Publibook

  • De par sa nature ambivalente de contrat de location et d'opération de crédit, le crédit-bail bénéficie d'une position particulière dans la vie de l'entreprise en difficulté. Fort de cette position économique, le crédit-bailleur pourrait-il prétendre à un traitement de faveur ? Quels mécanismes rentrent-ils en jeu ? Quels changements apporter au contrat ? Fort de son expérience de responsable du recouvrement crédit-bail mobilier au sein d'un grand groupe bancaire, Aimé Diaka fournit une analyse brillante et exhaustive, englobant les sphères nationales comme internationales. Au fait des réformes 2011, son étude rigoureuse parcourt le droit des entreprises en difficulté en prenant pour guide le contrat de crédit-bail mobilier. Une référence en la matière.

  • « Dès le départ, il convient de relever que les disciplines ayant développé une théorie de la mesure ont porté en général sur des sujets qui nous paraissent aujourd'hui assez souvent familiers. Il en est ainsi des exemples comme la masse, la longueur, le volume, la température ou même le temps. En revanche, la mesure au sein de l'économie scientifique portant sur un objet immatériel, la valeur, nous offre un exemple d'objet peu connu, présentant de surcroît une difficulté particulière du fait que cet objet peu connu doit être mesuré. » Créée dans le but de déterminer précisément la quantité d'une grandeur, la valeur, telle qu'elle est utilisée dans l'économie scientifique à destination des usages sociaux, est un indicateur conceptuel. Dans le cadre de cet essai, qu'il écrit comme une lettre ouverte, Lamine Keita livre une analyse théorique à partir de l'économie des pays africains de la zone franc et du Coran dans le but d'aborder l'aspect d'une possible reconfiguration de cette valeur comme outil d'apport pédagogique au secours des droits humains.

  • « Connaissons-nous réellement ces centres multimédias qui rythment notre quotidien ? Qu'est-ce qu'un centre d'appels ? Comment l'activité y est-elle organisée ? Qui y travaille ? Peut-on en parler comme de n'importe quelle activité du tertiaire ? Comment fabriquent-ils l'information ? Que cachent-ils ? Quelles sont les problématiques qui les traversent ? Quelles sont les évolutions possibles ? L'ambition est grande mais l'exercice est important, voire nécessaire. » Un essai en forme d'exploration critique des réalités qui se jouent derrière les murs de ces centres d'appel qui sont désormais incontournables... L'histoire de ce secteur en plein essor, ses spécificités, ses méthodes de travail, sa structuration, son fonctionnement... ce sont toutes ces dimensions - et les tensions qu'elles portent - que questionnent B. Tine dans cette étude aussi synthétique qu'informative qui conduit le lecteur par-delà les relations qu'il peut avoir avec les téléacteurs.

  • Devant l'ingéniosité des faussaires à créer des billets de banques d'une remarquable qualité, les États s'organisent et disposent d'un arsenal répressif efficace et d'organisations internationales redoutables pour mener la lutte. Pourtant, malgré ce dispositif impressionnant, des faux billets plus vrais que natures continuent à inonder les marchés. Peut-être est-il temps de s'intéresser de plus près à un scandale jusque-là délaissé : le trafic du papier fiduciaire.

  • L'orientation des banques vers un service de proximité par l'intermédiaire du réseau informatique est un phénomène récent, qui nécessite encore des investissements. On remarque que le modèle assez rigide des structures bancaires est en train de s'adapter à la "société de proximité", commence à prendre des risques dans un domaine qui n'était pas le sien, à se diversifier. Tout en mesurant les conséquences que cela aura aussi bien sur le personnel actuel et futur que sur des indicateurs importants aux yeux des banques.

  • En Haïti, l'ère du tourisme débute vers les années 1940. Mais celle qu'on surnommait « la perle des Antilles » est devenue une destination relativement méprisée. Combien de temps faudra-t-il pour redonner à ce secteur économique son droit de cité ? Cet ouvrage est avant tout un rapport sur la connaissance infrastructurelle du pays, sa richesse patrimoniale et ses dotations économiques. C'est aussi une approche prospectiviste la plus réaliste qui conduit à entrevoir des stratégies internes de marché et des stratégies externes régionalisées dans la Grande Caraïbe. Chacun s'apercevra qu'Haïti a la capacité de produire de l'offre touristique compétitive, concurrentielle et différenciée. Nous laissant imaginer la préparation de l'arrivée d'Haïti dans le marché du tourisme avec ses avantages historiques, géographiques, culturels et économiques qui sont distinctifs, réels et défendables, Hugues Séraphin retrace les grandes lignes du secteur, met en exergue certaines des difficultés auxquelles fait face la destination pour retrouver une place dans l'échiquier des destinations mondiales du tourisme, livre l'analyse de la stratégie marketing qui consiste à redorer l'image du pays, et enfin, offre des recommandations stratégiques. Une étude riche, lucide mais porteuse d'espoirs pour un pays qui ne demande qu'à renaître.

empty