Fayard

  • C'est un événement : Benoît XVI rompt le silence. Pour la première fois en 2000 ans d'histoire de la chrétienté, un pape dresse le bilan de son action au Saint-Siège. 
    Peter Seewald, journaliste spécialiste de ces questions, à qui Benoît XVI s'était confié dans Le Sel de la terre et Lumière du monde, a mené de nombreux entretiens avec le pape émérite entre novembre 2012 et mai 2016. Dans ces conversations inédites, Benoît XVI évoque en toute franchise les raisons de sa renonciation, les moments forts de son pontifi cat, la personnalité de son successeur, le pape François, et n'omet aucun sujet polémique, y compris le scandale de Vatileaks et la difficulté à réformer la Curie.
    Jamais auparavant il n'avait abordé de manière si personnelle la question de sa foi, les défis actuels du christianisme et le futur de l'Église. Son parcours sert de toile de fond à ces Dernières conversations, dans lesquelles le pape allemand, un des principaux théologiens de notre temps, livre son message aux fidèles et au monde.

  • Les quatre Evangiles en un seul : c'est ainsi que le premier historien de l'Eglise, Eusèbe de Césarée (IVe siècle), traduisait le mot Diatessaron, titre de l'oeuvre-pilote de Tatien au IIe siècle (Tatien lui-même traduisait plus prudemment : Harmonie des quatre Evangiles).
    Le Nouveau Diatessaron a pour objet de rassembler toute l'information des quatre Evangiles. Il fait la preuve de leur cohérence historique, spirituelle et même stylistique, selon le style de la prédication. C'est un projet de synthèse plus que d'analyse, pour sonder l'inépuisable richesse de « l'Evangile », mot que les évangélistes eux-mêmes et l'Eglise emploient régulièrement au singulier.
    Le « tétramorphe » de la couverture du présent livre est un hommage aux quatre évangélistes inspirés et à la personnalité de leurs auteurs symbolisés par quatre figures selon la tradition prophétique d'Ezéchiel (1, 5-14) et de l'Apocalypse (6, 6-8) qui décrivent quatre hypostases proches de Dieu et ayant respectivement le visage d'un homme, d'un lion, d'un taureau et d'un aigle. Cette quadruple figuration symbolise l'unité de l'Evangile par l'harmonie des quatre évangélistes, qui évoquent le même Christ dans la lumière du même Esprit.


  • Benoît XVI, expert au concile Vatican II, un des deux seuls cardinaux survivants du pontificat de Paul VI, théologien prolixe et lumineux, collaborateur - pessimiste aux yeux des uns, réaliste aux yeux des autres - de Jean-Paul II, a été chargé de faire entrer dans le troisième millénaire l'histoire tragique de l'Église du XXe siècle dominée par un concile indispensable et utopique.

empty