Éditions Les Liens qui libèrent

  • Après le succès en librairie de Nos mythologies économiques - plus de 20.000 exemplaires - l'économiste Éloi Laurent poursuit son travail de démystification économique ! Avec le style vif et la pertinence intellectuelle qui ont fait de lui l'un des économistes les plus brillants de sa génération, il encourage tout à chacun à retrouver le goût du questionnement économique ! Parce que « l'économie est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux seuls économistes ! »

  • L'obsolescence programmée, c'est un processus stupéfiant qui, pour développer notre addiction à la consommation et donc nous rendre captif du système économique, fut conçu puis mis en application au milieu du xixe siècle aux États-Unis. Des trois formes d'obsolescence programmée, le recours aux techniques pour rendre un produit suranné, à la publicité pour nous convaincre d'acquérir de nouveaux biens dont nous n'avons nul besoin, le plus symptomatique et le plus pervers est le fait d'introduire dans les produits une pièce défectueuse pour en limiter la durée de vie. Ampoules (pourtant conçues par un ingénieur au xixe siècle pour avoir une vie illimitée) automobiles, appareils ménagers, ordinateurs... la plupart des biens que nous consommons sont sciemment affectés d'une durée limitée afin que nous soyons contraints de les renouveler ! C'est ce processus infernal que raconte Serge Latouche dans une société aujourd'hui en pleine "crise de croissance" et de gaspillage, dépassée par les déchets et les dégâts environnementaux qu'elle engendre. Serge Latouche est professeur émérite d'économie.

  • Trente ans de politiques économiques et autant d'échecs : chômage, crises à répétition, croissance défaillante, inégalités grandissantes... Comment la plupart des économistes et des responsables politiques peuvent-ils se tromper à ce point ? Selon quels ressorts appliquent-ils toujours les solutions qui ont échoué auparavant ? Pourquoi sont-ils esclaves d'un modéle délabré ? Pourquoi cette incapacité à penser autrement ?... Et que donc faudrait-il faire aujourd'hui ? Quel nouvel imaginaire économique est-il vital de mettre en musique pour affronter toutes les crises dans leur ensemble : financière, sociale, environnementale ?... Par l'un de nos économistes les plus prestigieux, Professeur à l'université LUISS de Rome, ex président de l'ofce, auteur de livres décisifs comme Politique de l'impuissance (Arléa, 2004), voici un opus décapant, une remarquable analyse à la fois économique, psychologique et politique de notre monde.

  • Ce livre inaugure la nouvelle collection de l'association ATTAC. La dette publique repose sur un mensonge : elle ne vient pas d'une orgie de dépenses publiques mais de l'érosion organisée des recettes fiscales : niches, cadeaux aux plus riches et aux grandes entreprises. Elle vient également pour précisément la réduire , des emprunts souvent excessifs sur les marchés financiers. Sans compter des conséquences de la crise et du sauvetage public des banques ! Y répondre par des plans d'austérité confortera notre pays dans la récession et renforcera les inégalités. D'autres solutions sont possibles à condition de de s'attaquer à la main mise des marchés financiers. Un livre d'une brûlante actualité à la fois engagé et pédagogique.

  • Alors que, sous la pression des économistes libéraux, la ministre de l'enseignement vient de geler - pour ne pas dire « enterrer » - la création d'une section qui regrouperait les économistes hétérodoxes au sein du CNU (Conseil National des Universités), ces derniers s'insurgent contre la mort annoncée du pluralisme en économie. Après le lancement de la pétition « Pour le pluralisme, maintenant ! » et parce que, de l'enseignement de l'économie dépend une partie de l'avenir de notre société, L'AFEP (Association Française d'Économie Politique) prend position contre la pensée unique et pour le maintien d'une économie critique...  

  • 138 économistes, de sensibilités très diverses, lancent un appel pour répondre à l'urgence économique et sociale et redonner espoir aux classes populaires. «Nous proposons à nos concitoyens, aux mouvements associatifs, syndicaux et politiques, d'ouvrir un débat sur la mise en oeuvre d'un plan de sortie de crise autour de trois volets.» Un nouveau pacte productif écologique et social, un programme de relance de 40 milliards par an et une remise à plat de l'Europe.

  • Après le Manifeste d'économistes atterrés (70 000 exemplaire) et 20 ans d'aveuglement (20 000 exemplaires), voici le livre très attendu des atterrés, leur programme économique pour les présidentielles. Un livre de propositions divisé en grands thèmes : Fiscalité, Dettes, Politique sociale, Politique industrielle, Chômage, Gouvernance des entreprises, Réforme du système financier, Retraites, Régulation du marché, Rôle de l'Etat...

    Parmi les économistes de premier plan qui participeront à cet ouvrage : Philippe Askénazy, André Orléan, Henri Sterdyniak, Benjamin Coriat, Frédéric Lordon, Thomas Coutrot...

    Ce livre, parce qu'il rompt avec l'idélogie actuelle, va permettre à chaque citoyen de devenir acteur du débat public.

  • Un essai remarquable et très original qui redessine l'espace de l'État Providence. L'État Providence ne doit pas s'effacer devant la société de marché, mais doit à l'inverse être réfléchi et ré-enrichi à la lumière des évolutions profondes de nos sociétés. A la lumière notamment de l'accroissement des inégalités dans le monde et de l'essor des crises écologiques.

  • Angela Merkel et Nicolas Sarkozy l'ont voulu : un nouveau traité européen, le Pacte budgétaire, va inscrire la règle d'or du zéro déficit dans les lois suprêmes des Etats européens. Ou comment s'acharner dans une politique non seulement qui ne marche pas mais ne laisse d'affaiblir l'Europe. Comment en effet relancer nos pays si on les prive à coups de mesures d'austérité, des ressources vitales pour se redresser ? C'est une décision non seulement antisociale mais surtout anti-économique. S'il est élu, François Hollande s'est engagé à le renégocier. Mais le pourra-t-il vraiment ? Et le souhaite-t-il réellement ? Dans quel sens progressiste ce traité pourrait-il être amendé ? Le dernier opus des Economistes Atterrés propose un décapant et pénétrant décryptage de ce texte qui, s'il est adopté, conduira nos pays à leur ruine.

  • Serge Latouche, professeur émérite d'économie, est le penseur le plus connu de la décroissance. Il est l'auteur de nombreux livres dont "Le Pari de la décroissance", "Petit Manuel pour une décroissance sereine"... Dans ce livre, il explore les conditions de la construction d'une civilisation de sobriété choisie. Bref une alternative vitale à une société de consommation - et à son attribut principiel, le productivisme - vouée à l'impasse.

  • Par les économistes atterrés dont le manifeste s'est vendu à plus de 50 000 exemplaires. Ce nouvel opus démontre l'impéritie des politiques européennes et françaises: solidarité très faible, abscence de banque centrale, main mise donc des marchés financiers qui, non contents d'avoir contribué au creusement d'énormes déficits prêtent aujourd'hui à des taux exorbitants, non harmonisation sociales et fiscales qui fait de notre continent une arène de la concurrence et du chacun pour soi. Un opus décapant qui déconstruit le modèle économique toujours dominant et propose une série de 30 mesures pour remettre nos économies à l'endroit.

  • Ce manifeste commis par 4 des économistes français les plus éminents est essentiel. Il part du fait incontestable que la crise financière et économique n'a en rien remis en cause les dogmes libéraux qui inspirent nos économies depuis plus de 20 ans. Au contraire - et l'incompréhension le dispute à la colère- les politiques qui ont conduit à l'explosion des inégalités sont utilisées comme des remèdes! Pourquoi et comment il est urgent de changer ? D'abord démonter les fausses évidences , par exemple les idées infiniment ressassées et fausses par les élites politiques et la plupart des journalistes selon lesquelles les marchés seraient bons juges de la santé économique d'un pays ; l'envolée des dettes seraient le résultat d'un excès de dépenses ; l'Europe défendrait le modéle social européen ; l'euro serait un bouclier contre la crise ; la dette publique reporterait le prix de nos excès sur nos petits enfants ; réduire les déficits serait le meilleur moyen de retrouver la croissance..... Ensuite proposer au regard de chaque fausse évidences plusieurs mesures vitales pour refonder nos sociétés. Ce manifeste mis sur internet le 20 septembre pour mobiliser les économistes reponsables notamment, a déjà reçu un très large soutien.

empty