Michel Lafon

  • Rugby, mon amour

    Simon Serge

    " L'écriture de ce livre s'est imposée avec la crise qui a frappé mon sport, à la suite des décès dramatiques de jeunes joueurs sur le terrain. Les tragédies étaient là, choquantes. Dans ce contexte légitimement dédié à la compassion et à la douleur, l'argumentation était impossible, déplacée. Le rugby apparaissait comme le coupable idéal. Ce clouage au pilori de ce sport qui compte tant pour moi était dur à supporter. Mais je savais que le temps de la réponse viendrait. Le temps où le débat serait possible. Ce temps-là est venu. "

  • Zarma Sunset

    Karim Braire



    " J'ouvre ce livre comme on ouvre une enquête. Une enquête sur moi-même. Je m'appelle Karim Braire. J'ai trente-six ans. J'ai passé mon enfance et ma jeunesse dans une cité sensible d'Orléans. Destin bétonné d'un Arabe de quartier. L'ennui, les potes, les conneries. À l'aube de mes dix-huit ans, j'ai écopé de six mois de prison avec sursis. C'est à partir de là que mon histoire a basculé. Certains sont frappés par l'amour ou la religion, moi, ma révélation s'appelle "le surf'. Un flash, un jour, comme ça, par le plus grand des hasards. La veille, je n'y connaissais rien. Le lendemain, je ne pensais plus qu'à ça. Le surf, franchement, quelle idée ! À Orléans, en plus. Moi qui n'avais jamais vu la mer que du pont du ferry qui, chaque été, nous ramenait au bled. Moi qui ne savais même pas nager. Bien sûr, j'ai beaucoup ramé. Il m'a fallu combattre les moqueries, le racisme, les préjugés. J'y ai mis toute la rage que j'avais emmagasinée en moi durant des années. Et puis, un beau matin du printemps 2001, je suis enfin parti sur une vague. Et cette vague continue de me porter... "

  • Les matchs de ma vie

    Bruno Bellone

    Préface de Lorànt Deutsch " Je m'appelle Bruno Bellone et j'ai été footballeur professionnel. Cette biographie est la trace écrite de tous les matchs de ma vie, les plus beaux comme les plus ratés. Quand la gloire a commencé à me faire les yeux doux, on m'a surnommé Lucky Luke parce que je marquais plus vite que mon ombre. Ma riche carrière terminée trop tôt - l'année de mes vingt-huit ans - à la suite d'une blessure, ce surnom a alors traduit ma solitude et ma détresse face à mes multiples turbulences financières et personnelles. Il m'a fallu porter de nombreux deuils et déjouer tous les écarts de conduite de ma destinée, mais je suis assez fier d'avoir tenu les deux plus audacieuses promesses que je m'étais faites à moi-même : devenir footballeur professionnel et me sortir de l'enfer dans lequel mes revers de fortune m'avaient plongé. "

  • Double jeu

    Pascal Papé

    " Je ne me suis pas toujours appelé Pascal Papé. Parfois, je me demande si j'ai quelque chose à voir avec le type en acier trempé que les supporters du XV de France ont applaudi durant dix ans. J'aimerais avoir sa force et son aplomb pour en finir avec ce secret.
    Durant toutes ces années, j'ai empoigné mon rôle de composition comme un pote de mêlée, à bras-le-corps. Pour me faire respecter, et sans doute un peu pour être aimé, j'ai dressé des remparts, j'ai lustré ma cuirasse. Tout le monde n'y a vu que du feu... "
    Depuis ses premières joutes à Bourgoin-Jallieu jusqu'à ses dernières ruades avec le Stade français, Pascal Papé collectionne soixante-cinq sélections, deux Grands Chelems et une finale de Coupe du monde, en 2011, face aux All Blacks. Il a aussi été capitaine des Bleus et champion de France avec le Stade français en 2015. Pour la première fois, il révèle son histoire bouleversante qui, si elle a nourri son tempérament de guerrier sur le terrain, l'a aussi conduit aux limites de la folie. Il nous invite également, sans langue de bois, dans les coulisses du XV de France.

empty