvent être restreints dans leur liberté en matière religieuse dès lors qu'elle n'entrave pas la bonne marche des services et la qualité des soins.
    Le dossier propose d'appréhender à travers la pratique des professionnels de la santé et l'observation des patients les situations qui naissent de ce vivre ensemble imposé et consenti, en matière de laïcité et de croyances religieuses. Il montre comment, en France comme au Québec, l'attention aux réalités, sans préjugés, permet de prendre en compte les aspirations des soignés et les exigences du soignant, à décrypter les demandes religieuses et à proposer des réponses ouvertes.
    Varia
    La Guyane vue par les jésuites (Cédric Andriot)
    Chroniques
    Crise en Guyane et questions religieuses (Cédric Andriot)
    La sainte, son image et le marteau. Petite chronique sur l'intolérance religieuse au Brésil (Marina Rougeon)
    Table des matières

  • Cet ouvrage fait le lien entre l'analyse des politiques publiques et les questionnements sur les problématiques de santé publique, intégrant notamment les enjeux de santé publique vétérinaire et agronomique. Les cas présentés concernent des problématiques historiques (crises sanitaires, maillage territorial de la gestion du sanitaire, profession vétérinaire, protection animale) et des questions auxquelles sont confrontées les services (la nouvelle gestion publique, les relations hommes-animaux, les défis environnementaux).

  • Une présentation des établissements publics et privés de soins médicaux, pour Paris et sa banlieue. Avec une appréciation qualitative sur l'accueil, la restauration, le personnel, les chambres.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Regroupe les différentes données indispensables à la pratique quotidienne de ces métiers.

  • Chef de clinique assistant, neuro-psychiatre et psychanalyste, l'auteur dénonce l'univers de l'hôpital où l'on soigne les corps sans s'occuper du bien-être, de l'inquiétude du malade.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les démocraties occidentales vont-elles pouvoir continuer à offrir à tous leurs habitants des soins médicaux le plus souvent gratuits et en quantité illimitée ? Va-t-on encore prétendre que la santé n'a pas de prix alors qu'elle coûte de plus en plus cher et que la sécurité sociale a été et, si rien ne change, sera en déficit en dépit de la croissance continue des ressources qui lui sont affectées ? Comment sommes-nous arrivés à cette inflation médicale ? Que peut-on attendre des découvertes scientifiques ? Une prévention efficace limitera-t-elle significativement les dépenses de santé ? Quel remède proposent les différentes théories de l'état du marxisme au libéralisme ? Ces questions seront successivement examinées pour aboutir à la conclusion qu'aucune d'entre elles n'apporte de réponse à la mesure du problème posé. La seule méthode qui reste est simple, c'est la définition a priori d'une barrière, d'une limite, d'un plafond. C'est le rationnement. Ce mot choquant, surtout quand on parle d'avenir, ne conduit pas nécessairement à des systèmes de santé injustes ou inefficaces et rend toutefois inéluctable un débat politique et éthique sur la place et le financement des systèmes de santé dans les sociétés occidentales. Comment la France, la Grande Bretagne, le Québec et les États-Unis l'aborderont-ils dans les années qui viennent ? C'est ce qui est étudié dans la première partie de cet ouvrage.

empty