Athena Editions

  • L'expédition en Orient menée par Antoine s'avère un terrible échec,
    mais lors de la mémorable retraite qui s'ensuit, Antoine démontre des
    qualités humaines dignes d'un véritable chef. Le triumvir fait preuve
    de bravoure à maintes reprises et c'est un général toujours respecté
    par ses hommes. Après 27 jours terribles, au cours desquels les
    Romains devront se dégager à dix-huit reprises de l'étreinte des
    Parthes, ce qui reste de l'armée romaine arrive enfin au bord de
    l'Araxe, qu'elle traverse sous une tempête de neige ! Lorsqu'ils vont
    enfin revoir le bleu de la Méditerranée et comprendre qu'ils sont
    sauvés, Antoine a tout perdu : son prestige, ses espoirs, jusqu'à sa
    cuirasse ! C'est là qu'il craque. Tout homme, même le plus fort, a
    ses limites. Antoine ne veut plus penser à rien... Cléopâtre retrouve
    Antoine gisant sur la plage près de Sidon et le réconforte avec
    amour. Faire face à l'adversité, car c'est face à l'adversité que se
    reconnaissent les grandes âmes, tel est le message de la reine
    d'Egypte, une reine éperdument amoureuse. Antoine va passer le reste
    de l'hiver auprès de Cléopâtre à Alexandrie. Il s'agit de se refaire
    un moral et de préparer une nouvelle expédition contre les Parthes !
    Cependant, les succès d'Octave en Italie lui parviennent les uns
    après les autres. Octave est admirablement secondé par le génie
    militaire d'Agrippa qui remporte pour lui victoire sur victoire.
    Octave a écarté Lépide du second triumvirat qu'il formait avec
    Antoine. Octave et Antoine vont bientôt se retrouver face à face.
    Rétabli, Antoine a mené avec succès une expédition éclair contre le
    roi d'Arménie qui l'avait précédemment trahi. Alcibiade Didascaux et
    Musculus assistent alors au « triomphe » d'Antoine à Alexandrie et à
    sa nouvelle réorganisation de l'Orient, où Césarion et les trois
    enfants qui sont nés de son union avec Cléopâtre occupent une place
    importante : deux actes décisifs qui vont entraîner la rupture totale
    entre Antoine et Octave. Nous voyons alors comment le « fils adoptif
    de César » devient « Octave le vengeur de la liberté » et comment se
    déroule une terrible guerre de propagande entre les deux hommes avec
    la polémique autour de Césarion, « le soi-disant fils de César » et «
    l'ensorceleuse Cléopâtre qui menace Rome ». Nous découvrons ensuite
    comment Antoine est déclaré par le Sénat ennemi de Rome et comment
    une guerre peut être juste, avant d'assister au choc final entre
    Antoine et Octave : 31 av. J.-C. Actium sera une bataille navale.
    Nous revivrons les tragiques évènements qui suivent la victoire
    d'Octave et la fuite d'Antoine et Cléopâtre. Puis ce sont les
    derniers combats à Alexandrie, les dernières tractations avec la
    séductrice Cléopâtre, avant qu'Antoine et Cléopâtre ne décident de
    quitter la vie. C'est la fin tragique de l'une des plus belles
    histoires d'amour et la mort mystérieuse de la femme la plus célèbre
    de l'Histoire ! L'assassinat de Césarion ne grandira pas Octave,
    mais, nous le verrons, c'est toujours le vainqueur qui écrit
    l'Histoire. La République romaine ne sera pas rétablie et Octave va
    imposer sa « royauté universelle sans le titre ». L'Egypte devient
    une province romaine et l'or de l'Egypte va permettre à Octave de
    laisser Rome de marbre comme il l'avait promis. Celui qui était né
    Caius Julius Octavius Thurinus, devenu Caius Julius Caesar Octavianus
    après son adoption par César, fonde l'Empire et devient IMPERATOR
    CAESAR DIVI FILIUS AUGUSTUS. Le premier des empe- reurs va connaître
    un très long règne et avec Auguste, la Pax Romana succède aux dix-
    huit années de guerre civile qui ont ensanglanté Rome après
    l'assassinat de Jules César. C'est une nouvelle histoire de Rome qui
    commence. César Auguste sera adulé à Rome et glorifié en Egypte, en
    Pharaon Horus Auguste.

  • Le fascinant périple dans le temps de notre sympathique héros se poursuit. Après avoir éprouvé les affres de la momification, Alcibiade Didascaux découvre la splendeur du monde des pharaons. Revivant l'histoire de l'Égypte, notre professeur de grec rencontre bientôt toutes sortes de figures mythiques qu'il va nous présenter pour notre plus grand plaisir : Hatcheppsout, la première femme pharaon, Akhenaton, le prince mystique et son épouse, la belle et
    légendaire Néfertiti, la grande dynastie des Ramsès, bâtisseurs et guerriers. Notre héros va aussi revivre pour nous les terribles invasions Perses et nous fera rêver avec les histoires fantastiques de son collègue et précurseur Hérodote. Il nous conduira ensuite jusqu'au règne de la reine Cléopâtre avec qui va s'éteindra le monde
    /> mystérieux des pharaons. Le plus fabuleux empire que l'Antiquité ait connu va disparaître et devenir une province romaine. Regagnant notre époque, Alcibiade Didascaux assiste à la découverte du tombeau de Toutankhamon, trésor archéologique exceptionnel, par lequel le monde magique de l'Égypte ancienne va resurgir et donner naissance à la
    légende de la malédiction des pharaons

  • Sur les traces de Champollion, Alcibiade Didascaux se rend en Egypte afin de retrouver les racines de notre civilisation. L'hellénisme qui nous a tant apporté doit en fait beaucoup à l'Egypte. Notre professeur de Lettres en est convaincu et il souhaite communiquer son savoir à ses élèves. Notre sympathique héros est cette fois-ci parvenu à échapper à l'inquiétante machine à remonter le temps de son collègue de Physique, Agénor. Mais voilà que dans le désert, Alcibiade rencontre un étrange égyptologue qui lui offre un fort curieux cigare. Notre héros se trouve alors mystérieusement projeté dans les méandres du temps et découvre avec nous le panthéon de la mythologie égyptienne. Il assiste émerveillé à la naissance du monde
    et revit l'histoire de Rê le dieu soleil, la légende d'Isis et Osiris, le combat éternel entre Horus, les forces de la lumière, contre Seth, les forces des ténèbres et du désordre cosmique. Parcourant peu après le monde fabuleux des pharaons, Alcibiade Didascaux découvre les bienfaits du Nil nourricier et nous explique pourquoi l'Egypte est un don du Nil. Il participe à la construction des pyramides, nous dévoile le sens de ces tombeaux et fait un voyage au pays des morts. Ce premier tome se termine avec l'étrange histoire du livre magique de Thot, que nul ne doit lire.

  • Marc Antoine, vainqueur de la bataille de Philippes, où il a définitivement vaincu les Républicains, en 42 av. J.-C. devient le
    nouveau maître de l'Orient. La nouvelle mission qu'il reçoit du Sénat consiste à réorganiser cet Orient Romain, où Antoine va se présenter en nouveau Dionysos. Alcibiade Didascaux et Musculus assistent alors à la célèbre rencontre de Tarse entre Cléopâtre, la toute-puissante reine d'Egypte, et Marc Antoine, l'ancien lieutenant et bras droit de César, nouvel homme fort de Rome. C'est peu après cette « inoubliable entrevue » qu'Antoine se rend pour des « vacances égyptiennes » à
    Alexandrie, où nous découvrons ce que l'on appellera désormais la «Vie inimitable ». Pendant la longue absence amoureuse d'Antoine, la situation à Rome redevient des plus confuses et nous voyons bientôt s'organiser un nouveau partage du monde avec les « accords de Brindes » entre Octave et Antoine. Les « deux héritiers de César » laissent de côté leur sourde rivalité et deviennent beaux-frères ! Rome va-t-
    elle enfin connaître avec cette réconciliation la paix après des années de guerre civile ? Peu à peu la personnalité d'Octave, le
    petit-neveu de César, se dévoile et Octave confirme sa maîtrise sur l'Occident, même si Antoine paraît lui être souvent indispensable. De son côté, Antoine retrouve à nouveau Cléopâtre, en Syrie, où il est tout à ses préparatifs de guerre. Après réflexion, Antoine a décidé de rompre ses liens avec Rome, jusqu'au jour où il pourra y rentrer en conquérant victorieux et célébrer son triomphe sur les Parthes.
    Nous revivons ses retrouvailles avec l'insaisissable Cléopâtre et découvrons les conditions de « son nouvel accord » avec la reine d'Egypte et son mariage égyptien : le pacte d'Antioche. C'est dans la capitale de la Syrie qu'Antoine, suivant toujours les plans de César, organise son immense expédition. Alcibiade Didascaux en profite pour
    présenter à ses lecteurs ce puissant Empire parthe, héritier des Perses. Nous retrouvons alors Antoine qui, dans son rêve de nouvel
    Alexandre le Grand, conquérant du monde, s'apprête à soumettre l'Orient et à venger le désastre de Crassus à la bataille de Carrhae, réussira- t-il a faire de son rêve une réalité ?

  • Après son extraordinaire aventure en Grèce, notre héros, Alcibiade Didascaux, professeur de latin, n'est pas prêt à renouveler l'expérience d'un retour dans le temps le professeur de Physique Agénor. Qu'à cela ne tienne ! Un énorme volume de l'Enéide juché sur une armoire de classe échoit sur son crâne et l'assomme. Le voilà parti en rêve dans la Rome primitive dont il revit l'époque légendaire. Il aura la désagréable surprise de s'éveiller dans l'abominable machine du professeur Agénor auquel l'ont amené ses élèves pendant son sommeil et il ne peut échapper cette fois à une nouvelle expérience. Nous le retrouvons en 509 avant J.-C. dans une tombe étrusque, contraint de revivre l'histoire de rome après en avoir rêvé la légende. Par bonds successifs dans le temps, il parcourt cette histoire jusqu'à ce qu'il se retrouve enrôlé
    comme légionnaire dans les armées du consul Marius. C'est le début de nouvelles aventures que nous raconte le deuxième volume, consacré à l'époque impériale.

  • Après son extraordinaire aventure en Grèce, notre héros, Alcibiade Didascaux, professeur de latin, n'est pas prêt à renouveler l'expérience d'un retour dans le temps comme l'y invite son collègue le professeur de Physique Agénor. Qu'à cela ne tienne ! Un énorme volume de l'Enéide juché sur une armoire de classe échoit sur son crâne et l'assomme. Le voilà parti en rêve dans la Rome primitive dont il revit l'époque légendaire. Il aura la désagréable surprise de s'éveiller dans l'abominable machine du professeur Agénor auquel l'ont amené ses élèves pendant son sommeil et il ne peut échapper cette fois à une nouvelle expérience. Nous le retrouvons en 509 avant J.-C. dans une tombe étrusque, contraint de revivre l'histoire de rome après en avoir rêvé la légende. Par bonds successifs dans le temps, il parcourt cette histoire jusqu'à ce qu'il se retrouve enrôlé
    comme légionnaire dans les armées du consul Marius. C'est le début de nouvelles aventures que nous raconte le deuxième volume, consacré à l'époque impériale

  • Nous sommes en 49 avant J.-C. La conquête des Gaules (58-51) a procuré à César le prestige, la richesse, et une armée incomparable. Mais le Sénat refuse les propositions modérées de César et ôte par
    décret ses pouvoirs à César, qui devra être traité en ennemi public, si, après un délai fixé, il n'a pas déposé les armes. Alors, en
    janvier 49, César passe le Rubicon, rivière qui sépare la Gaule Cisalpine du reste de l'Italie, et marche sur Rome avec ses légions.« Le sort en est jeté !». Les généraux qui auraient osé passer le
    Rubicon en armes étaient voués aux dieux infernaux. La consternation se répand dans Rome à l'annonce des villes prises l'une après l'autre par César et ses lieutenants et le Sénat délibère au milieu des
    alarmes. C'est le début de la guerre civile et de la lutte contre Pompée le Grand, à qui le Sénat confie la défense de la République.
    Cette guerre sera difficile, car les légionnaires affrontent d'autres légionnaires, et Pompée est un chef prestigieux, que l'on a, par ses immenses et éclatantes victoires, considéré comme un Alexandre Romain. À la tête de l'armée sénatoriale, Pompée se retire d'abord à
    Capoue, déclarant « ennemis publics tous ceux qui ne le suivraient pas, alors que César fait proclamer qu'il tient pour amis ceux qui ne marcheront point contre lui ! ». César ne réussit pas à rejoindre Pompée, qu'il poursuit en vain jusqu'à Brindes, où il assiège les Républicains, mais Pompée réussit à s'échapper par mer. Ne pouvant,
    faute de bateaux, le poursuivre en Grèce, César rentre à Rome, où il pénètre sans son armée. L'Italie sera vite conquise, mais les
    Républicains poursuivent la lutte et le conflit s'étend sur d'autres terrains. La Gaule, l'Italie, la Sardaigne, la Corse et la Sicile
    tiennent pour César ; l'Espagne, l'Afrique, l'Égypte, la Syrie, l'Asie Mineure, la Grèce tiennent pour Pompée. Nous allons assister à une longue poursuite entre les deux hommes et un affrontement mémorable sur l'ensemble de ce théâtre d'opérations qui englobe tous le pourtour de la Méditerranée. César laisse le commandement de l'Italie à Antoine, son meilleur lieutenant et « Maître de cavalerie», et se dirige tout d'abord vers l'Espagne : « Je vais combattre une
    armée sans général, dit César en partant pour l'Espagne, pour venir ensuite combattre un général sans armée. ». César défait tour à tour les lieutenants de Pompée, avant de s'emparer par un long et terrible
    siège de Marseille, la ville grecque, qui s'est déclarée contre lui. Mais, César ne peut être partout à la fois, Curion, qui avait ét chargé par César de défendre l'Afrique, échoue devant Utique et meurt les armes à la main peu après. De retour à Rome, César est nommé Dictateur, le temps de se nommer lui-même Consul, et de faire passe quelques mesures efficaces à son action. Les Républicains poursuivent la lutte en Grèce, où Pompée, qui a reçu des renforts de ses alliés d'Orient, est maintenant à la tête d'une immense armée, « qu'il déclare invincible ! ». Les négociations entre Césariens et Pompéiens « pour la paix civile » n'aboutiront jamais. Nous suivons l'épopée de César, à la poursuite de son ennemi, en Épire, où César se trouve un
    moment en extrême difficulté à Dyrrachium et où l'on voit que César peut connaître la défaite, puis en Thessalie enfin, où Pompée est vaincu lors de la bataille décisive de Pharsale en 48. Pompée a été écrasé et nous assistons à sa fuite en Égypte, où les deux frère-soeur-époux, le jeune Ptolémée XIII et Cléopâtre VII, se font la guerre. Nous découvrons la fin ignominieuse du grand Pompée traîtreusement assassiné, alors qu'il s'était placé sous la protection du Roi Ptolémée. C'est aussi pour nous l'occasion de faire connaissance avec la séductrice et insaisissable Cléopâtre. Peu
    après, César, toujours à la poursuite de Pompée, arrive à son tour en Égypte, et fait son entrée dans Alexandrie à la tête de deux légions et de quelques escadrons de cavalerie. César va régler le différend
    concernant le pouvoir entre Ptolémée XIII et Cléopâtre. C'est le début de la guerre d'Alexandrie, où nous voyons César passer tout l'hiver assiégé dans le Palais royal d'Alexandrie avec Cléopâtre.Dans l'attente de renforts, César a transformé le Palais en une forteresse inexpugnable. Nous suivons les tentatives de l'eunuque Pothinos, d'Achillas, de Théodotos, puis de Ganymède contre les Romains. César va devoir montrer toute son ingéniosité pour se rendre invincible. Cette « Guerre d'Alexandrie » va durer plusieurs mois, destruction de la flotte, incendie de la fameuse bibliothèque des Ptolémées... César sera sauvé par les Juifs, envoyés par le grand-prêtre Hyrcam, sous la conduite d'Antipater, et emmenés par Mithridate de Pergame : bataille du Nil, mort de Ptolémée XIII et prise d'Alexandrie. Vainqueur, César couronne la belle Cléopâtre, chasse Arsinoé, sa soeur cadette, puis part en croisière amoureuse sur le Nil à la découverte du pays des Pharaons. Mais soudain, César doit
    se rendre en Syrie pour rétablir l'autorité romaine en Orient, punir les exactions contre les Romains et y affronter Pharnace. Nous assistons alors à la foudroyante victoire de Zéla. Ce fut après cette journée de Zéla que César s'écria : « Heureux Pompée, voilà donc les ennemis dont la défaite vous a valu le nom de Grand ! » Il écrit à Rome : « Veni, vidi, vici... ».

empty