• État des lieux de la société de consommation, cet ouvrage analyse et dénonce les innombrables pratiques d'intrusion des marques au coeur de nos vies quotidiennes et expose les formes de résistance qui se mobilisent aujourd'hui pour combattre leur emprise prédatrice.

  • La covid-19 a initié un nouveau monde, a ouvert des voies qui nous semblaient improbables... Mais que nous devons accueillir !
    Au printemps 2020, l'improbable a surgi. L'impensable aussi: l'économie mondiale que rien ne semblait pouvoir arrêter a été stoppée. Qui aurait imaginé ce jeûne économique ? Des avions cloués au sol, des matchs sans public, des industries polluantes à l'arrêt... Nous savons désormais que la trajectoire peut être infléchie; l'interrupteur existe. L'effondrement annoncé n'est pas une fatalité, c'est un choix.
    Ce choc inattendu nous rappelle que les prévisions sont régulièrement démenties. L'Histoire est une succession d'évènements improbables qui s'enchaînent, s'affrontent et s'entremêlent pour donner naissance à un futur inimaginable quelques mois auparavant.
    Depuis la pandémie des évènements nouveaux, des décisions inespérées, surgissent dans le monde. Un autre futur tente de s'imposer. Cet ouvrage imagine les évènements improbables qui peuvent faire advenir ce scenario concurrent. Il explore aussi les récentes découvertes scientifiques sur nos capacités à influer sur l'avenir via nos intentions. Tout peut arriver au cours de la décennie 2020-2030. Tout doit arriver. Elle est celle de tous les dangers et de tous les espoirs, celle de la bifurcation.
    Cet ouvrage explore les futurs autres que la pandémie va engendrer !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir côtoyé le monde de la Bourse durant plus de 15 ans en tant que journaliste économique et financier, Yannick Roudaut a changé de vie dans le courant des années 2000 pour s'intéresser aux limites de la vision néolibérale. Il s'est alors tourné vers l'écologie pour explorer les scenarios d'un monde vivable en 2050. Père de deux filles, Yannick est très engagé auprès des jeunes via des interventions comme vacataires dans des écoles et universités. Il intervient aussi auprès des jeunes en difficulté dans les quartiers.
    Il a publié trois autres essais : L'Alter Entreprise (Dunod 2008), La Nouvelle Contro-verse (La Mer Salée 2013), Zéro Pollution (La Mer Salée 2016).

  • Quel est le point commun entre l'invention de la roue, Pompéi, le krach boursier de 1987, Harry Potter et Internet ?

    Pourquoi ne devrait-on jamais lire un journal ni courir pour attraper un train ?

    Que peuvent nous apprendre les amants de Catherine de Russie sur les probabilités ?

    Pourquoi les prévisionnistes sont-ils pratiquement tous des arnaqueurs ?

    Ce livre révèle tout des Cygnes Noirs, ces événements aléatoires, hautement improbables, qui jalonnent notre vie : ils ont un impact énorme, sont presque impossibles à prévoir, et pourtant, a posteriori, nous essayons toujours de leur trouver une explication rationnelle.

    Dans cet ouvrage éclairant, plein d'esprit d'impertinence et bien souvent prophétique, Taleb nous exhorte à ne pas tenir compte des propos de certains « experts », et nous montre comment cesser de tout prévoir ou comment tirer parti de l'incertitude.

  • Après le succès en librairie de Nos mythologies économiques - plus de 20.000 exemplaires - l'économiste Éloi Laurent poursuit son travail de démystification économique ! Avec le style vif et la pertinence intellectuelle qui ont fait de lui l'un des économistes les plus brillants de sa génération, il encourage tout à chacun à retrouver le goût du questionnement économique ! Parce que « l'économie est une affaire trop sérieuse pour être laissée aux seuls économistes ! »

  • - 62%

    La théorie du donut

    Kate Raworth

    • Plon
    • 15 Novembre 2018

    La façon dont nous pensons et enseignons l'économie depuis le XIXe siècle est périmée! Revisitant les principaux concepts de l'économie en y introduisant les dimensions sociale et environnementale, Kate Raworth nous propose une nouvelle vision de l'économie, plus juste et plus durable, qui doit permettre de relever les défis du XXIe siècle.Crises financières à répétition, inégalités extrêmes de revenus et d'accès aux ressources, exploitation destructrice de l'environnement... tout le monde peut se rendre compte par lui-même que notre système économique dysfonctionne.
    Kate Raworth propose de revisiter les principaux concepts et principes sur lesquels est fondée la science économique, en introduisant, outre les concepts classiques de croissance, de marché, d'agents économiques, le facteur humain et la préoccupation environnementale au coeur de la réflexion. Consciente de la force des schémas et des images, elle s'attaque à sept schémas-clés de l'économie pour montrer à quel points ils sont galvaudés et méritent d'être remplacés.
    Pour en venir au donut du titre : l'auteur propose de remplacer l'objectif économique général de croissance du PIB, par un objectif de stabilisation de l'activité économique entre deux "frontières" : la frontière des besoins humains de base comme "plancher", et la frontière de la préservation de l'environnement comme "plafond". C'est la représentation de ce plancher et de ce plafond, sous forme de cercles, qui donne l'image du donut dans lequel l'activité économique doit s'inscrire.
    Outre la croissance du PIB, le livre démonte ainsi plusieurs mythes économiques comme la "main invisible du marché", le sujet économique rationnel, l'équilibre de loffre et de la demande... Une lecture rafraichissante, qui propose une vision renouvelée, accessible et optimiste de la pensée économique.

  • « Too big to fail » constatait-on durement en 2008 au sujet de Lehman Brothers, alors que sa faillite mettait l'économie mondiale à genoux. Trois ans plus tard, le G20 reconnaissait l'existence de 28 banques dites « systémiques », à la puissance telle que la défaillance d'une seule pourrait nous faire derechef culbuter dans l'abîme.
    Ces 28 banques, explique François Morin dans ce petit ouvrage, constituent un oligopole qui est tout sauf d'intérêt public. Leur position dominante sur les grands marchés de la finance globalisée leur confère de facto des pouvoirs analogues à ceux des grandes institutions publiques - parmi lesquels rien de moins que la capacité de fixer le prix de l'argent - sans bien sûr partager ni leurs objectifs ni leurs devoirs. À coups de prises de risques massives et d'ententes frauduleuses, elles fragilisent les marchés, mais surtout exercent une influence politique telle qu'on chercherait en vain des puissances publiques en mesure de faire contrepoids. Faut-il chercher plus loin les causes de la crise politique qui traverse les démocraties occidentales ?
    Faisant ici parler des données inédites, François Morin se montre catégorique : si nous voulons mettre les citoyens à l'abri de désastres financiers à venir, il nous faut abattre l'hydre bancaire et rapatrier la monnaie dans le giron du public.

  • L'obsolescence programmée, c'est un processus stupéfiant qui, pour développer notre addiction à la consommation et donc nous rendre captif du système économique, fut conçu puis mis en application au milieu du xixe siècle aux États-Unis. Des trois formes d'obsolescence programmée, le recours aux techniques pour rendre un produit suranné, à la publicité pour nous convaincre d'acquérir de nouveaux biens dont nous n'avons nul besoin, le plus symptomatique et le plus pervers est le fait d'introduire dans les produits une pièce défectueuse pour en limiter la durée de vie. Ampoules (pourtant conçues par un ingénieur au xixe siècle pour avoir une vie illimitée) automobiles, appareils ménagers, ordinateurs... la plupart des biens que nous consommons sont sciemment affectés d'une durée limitée afin que nous soyons contraints de les renouveler ! C'est ce processus infernal que raconte Serge Latouche dans une société aujourd'hui en pleine "crise de croissance" et de gaspillage, dépassée par les déchets et les dégâts environnementaux qu'elle engendre. Serge Latouche est professeur émérite d'économie.

  • Lorsque nos infrastructures se détériorent, que les prestations sociales sont gelées, que nos conditions d'existence se précarisent, c'est à cause des paradis fiscaux. Source d'inégalités croissantes et de pertes fiscales colossales, le recours aux paradis fiscaux par les grandes entreprises et particuliers fortunés explique les politiques d'austérité. Qui plus est, les États ont légalisé des stratagèmes offshore qui contreviennent au principe même du fisc. En cinq chapitres d'une redoutable efficacité, Alain Deneault soulève la question politique de cette escroquerie légalisée. Comment définir les législations de complaisance, quelles sont les conséquences dramatiques de cette spoliation et comment contrer la souveraineté privée ainsi conférée aux puissants? Il est urgent de mettre fin à cette architecture insensée par laquelle les contribuables financent non seulement les services publics dont les entreprises profitent, mais aussi les banques via le service de la dette, le tout en s'appauvrissant.

    Cet essai, d'abord publié au Québec, a été entièrement adapté au contexte européen avec la collaboration de Lucie Watrinet.


  • "Deuxième révolution numérique", "ubérisation ultime", "machine à confiance"... la blockchain laisse présager une révolution des usages comparable à celle portée par l'Internet dans les années 90.

    La promesse de la blockchain est en effet maje

  • Nos sociétés vivent aujourd'hui une crise de sens profonde. Libérales et individualistes, dépourvues de spiritualité, soumises à une économie souvent destructrice de l'environnement, elles produisent de plus en plus un sentiment de vide chez les individus. Environ 30% des Français ne trouvent ainsi pas de sens à leur vie.

    Développement personnel, engagement caritatif, carrière, sport, expériences... les chemins de la quête de sens sont nombreux et conduisent parfois à des impasses.

    A partir des recherches récentes en psychologie, Mickaël Mangot, économiste du bonheur, examine les mutations dans notre relation au travail, à la consommation, aux loisirs et à l'épargne. il nous aide à évaluer les nouvelles pratiques autant qu'à démêler les fils de notre questionnement existentiel.

  • Depuis une vingtaine d'années, on entend dire qu'une " nouvelle économie " est en passe de supplanter les anciens modes d'échange des biens matériels - une économie dont l'attention constituerait la première rareté et la plus précieuse source de valeur. À quoi ressemble donc cette économie de l'attention ? Que faut-il en craindre ou que pouvons-nous en espérer ?
    Depuis une vingtaine d'années, on entend dire qu'une " nouvelle économie " est en passe de supplanter les anciens modes d'échange des biens matériels - une économie dont l'attention constituerait la première rareté et la plus précieuse source de valeur. À quoi ressemble donc cette économie de l'attention ? Quels nouveaux outils sont nécessaires pour en comprendre les mécanismes ? Que faut-il en craindre ou que pouvons-nous en espérer ?
    Des neurosciences à la sociologie, de la création de logiciels à la philosophie éthique, une grande diversité de disciplines sont convoquées ici pour éclairer l'économie de l'attention à partir de multiples perspectives critiques. Il en ressort qu'il est aujourd'hui indispensable de penser le destin de nos économies en termes d'attention - mais qu'il serait calamiteux de laisser les seules logiques capitalistes reconfigurer nos régimes attentionnels.
    Remède au productivisme forcené qui épuise nos ressources matérielles, ou symptôme de la colonisation qui soumet nos esprits à l'emprise du capital ? L'économie de l'attention ne se situe pas seulement au carrefour des disciplines : elle est surtout au carrefour des chemins où se tracera notre avenir.

  • Mise en place dans les années 1970, la notion de service public hospitalier tend à créer une complémentarité non seulement entre établissements publics de santé, mais aussi entre secteur public d'hospitalisation et établissements privés. Elle répond à la double exigence économique et sociale d'un service de santé aux coûts maîtrisés et à la qualité des soins assurée.
    Les récentes réformes structurelles de l'hôpital accentuent ces évolutions : le service public devra de plus en plus fédérer ses moyens, les structurer et les hiérarchiser au sein de pôles sanitaires cohérents et mis en réseau au niveau national, pour permettre une desserte optimale des populations à l'échelle locale. À lire également en Que sais-je ?...
    L'hôpital, Jean de Kervasdoué
    La réforme des systèmes de santé, Bruno Palier

  • Pascal Lebrun offre au public francophone la première synthèse présentant l'économie participaliste. Il expose ses fondements philosophiques, théoriques et idéologiques ainsi que son fonctionnement.

  • Trente ans de politiques économiques et autant d'échecs : chômage, crises à répétition, croissance défaillante, inégalités grandissantes... Comment la plupart des économistes et des responsables politiques peuvent-ils se tromper à ce point ? Selon quels ressorts appliquent-ils toujours les solutions qui ont échoué auparavant ? Pourquoi sont-ils esclaves d'un modéle délabré ? Pourquoi cette incapacité à penser autrement ?... Et que donc faudrait-il faire aujourd'hui ? Quel nouvel imaginaire économique est-il vital de mettre en musique pour affronter toutes les crises dans leur ensemble : financière, sociale, environnementale ?... Par l'un de nos économistes les plus prestigieux, Professeur à l'université LUISS de Rome, ex président de l'ofce, auteur de livres décisifs comme Politique de l'impuissance (Arléa, 2004), voici un opus décapant, une remarquable analyse à la fois économique, psychologique et politique de notre monde.

  • « Le développement de la crise actuelle présente est caractérisé par une incertitude fondamentale, rarement observée, qui renforce les thèmes de la résilience économique nécessaire et du développement économique durable au niveau national comme au niveau mondial. Développement durable, résilience économique en toutes circonstances et à tous les niveaux : nous sommes là au coeur du ''patriotisme économique'' ».

    Jean-Claude Trichet, extrait de la Préface

    La remise en cause du libéralisme économique et du multilatéralisme avait commencé bien avant la crise de la Covid-19. Un début de fragmentation de l'économie mondiale, certains diraient de « démondialisation », est apparu avec la guerre commerciale à épisodes multiples entre les Etats-Unis et la Chine, l'essor d'initiatives protectionnistes, la « guerre des changes », le Brexit...Toutes ces tendances, antérieures à 2020, ont été et sont encore aujourd'hui accentuées par la crise sanitaire.
    L'objet de ce livre, qui rassemble des auteurs venant d'horizons différents, est de prendre la mesure des processus en cours dans presque tous les pays : retour des frontières, désir des Etats de recouvrer un peu plus de souveraineté, volonté des opinions publiques de mieux contrôler le destin collectif. Le retour des stratégies industrielles, les volontés de relocalisation de certaines filières et de réindustrialisation sont au coeur des politiques publiques qui, face aux dégâts économiques et sociaux de la Covid-19, après avoir cherché à limiter ces dégâts, financent des relances massives en s'efforçant de marier économie et écologie.

    Quel est le bon niveau de conception et de mise en oeuvre : l'échelon national ou l'échelle européenne ? Faut-il espérer des progrès dans la gouvernance mondiale dans un monde qui, malgré tout, va rester pour l'essentiel globalisé ?



  • Plus qu'un livre : votre meilleur investissement


    dans l'immobilier !





    « Devenir propriétaire de 25 appartements, sans diplôme, sans capital de départ ni connaissances en immobilier et en gagnant moins de 2000EUR par mois, c'est possible ! Ce que j'ai fait, vous aussi vous pouvez le réaliser à condition de le vouloir vraiment et de cultiver la positive attitude.


    « Si un projet vous tient à coeur - dans l'immobilier comme moi, dans le sport ou dans tout autre domaine -, alors rien, absolument rien ne doit vous arrêter pour le faire aboutir. Ma success story le prouve.


    « Dans ce livre je vous fais partager mon expérience et vous détaille mon parcours sans rien cacher, pour vous prouver que cela fonctionne. Vous y trouverez les conseils pour investir sereinement et efficacement dans l'immobilier. Mais je vous explique aussi comment vous bâtir un mental de « gagnant », à la façon des grands sportifs, pour vous permettre de relever les défis et surmonter les obstacles que chacun rencontre dans ses projets.


    « Croyez en vous, soyez positif et faites comme moi : foncez ! »


    Goulwenn


    Goulwenn Tristant a 33 ans. Il est pompier professionnel (en semaine) et volontaire (le week-end), et aussi l'un des meilleurs ultra triathlète au monde. Depuis l'âge de 24 ans, il consacre son temps libre au développement de son patrimoine immobilier et au sport. Il vous fait partager ici les secrets de sa réussite.

  • Le débat sur le développement et l'intégration économique de l'Afrique n'a jamais autant pris d'ampleur. Ce livre classifie les nouveaux choix des politiques et clarifie les pistes de réussite. Il convainc sur la nécessité d'une règlementation adaptée aux enjeux et sur l'implication de tous les partenaires au plan intérieur et extérieur.

  • Pourquoi les Japonais vivent-ils plus longtemps que les Américains ? Pourquoi y a-t-il plus de grossesses chez les adolescentes aux États-Unis qu'en France ? Pourquoi les Suédois ont-ils la taille plus fine que les Grecs ? La réponse est chaque fois : l'inégalité. État de santé, espérance de vie, obésité, santé mentale, taux d'incarcération ou d'homicide, toxicomanie, grossesses précoces, succès ou échecs scolaires, bilan carbone et recyclage des déchets, tous les chiffres vont dans le même sens : l'inégalité des revenus nuit de manière flagrante au bien-être de tous. Conclusion des auteurs : " Ce n'est pas la richesse qui fait le bonheur des sociétés, mais l'égalité des conditions. "


  • Une vision radicalement différente de la Bourse et des marchés.


    Warren Buffett a réussi à interpréter et appliquer avec un brio inégalé la célèbre méthode de Benjamin Graham, décrite en 1949 dans son livre culte,
    The intelligent investo

  • Publication originale : Il Mulino, Bologne, 1994.
    Traduit de l'italien par Adriano Gubellini.
    Un petit livre qui emprunte les chemins de traverse de l'histoire de l'économie et de l'histoire de la culture, et nous convie à un voyage facétieux en trois épisodes : les bonnes et mauvaises fortunes d'une grande famille de banquiers florentins au XIVe siècle ; les roueries imaginées par les Européens sous Louis XIV afin de gruger les Turcs et de favoriser la contrefaçon d'une monnaie, le petit Louis ; enfin, le dit et le non-dit des traités de commerce français des XVIIe et XVIIIe siècles.
    Tout l'art de Cipolla tient dans sa capacité unique à tisser une trame entre ces épisodes apparemment éloignés. Le rôle du banquier et du commerçant dans les sociétés européennes, et surtout l'évolution bien peu linéaire de leur statut au fil du temps et des frontières, constituent l'épicentre de cet essai.


  • Le référendum britannique agit comme un révélateur des problèmes et des incertitudes de l'Europe. Il amène à se poser la question de la fin de l'Union, et ce à double titre : quels sont ses objectifs ? Quelles sont ses chances de pérennité ?


  • "À quand l'Afrique ?" : Le professeur Joseph Ki-Zerbo se situe dans la ligne de mire du savant sénégalais Cheikh Anta Diop, qui se demandait dès 1948 : "Quand pourra-t-on parler d'une renaissance africaine ?" La renaissance, le mot est lâché ! Les auteurs de cet ouvrage essaient d'apporter des éléments de réponse à la question du "comment" de la renaissance africaine, en perspective des réalités que vit l'Afrique d'aujourd'hui.

  • Voici est une contribution au débat économique sénégalais, victime de la décadence de l'élite politique, administrative et intellectuelle. De 1960 à nos jours, la croissance est atone. Pourtant les programmes et projets des gouvernements se fixent invariablement un objectif de croissance à 7% pour réduire la pauvreté, baisser les inégalités et résoudre le chômage endémique des jeunes. Du fait des déficiences des politiques sectorielles, le pari d'une croissance forte est perdu, sauf pour le PSE (Plan Sénégal Emergent), en phase de démarrage.

  • Ce livre aborde de manière claire l'étude du droit des sûretés suivant la pratique notariale dans l'espace OHADA : innovations principales dans le secteur, classification des sûretés, inscription des sûretés au registre du commerce etc.

empty