Casa de Velázquez

  • Durante mucho tiempo se han considerado como un hito esencial en la historia del imperio hispanoamericano la muerte del último Habsburgo a finales del siglo xviii y la llegada al trono de los Borbones a inicios de la centuria siguiente. Como ya, en no pocos aspectos, la realidad de las provincias americanas se estaba autonomizando de los procesos de la Península, ese cambio sucedió para ellas en un contexto de dinámicas propias y de evoluciones a veces notables aunque en general mal conocidas, con las que tuvo que contar el gobierno español cuando inició las primeras reformas que prefiguraban las de la segunda mitad del siglo. Los estudios aquí reunidos tratan de esas temáticas en una perspectiva comparativa en la que resaltan las semejanzas y los procesos de diferenciación de los dos virreinatos.

  • Este libro quiere ser una aportación novedosa a la historia española del proceso secularizador. Su propósito es demostrar que se puede hablar de secularización en España antes de que la noción tenga efectiva productividad jurídica y constitucional. El periodo elegido (1700-1845) es precisamente época clave de las interrogaciones sobre secularización de lo político; pero tales interrogaciones son heterogéneas, ya que la propia idea de secularización se pone a debate y está sometida a múltiples bloqueos. Parece empezar a funcionar entonces un proceso de secularización social y cultural antes que político. En efecto, la influencia secularizadora de las ideas de la Ilustración conlleva cambios sociales y nuevas prácticas culturales, científicas y artísticas, que transforman, hasta en el seno de la Iglesia, la percepción de lo sagrado. Tales cambios ocasionan, a principios del siglo xix, la ruptura de la convención entre la Monarquía, la Iglesia y la Nación.

  • Cet ouvrage présente l'analyse formelle et structurelle de la presse culturelle espagnole au cours de son premier siècle d'existence. Il retrace l'évolution que connaît celle-ci de 1737 à 1808 et établit la part d'originalité dont elle fait preuve, à la fois comme pratique sociale et comme genre littéraire. Sont ainsi considérés le rapport de la presse au temps et à l'objet journal : la manière qu'ont les périodiques d'appréhender les événements qui ponctuent le quotidien de leur ville de parution, les caractéristiques graphiques des numéros dont ils sont composés ; son système énonciatif : les voix qui apparaissent au fil des pages, leur mise en relation et la manière dont elles s'affirment ; les modalités d'écriture à travers lesquelles se donnent à voir articles historiques et réflexions morales, journaux critiques et de vulgarisation ; les objectifs que prétendent remplir les journalistes, enfin, et la logique interne qui en découle.

  • Ce volume porte sur les productions culturelles liées aux révoltes et révolutions survenues dans les possessions des Habsbourg d'Espagne aux xvie et xviie siècle, tant dans la péninsule Ibérique qu'en Italie, dans les Flandres ou dans le Nouveau monde. Il s'agit d'étudier différentes formes d'expression (écrites, iconographiques, architecturales, cérémonielles) employées par les révoltés ou par les autorités afin de légitimer ou de diffuser leur action.

  • En 1713, après deux siècles de domination en Italie et aux Pays-Bas, le traité d'Utrecht sanctionne le démembrement de la monarchie hispanique et son repli dans la péninsule Ibérique. Alors que l'Espagne semble désormais tourner le dos à l'Europe, des milliers de Flamands et d'Italiens empruntent pourtant le chemin de l'exil pour rester sous la sujétion du Roi Catholique. Contre toute attente, ces exilés ont été constitués en une puissante élite politique et militaire qui a pesé durablement dans le gouvernement de la monarchie. Partant du cas des Flamands, cet ouvrage interroge les circonstances de la désagrégation impériale et ses conséquences sur la société espagnole. Loin des clichés du repli péninsulaire, en décryptant à hauteur d'homme les horizons politiques de ce collectif d'exilés, il propose une lecture de la façon dont les Bourbon ont reconfiguré l'héritage impérial de l'Espagne en Europe.

  • La mort de Charles II d'Espagne en 1700 et la guerre de Succession d'Espagne qui s'ensuit bouleversent toute l'Europe dont la carte en ressort transformée en 1714. Les monarchies de France et d'Espagne, longtemps rivales et concurrentes, sont devenues des alliées grâce à des souverains issus d'une même maison royale. L'ensemble de leurs relations est durablement modifié par cette alliance étroite que l'on ne tarde pas à dénommer « l'union des couronnes », nouveau cadre politique qu'il faut concevoir, mettre en pratique et défendre. Amelot de Gournay, ambassadeur de Louis XIV à Madrid, incarna la forme la plus aboutie de ces nouvelles relations. Cette étude retrace les objectifs, les succès et les échecs d'une politique à partir de sa mise en oeuvre durant un conflit qui fut aussi une guerre civile, motivé également par des impératifs commerciaux et coloniaux.

  • Cuando la oralidad era imperante, siete soldados de la Monarquía sintieron la necesidad de escribir sus autobiografías en la primera mitad del siglo xvii. Entre ellos, el capitán Alonso de Contreras, cuya obra, vital, cautivó a Ortega y Gasset. Con sus plumas retrataron al Imperio, del Mediterráneo al Índico. Esa fotografía del Leviatán -el Estado Moderno-, en sus años formativos, constituye el principal propósito de este libro, en un acercamiento pragmático, inmerso en la cotidianidad, jocosa o trágica. Se siguen vidas a «salto de mata», rescatando sus sueños y tropelías, restituyendo sus vivencias y, con ellas, las de una época, así como parte de la maquinaria imperial, cuando el sol se ponía sobre la Monarquía. Todo se ensarta, en definitiva, alrededor de dos preguntas. ¿Cómo se pasó de la espada a la pluma, otro ejercicio de esgrima? ¿Cómo las dos dibujan universos, de Italia a Filipinas, pasando por España, hacia 1600-1650?

empty