• Des religieux sur les routes de l'exil... L'épiscopat français reçu en corps au Vatican... Les documents de la couverture bornent le chemin d'histoire du catholicisme français que le livre propose, entre les crises qui opposent l'État et l'Église catholique à l'aube du XXe siècle et le concile Vatican II. Les vingt-quatre chapitres analysent des événements, des groupes, des personnalités, des débats pour revisiter soixante-dix années souvent agitées.
    Le premier ensemble est centré sur les crises et les ruptures des décennies 1900 et 1910, de l'offensive contre les congrégations religieuses à la Première Guerre mondiale en passant par la loi de séparation de 1905 qui entraîne des transformations décisives pour l'Église catholique en France.
    Le deuxième ensemble explore les voies du changement dont les formes sont très diverses dans le demi-siècle qui suit la «guerre des deux France»: mobilisations militantes, initiatives pastorales et missionnaires, pensée et action sociales, affrontements intellectuels.
    Le troisième ensemble aborde les années 1960 et 1970 marquées par l'événement Vatican II et ses conséquences durables en observant la participation française au concile, les changements diplomatiques et politiques, les tensions ecclésiales et sociales dans la France gaullienne confrontée à Mai-68.

  • En avons-nous fini avec les effets de la crise moderniste ? Les questionnements et les propositions des philosophes et théologiens du début du XXe siècle étaient de repenser, à la lumière des découvertes les plus récentes, le christianisme dans la culture contemporaine. Certains d'entre eux (Loisy, Tyrrell, Laberthonnière...) furent lourdement sanctionnés par le Magistère romain. D'autres furent contraints au silence.
    Le présent ouvrage, à la croisée de l'histoire, de la philosophie et de la théologie, se propose de revisiter les problématiques et les figures essentielles de cette période douloureuse, tout en montrant ses effets contemporains. Une première partie en rappelle le contexte, une seconde les protagonistes avant, dans deux autres sections, d'en étudier plus spécifiquement les enjeux et les prolongements possibles.
    Les leçons des débats sur la crise moderniste gardent sans doute une valeur permanente, que les contributeurs de cet ouvrage, à la suite des travaux pionniers de Pierre Colin, se sont efforcés d'évaluer à partir de leurs disciplines respectives. Un tel ouvrage, fruit d'un colloque à l'Institut catholique de Paris en 2019, vient combler un manque dans l'aire francophone.

  • Cet ouvrage se penche sur cinquante ans d'histoire du catholicisme - des lendemains du concile Vatican II (1965) aux débuts du XXIe siècle -, en s'en tenant au cadre lyonnais. Renouvellements et adaptations essaient de répondre aux défis de cette période.

  • Dans sa lettre aux évêques de France, à l'occasion du centenaire de la loi de 1905, le pape Jean-Paul II a rappelé le rôle important du christianisme dans la société française. Désormais, le temps de l'âge d'or du christianisme semble quelque peu révolu. Quelle est cette France catholique ambiguë où l'Eglise connaît des vertiges, mais aussi des raisons d'espérer ? Cet ouvrage revient sur la géographie et le panorama religieux en France.

  • A peine ordonné, l'Abbé Christ-Roi est nommé vicaire paroissial à Saint Jules de Makabandilou (Brazzaville-Nord) et doit affronter, sur le terrain, dans leur rigueur exigeante, les questions pratiques du ministère d'exorcisme en profonde crise dans l'Église de son pays. Il s'investit dans le projet de restructuration de l'exorcisme ministériel, pour une contribution pastorale mesurée et forte. L'auteur propose ici des garde fous conséquents à la lumière de la Parole de Dieu et du Magistère de l'Église : pistes de sortie, issues de secours à travers l'apport des sciences psychologiques.

  • Des religions archaïques au christianisme, René Girard refait l'histoire d'une difficile conquête, celle de l'universalité, de l'amour, de la raison et de la liberté qui sont les traits distinctifs de " l'esprit du christianisme". Il est non seulement « le Darwin de la culture » (Michel Serres), mais aussi « le Darwin de la religion ». Du premier christianisme au catholicisme, Girard n'a pas poursuivi cette histoire, bien que tous les éléments se trouvent dans son oeuvre : il ne restait plus qu'à la reconstituer par son fil conducteur, « l'esprit du catholicisme », parfaite expression de « l'esprit du christianisme ».

  • Ce texte retrace les origines de l'Église du Congo. Une histoire riche et mouvementée qui débute au XVe siècle, avec différentes tentatives, aboutit au XIXe siècle, en 1883, avec la fondation des premières missions du Congo (Loango et Linzolo), et se poursuit au XXe siècle, notamment en 1955, avec l'érection des diocèses. Ce livre nous plonge dans l'histoire de l'Église du Congo, pour marcher sur les pas des pères fondateurs et, au retour, s'engager efficacement dans le champ de la nouvelle évangélisation en faisant prévaloir les valeurs humaines et évangéliques.

  • Le défi lancé à l'Europe occidentale est celui de savoir comment, dans sa société moderne et ultramoderne, signifier la différence radicale de l'Évangile. Dans un contexte de néo-paganisme, la nouveauté créatrice de l'Évangile devient chaque jour une sorte d'étrangère dont on se méfie en cette Europe ultramodernisée. La nouvelle évangélisation sera-t-elle une chance pour l'Europe ? Si oui, comment ?

  • Cet ouvrage aborde la question du dialogue interreligieux en posant la question de l'appartenance religieuse de Dieu dans un contexte délicat. En effet, le dialogue entre croyants sur l'objet de la foi est une question complexe entre ce qu'on voudrait pour l'ensemble des croyants au nom d'un Dieu qui serait le même pour tous et ce qu'il n'est pas possible de faire. L'auteur souhaite ainsi interroger la complexité du dialogue interreligieux et montrer la façon dont le christianisme en particulier vit son chemin de dialogue au service de la paix et de la fraternité humaine.

  • Cet ouvrage tend à combler un vide en matière de sociologie et d'anthropologie des religions au Gabon. Il traite du pentecôtisme, un mouvement religieux chrétien effervescent, aux prétentions thérapeutiques et thaumaturges qui a suscité d'emblée l'intérêt de la population indigène gabonaise dans les années 30.

  • Aujourd'hui, les chercheurs s'interrogent encore sur le comportement de l'Église catholique avant, pendant et après la Seconde guerre mondiale. Or, pour ce qui concerne la France, le Vatican avait demandé à son protonotaire de le représenter auprès du gouvernement du maréchal Pétain. Celui-ci était accompagné de monseigneur Henri-Alexandre Chappoulie : un prélat qui deviendra évêque du diocèse d'Angers. L'objet de cette étude est alors de réfléchir sur la contribution d'Henri-Alexandre Chappoulie non seulement à l'évolution de la pensée missionnaire au sein de l'Église catholique, mais encore à la prise de conscience des populations françaises sur les problèmes d'outre-mer.

  • Lorsque, en 1537, il fut proposé à Luther d'éditer l'ensemble de ses oeuvres, il refusa tout d'abord mais se laissa cependant convaincre puisque dès 1539 parut une première édition de ses écrits et sermons. Mais le "Traité du serf arbitre" de Martin Luther n'a pas débouché sur un choix doctrinal responsable et c'est sur la liberté qu'il débouche.

  • Cet essai explore l'histoire de l'arrivée des sociétés de missions de paris (SMP) au Gabon, peu après le passage des missionnaires américains. L'Histoire se lie à l'histoire personnelle d'une jeune recrue autochtone, le jeune Efé-Abôghe. Issu du district de Samkita dans le Moyen-Ogooué, ce jeune homme se révéla être un acteur majeur dans la crise évangélique du Gabon connue sous le nom de "Réveil" en 1935-1937.

  • Cette thèse croise trois différents champs d'intérêt égal : le Pèlerinage vers la Terre sainte, le Radicalisme protestant et le genre. Le XIXè siècle a accueilli cette audacieuse dame déterminée à faire valoir les principes radicaux sur la nouvelle vision d'amour du christianime, plus précisément le protestantisme du Réveil. La comtesse de Gasparin étale ses convictions pour une éclosion sociale, elle revendique, soutenue par sa croyance assidue au Christ, une amélioration de l'état de l'être humain, et de la femme en particulier.

  • Afin de mieux comprendre l'arrière-plan et la structure intellectuelle des thèses conspirationnistes polémiques qui abondent, notamment sur Internet, depuis quelques années, ce livre se propose de présenter un texte d'une prédicatrice protestante américaine, Barbara Aho, qui expose le complot de "la tribu de Dan" contre le christianisme à travers la gnose chrétienne, les Mérovingiens, les Templiers, les Cathares, le marranisme, les jésuites, le frankisme, les Illuminati et le "Prieuré de Sion".

  • L'histoire de l'Église catholique du Togo est inscrite dans un monde mouvementé aux enjeux politiques et religieux encore actuels. Protectorat allemand, le Togo a été partagé entre la France et l'Angleterre à l'issue de la Première Guerre mondiale. Tous les Allemands en ont été expulsés ; même les missionnaires qui venaient à peine de célébrer le jubilé d'argent du vicariat apostolique du Togo. L'Allemagne perdit son unique colonie en Afrique de l'Ouest. Les missionnaires allemands de la Société du Verbe Divin tournèrent aussi le dos, malgré eux, à leur unique vicariat en Afrique. Cet ouvrage revisite cette histoire et montre l'impact des événements politiques sur la mission de l'Église catholique au Togo dans la première moitié du XXe siècle.

  • Les Soeurs de la Congrégation de Saint-Joseph de Cluny installée au Congo ont célébré en 2017 le 125e anniversaire de leur arrivée à Brazzaville. Cet ordre missionnaire féminin avait été fondé au XIXe siècle en France par une religieuse, Anne-Marie Javouhey : il s'était donné comme ambition d'accomplir, en faveur des enfants issus des milieux défavorisés, tant en France que dans le reste du monde, une oeuvre importante dans le domaine de l'éducation, de la santé et du social. À l'occasion de cet anniversaire, un colloque sur « l'oeuvre des missionnaires catholiques dans l'éducation au Congo de 1880 à 1965 » a été organisé. Comment cette présence catholique, portée par diverses congrégations a-t-elle marqué les sociétés locales ?

  • Ce livre retrace cent ans d'histoire de l'Église protestante évangélique de Guinée, de ses débuts à ses différentes phases de mutation et de maturation. Il relate la vie de ses principaux pionniers et leurs apports dans sa construction. Il permet donc de connaître aussi bien l'institution que les hommes et les femmes qui ont diffusé l'Évangile au coeur de la Guinée. Un certain nombre de récits et de faits du passé sont présentés ainsi que des clefs qui offrent la possibilité de comprendre les attitudes, les prises de position et les décisions des responsables de cette Église.

  • Précis de Patrologie

    Joseph Tixeront

    • Théotex
    • 18 Décembre 2020

    L'abbé Tixeront (1856-1925) fut un professeur très apprécié au séminaire d'Alix et à la faculté de théologie de Lyon, selon le témoignage d'anciens élèves, qui se souvenaient de la clarté et de la précision remarquables de son enseignement. A ces deux qualités se joignait une immense érudition, que l'on voit se déployer dans les trois tomes de l'Histoire du dogme dans l'antiquité chrétienne, son ouvrage le plus connu. Écrit pendant la grande guerre, le Précis de Patrologie est moins étendu, mais d'une utilité pratique incontestable pour qui veut se familiariser avec les Pères de l'Église. L'auteur, en effet, ne s'est pas contenté de nous fournir une simple compilation chronologique de noms et de titres, mais sa maîtrise du latin, du grec et du syriaque, l'immensité de ses lectures, sa hauteur de vue, lui permettent de porter sur chaque personnage et ses écrits, un jugement sûr et nuancé. A l'heure où les études patristiques connaissent un certain regain d'intérêt, ce manuel ne doit pas être oublié.

  • Le présent ouvrage réactualise les moments les plus emblématiques de la phénoménologie polonaise, si particulière dans sa relation avec le christianisme et la pensée chrétienne, au cours du XXe siècle et au début du XXIe siècle. Ses fondateurs, les philosophes prestigieux que sont Roman Ingarden, Karol Wojtyla (Jean Paul II) ou Józef Tischner, déjà partiellement connus en France, côtoient ici d'autres penseurs importants, trop souvent ignorés mais dorénavant portés à la connaissance du public francophone. Derrière le rassemblement de leurs textes principaux, cet ouvrage se compose de commentaires s'efforçant d'en dégager la force et l'originalité.
    C'est ainsi que l'on constate que si la phénoménologie polonaise s'est inspirée de la pensée occidentale, y compris dans les périodes troubles de l'histoire politique où elle-même se déployait, elle s'est aussi élaborée selon ses ressources propres. De manière inédite, créative et critique, elle est allée jusqu'à se détacher de la
    phénoménologie " orthodoxe ", en usant de la liberté qu'offrait la méthode phénoménologique elle-même.
    Aujourd'hui, la phénoménologie reste, à côté de la philosophie linguistique anglo-saxonne, l'une des voies les plus fécondes et prometteuses de la philosophie polonaise.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les personnes endeuillées, la personne décédée et la Parole de Dieu sont les trois points de référence auquel l'homéliste doit être attentif dans la préparation d'une prise de parole lors de funérailles. Aucun ne doit être négligé. Les trois doivent être tenus dans un juste équilibre à trouver chaque fois, compte tenu des circonstances et des personnes présentes à la célébration.



    Les suggestions qu'on trouvera dans les pages de ce recueil sont offertes, non pour être reprises telles quelles, mais pour aider, soutenir, dépanner, inspirer, relancer le travail de l'homéliste, et non en dispenser. Elles ne visent pas tant à alléger son travail qu'à encourager à le pousser toujours plus loin. L'idéal est d'en venir à faire en sorte que ceux et celles qui participent à des funérailles revivent quelque chose de l'événement survenu sur la route qui menait à Emmaüs et en viennent à dire à leur tour: «Notre coeur n'était-il pas brûlant en nous, tandis qu'il nous parlait sur la route, et qu'il nous faisait comprendre les Écritures?» (Luc 24, 32).

  • Ce livre traite du phénomène bien connu de l'alcoolisme, et surtout de son impact sur l'entourage, qui l'est beaucoup moins. Fortes d'une longue expérience dans les centres de traitement pour alcooliques, puis en clinique privée, les auteures présentent un livre pratique, dans un style simple et accessible.

  • Premier des quatre tirés à part numériques de la nouvelle édition de "Une Maison à Langres... ou Zamet contre Diderot (histoires de réhabilitations)" et de "Sébastien Zamet (1588 - 1655), Évêque - Duc de Langres, Pair de France, sa vie et ses oeuvres, les origines du jansénisme" par Louis-Narcisse Prunel, à l'occasion du quatrième centenaire de l'entrée de Sébastien Zamet dans Langres le samedi 31 octobre 1615.
    "Avertissement de l'éditeur : Sébastien Zamet et l'Oratoire de France... L'hésitation a trop duré de publier quelque chose sur cette Congrégation de prêtres séculiers ; non pas qu'il n'y avait aucune satire à en tirer, mais du moins ce fut là que, par ce contre-pied, commença plus ou moins de s'affirmer une vocation de solitaire : voilà pour une pusillanimité à dire notre vérité sur ces anciens «confrères» - du moins nous rattraperons-nous autrement... cinq supérieurs généraux depuis vingt ans, un quasi-rabbin, un curé pour caves du Marais, un futur pasteur, un Yankee pour fermer le plus ancien collège français, un autre sous lequel est remercié un immense organiste, tous autorisant des histoires pas très gaies. En attendant sont publiées, à part, les pages du livre de Louis-Narcisse Prunel sur Zamet, consacrées aux relations historiques de l'évêque de Langres avec cet Oratoire dans ses débuts, au temps d'une grandeur disparue."

empty