Presses Universitaires de France

  • Pourquoi les loyers sont-ils si élevés ? Les immigrés nous volent-ils nos emplois ? Qu'est-ce qu'un marché ? Quels sont les ressorts d'une vente aux enchères ? Pourquoi payez-vous votre café si cher ? Pourquoi les taux d'intérêt font-ils le yoyo ? Et à qui profite le crime ?
    Ces questions, et beaucoup d'autres, trouvent ici une réponse dans un style enlevé, accessible et ludique. À l'issue de cette lecture, l'économie n'aura plus de secret pour vous.
    L'économie est un jeu d'enfant, traduit dans plus de trente langues, s'est vendu à près d'un million d'exemplaires à travers le monde. « Un livre à savourer. » The New York Times

  • Né en Écosse, enseignant à Princeton, Angus Deaton s'est vu décerner le Prix Nobel 2015 pour ses travaux basés sur la mesure économétrique fine des comportements individuels dans le domaine de la consommation et de la pauvreté en relation avec le bien-être.
    En 380 pages non académiques, cet ouvrage expose sa méthode pour sortir des inégalités : il nous apprend que la volonté politique est primordiale pour avoir raison des inégalités de santé dans le monde, détruisant le mythe d'une relation causale ente croissance du revenu et amélioration de la santé. À l'origine de la notion de « seuil de pauvreté », le prix Nobel 2015 se distingue par son optimisme tempéré.
    Ouvrage original paru chez Princeton University Press. Traduit de l'anglais par Laurent Bury.

  • Publication originale : Il Mulino, Bologne, 1994.
    Traduit de l'italien par Adriano Gubellini.
    Un petit livre qui emprunte les chemins de traverse de l'histoire de l'économie et de l'histoire de la culture, et nous convie à un voyage facétieux en trois épisodes : les bonnes et mauvaises fortunes d'une grande famille de banquiers florentins au XIVe siècle ; les roueries imaginées par les Européens sous Louis XIV afin de gruger les Turcs et de favoriser la contrefaçon d'une monnaie, le petit Louis ; enfin, le dit et le non-dit des traités de commerce français des XVIIe et XVIIIe siècles.
    Tout l'art de Cipolla tient dans sa capacité unique à tisser une trame entre ces épisodes apparemment éloignés. Le rôle du banquier et du commerçant dans les sociétés européennes, et surtout l'évolution bien peu linéaire de leur statut au fil du temps et des frontières, constituent l'épicentre de cet essai.

  • Les États fédéraux ne sont pas bien vus sur la scène internationale, notamment européenne. L'Europe des Quinze compte déjà trois États fédéraux, l'Allemagne, l'Autriche et la Belgique. L'Union européenne recourt à des techniques inspirées du fédéralisme, même si elle inscrit certaines institutions publiques, comme la cour de justice, dans une logique unitaire. Le fédéralisme est au coeur de toute réflexion sur l'Europe. Est-il possible de faire du fédéralisme au carré ? L'Union européenne met-elle, au contraire, en place un système de plus en plus unitaire ? L'ouvrage répond à ces questions.

  • Quelle place, quelles nouvelles régulations pour le système bancaire dans l'économie d'après-crise ?
    Répondre à ces questions implique de faire le point sur le rôle qu'ont joué les banques et la finance au sens large ces dernières années. On trouvera donc dans ce Cahier une analyse approfondie des nombreuses défaillances qui ont engendré une crise systémique de liquidité et de confiance, puis une crise économique mondiale qui n'est pas comparable à celles qui l'ont précédée.
    Les défis auxquels sont confrontés aujourd'hui les banques, les assurances et les marchés financiers posent des questions plus difficiles et plus controversées. Un consensus se dégage cependant autour de quelques principes : nécessité pour les banques de réapprendre leur métier de base qui consiste à transformer des ressources à court terme en emplois à long terme ; mieux évaluer les risques sans aggraver les difficultés des entreprises les plus fragiles ; introduire de nouvelles réglementations sans tomber dans la surrégulation ; mieux maîtriser, dans la perspective ouverte par le G20, les sources d'instabilité financière au niveau mondial.

  • L'essor des marchés de capitaux a-t-il réduit le poids des banques ?
    Les crises financières sont-elles inévitables ?
    Comment renforcer la stabilité financière ?
    Quelles missions les banques centrales doivent-elles remplir ?
    Cet ouvrage présente les principales notions de l'économie monétaire et financière contemporaine. Essor des marchés de capitaux, produits et acteurs de la finance, taux d'intérêt, transformation du secteur bancaire, instabilité financière et supervision, formes et mesures de la monnaie, politique monétaire et autres missions des banques centrales... tous ces thèmes sont abordés à partir de trois types de contenus : un corps de texte accessible sans prérequis, des encadrés pour approfondir certaines notions et points-clés, des éclairages pour comprendre les questions et débats au coeur des publications des économistes.

  • Ce livre raconte l'histoire institutionnelle de la Bourse de Paris, de son origine à nos jours. Il analyse également son rôle économique, à travers les krachs boursiers : causes, conséquences et situation actuelle de la Bourse de Paris. Il souligne ainsi son rôle dans le développement de l'économie française.

  • Pas de vivre ensemble sans unité. Elle rassemble les groupes, les collectivités, les régions, et plus largement la République, l'État, la nation. Sans elle, nos dissensions seraient des guerres. Pas de vivre ensemble, non plus, sans diversités. Entre ces deux pôles, le vivre ensemble se trouve en équilibre instable.
    Nous vivons aujourd'hui un moment charnière : les diversités s'accroissent, l'unité s'affaiblit, et les tensions traversant le vivre ensemble s'accentuent. Il nous appartient de discerner dans ces processus de nouvelles perspectives plutôt que d'anciennes impasses.
    C'est ce que tentent les voix ici rassemblées, en examinant notamment la diversité des régions et l'unité de la France, la diversité des croyances et l'unité de la République laïque, la diversité des accès aux savoirs et l'unité de l'éducation.

empty